A quelques jours de la reprise, au Sénat, du débat bioéthique, le 8 janvier 2020 en commission, Alliance VITA a choisi d’alerter l’opinion sur les dangers de cette réforme par une Campagne d’affichage inédite, avec, pour commencer, 400 panneaux d’affichages dans les gares parisiennes, transiliens et dans les rues de Paris.

Pour réviser la loi bioéthique, les parlementaires discutent de maternité et de paternité, du handicap et de la vie humaine. Pour Alliance VITA, il est essentiel que notre bioéthique distingue ce qui relève du progrès de ce qui provoque discrimination et injustice. Car ce qui est faisable n’est pas toujours souhaitable.

Campagne-anti-IVG-et-anti-PMA-2020-Alliance-VITA-Respecter-la-maternite.jpg

Congeler ses ovocytes et artificialiser la maternité
Est-ce un progrès d’imposer aux femmes des traitements hormonaux, sans raison médicale, derrière la promesse illusoire d’une maternité impossible à garantir ?

Campagne-anti-IVG-et-anti-PMA-2020-Alliance-VITA-Respecter-le-handicap.jpg

Sélectionner des enfants à naître selon des critères génétiques ou de capacités physiques Est-ce un progrès de supprimer les êtres fragiles plutôt que de les accueillir et de tenter de les guérir ?

Campagne-anti-IVG-et-anti-PMA-2020-Alliance-VITA-Respecter-la-paternite.jpg

Effacer la paternité derrière les techniques de procréation
Est-ce un progrès de résumer la place de l’homme à ses gamètes ?

Campagne-anti-IVG-et-anti-PMA-2020-Alliance-VITA-Respecter-la-vie.jpg

Utiliser l’embryon humain comme un matériau de laboratoire, le modifier génétiquement, associer ses cellules avec des cellules animales
Est-ce un progrès de ne plus respecter l’intégrité de l’espèce humaine et de s’autoriser des expériences d’apprenti-sorciers ?

Alliance VITA est née des premières lois de bioéthique en 1993. Depuis plus de 25 ans, elle agit auprès des personnes confrontées à des épreuves de la vie autour de la maternité, de l’accueil du handicap, de la dépendance et de la fin de vie. Notre association est régulièrement auditionnée, comme experte des questions bioéthiques.

Sur injonction par Twitter d’Anne Hidalgo, maire de Paris (qui dénonçait au passage un visuel qui n’était pas affiché), deux régies d’affichage, Media Transports puis Exterion ont annoncé le retrait partiel ou total de la campagne d’affichage d’Alliance VITA qui se déroulait jusqu’ici paisiblement depuis le 31 décembre 2019 en région parisienne. La campagne « La société progressera » prône, en forme de vœux pour 2020, le respect de la paternité, de la maternité et de la différence. La rupture unilatérale de ces contrats dûment signés porte un lourd préjudice à l’association, doublé d’accusations injustes qui salissent son image. En conséquence, Alliance VITA a déposé le 3 janvier 2020, par les mains de son avocat maître Antoine Beauquier, un recours en référé d’heure à heure auprès du tribunal judiciaire de Paris pour que soit assurée sans délai la poursuite de cette campagne, et que soit mis fin à la censure dont elle fait l’objet. L’association se réserve par ailleurs la possibilité de saisir la justice pénale en raison de la discrimination qu’elle subit. Alliance VITA demande aux personnes attachées à la liberté d’expression contre toute police de la pensée de soutenir son action, afin qu’aucune voix ne soit arbitrairement étouffée quand il est question de débattre de l’humanité.

Alliance VITA salue la décision de justice demandant que soient replacées les affiches censurées de sa campagne « La société progressera ». Alliance VITA salue cette décision du tribunal judiciaire de Paris, saisi en référé. Reconnaissant l’arbitraire de la censure subie par sa campagne La société progressera, il demande à la régie Média Transports de replacer les deux affiches (de soutien à la paternité et à la maternité) qu’elle avait retirés jeudi 2 janvier 2020 sans préavis, et sans même alerter l’association. Alliance VITA demande au second réseau d’affichage, Exterion Media qui, lui, a cru devoir céder aux injonctions de Madame Hidalgo, maire de Paris, en retirant vendredi 3 janvier 2020 des rues de la capitale la totalité des trois visuels de la même campagne, de les réinstaller immédiatement, en application d’un contrat dûment signé, faute de quoi l’association lancera une seconde action en référé. Pour Tugdual Derville, délégué général de l’association : « Cette décision de justice est certes une victoire pour Alliance VITA et les causes qu’elle défend avec dignité ; c’est aussi, et surtout, une victoire pour la liberté d’expression contre toute police de la pensée. Plus généralement, que les mots paternité et maternité sobrement promus aient pu être interdits de cité alors que tant de visuels publicitaires agressifs ou consuméristes s’imposent aux Français appelle un sursaut de la conscience auquel nous espérons contribuer par cette campagne et son retentissement imprévu. » A cet égard, Alliance VITA tient à dénoncer la pratique de certains comptes twitter qui fonctionnent sur la délation et la dénonciation anonyme sans que leurs auteurs assument leur identité. Leur pouvoir d’intimidation et de nuisance qui s’est à nouveau manifesté dans cette affaire est nuisible au débat démocratique.

Alliance VITA, membre de la plateforme « Marchons enfants ! », appelle à la mobilisation nationale du 19 janvier 2020 à Paris.

Signons la Pétition « Non à la PMA sans père ! »


Voir « l’Appel de la Conférence des Evêques de France » (CEF) à réagir contre le projet de loi bioéthique