- « Je suppose que vous m'attendiez » a- t-il dit.
- « Non, qui êtes-vous ? » dit le malade.
- « Je suis le prêtre que votre fille a appelé pour prier avec vous, quand je suis entré j'ai remarqué la chaise vide à côté de votre lit, je pensais que vous saviez que je viendrais vous rendre visite ».
- « Ah oui, la chaise. Ça vous dérangerais de fermer la porte ? » dit le malade.

Le prêtre surpris ferma la porte.

Le malade continua : « Je ne l'ai jamais dit à personne, mais toute ma vie, je l'ai passée sans savoir comment prier. Quand je suis allé à l'église, j'ai toujours entendu parler de la prière, comment prier et les avantages qu'elle apporte mais toujours ces prières; je ne sais pas ! Cela me rentre par une oreille et cela sort par l'autre. Quoi qu'il en soit, je n'ai aucune idée de comment faire. Alors, Il y a bien longtemps que j’ai abandonné tout à fait la prière. C'était vrai pour moi jusqu'à il y a environ quatre ans, quand en parlant avec mon meilleur ami, il m'a dit : « Jean, le but de la prière c’est tout simplement avoir une conversation avec Jésus. Voilà comment je te suggère de faire : tu es assis sur une chaise et tu mets une chaise vide en face de toi, avec foi tu regardes Jésus assis en face de toi. Ce n’est pas quelque chose de fou à faire, car Jésus a dit : « Je serai toujours avec toi ».

Donc, je lui parlais et l’écoutais, de la même façon que vous le faites avec moi aujourd’hui. C'est ce que j'ai fait une fois et j'ai tellement aimé, que j'ai continué environ deux heures par jour chaque fois. Je fais toujours très attention à ce que ma fille ne me voit pas car elle me ferait interner immédiatement à l'asile ».

Le prêtre ressentit une grande émotion d'entendre cela et dit à Jean que c'était une bonne chose ce qu'il faisait, et surtout qu’il ne s'arrête jamais. Il dit alors une prière avec lui, lui donna une bénédiction et s'en est retourné à sa paroisse.

Deux jours plus tard, la fille de Jean appela le prêtre pour lui annoncer que son père était mort. Le prêtre demanda : « Est-il mort en paix ? »
- « Oui, quand j'ai quitté la maison à environ deux heures de l'après-midi, il m’a appelé et je suis allé le voir. Il m'a dit qu'il m'aimait et m'a embrassé. Quand je suis revenue après quelques courses, une heure plus tard, je l'ai trouvé mort. Mais il y a quelque chose d'étrange à propos de sa mort, parce qu’apparemment juste avant sa mort, il a rapproché la chaise de son lit et y a posé sa tête. Je l’ai trouvé comme cela. Qu’en pensez-vous ? Qu’est-ce que cela pourrait bien signifier ? »

Le prêtre profondément ému, sécha ses larmes et répondit : « Souhaitons que nous puissions tous partir d’une façon aussi sereine ».