Joseph-13.jpg

Les « Commentaires sur Saint Joseph » de Cornelius a Lapide :

Élévation, dignité et prérogatives de Saint Joseph

« Jacob engendra Joseph, époux de Marie, de qui naquît Jésus, qui est appelé Christ » dit l'évangéliste saint Matthieu (Mt 1, 16) : « Jacob genuit Joseph, virum Mariae, de qua natus est Jésus qui vocatur Christus »

C'est par Joseph et non par Marie, que Jésus-Christ était héritier du sceptre et du trône de David. Joseph époux de Marie ! C’est un titre unique, et la plus grande des dignités, après celle de Mère de Dieu, Joseph époux de Marie ! Il faut conclure de là que Saint Joseph a eu tous les droits d'un véritable époux sur la Bienheureuse Vierge, et que conséquemment il est appelé de droit et avec vérité le père de Jésus-Christ. Ceci se prouve par plusieurs raisons :

1°- Joseph, par son mariage, était le maître de la Bienheureuse Marie ; donc le Fruit des entrailles de cette glorieuse Vierge, c'est-à-dire Jésus-Christ, appartenait à Joseph. Comme Jésus-Christ est vraiment fils de la bienheureuse Vierge, encore bien qu'il ne soit pas né d'elle naturellement, mais par miracle, de même, par droit de mariage, Jésus-Christ est le fils de Joseph, quoiqu'il soit né surnaturellement. En outre, il est d'autant plus le fils de Joseph, que Dieu donne à Joseph ce fruit miraculeux, d'un mariage vierge, en récompense de la virginité conservée dans le mariage ; et cela de la même manière que si Dieu eût produit une abondante moisson dans son champ, sans que Joseph Lui eût fourni la semence.

2°- L'époux et l'épouse deviennent un par le mariage, et comme, une seule personne civile ; par là ils possèdent tout en commun. Donc Jésus-Christ, fils de Marie, est aussi fils de Joseph qui était l'époux ; c'est pourquoi Joseph est participant et jouissant de tous les biens de la communauté. Joseph est bien plus père de Jésus-Christ qu'un père qui adopte ne devient le père de l'enfant adopté ; car celui-ci est seulement père en vertu de l'adoption, mais Joseph est le père de Jésus-Christ en vertu du mariage. Il suit de ces sublimes prérogatives que Joseph a eu sur Jésus-Christ une autorité de père, et d'après cela, une suprême affection pour Lui, une immense sollicitude, et un soin parfait. Et à son tour, Jésus-Christ honore, aime et sert Joseph comme son père et lui obéit, comme on le voit d'après l'Evangile de saint Luc : « Et erat subditus illis » : « Et Jésus était soumis à Marie et à Joseph » (Lc 2, 51). Et comme cette soumission prouve, dit Gerson, une inestimable humilité en Jésus-Christ, elle prouve aussi une incomparable dignité dans Joseph et Marie.

3°- Jésus-Christ appartient proprement à la famille de Joseph : car il appartenait à la famille de la mère ; mais la mère appartenait à la famille de Joseph son époux. Considérez combien les prérogatives, la dignité, l'office de Joseph l'élèvent au-dessus de tous les hommes. A ce qui vient d'être dit, il faut ajouter les raisons suivantes :
a) Saint Joseph étant l'époux de la Bienheureuse Vierge, et le père de Jésus-Christ, comme cela vient d'être démontré, il fut donc lui-même le chef et le supérieur, tant de la Sainte Vierge que de Jésus-Christ comme homme.
b) De là, la Sainte vierge et Jésus-Christ avaient un amour et un respect tout spécial et extraordinaire pour Joseph. Ce qui porte Gerson à s'écrier : « Ô Joseph, que votre élévation est admirable ! Ô dignité incomparable, que la Mère de Dieu, la Reine du ciel, la Maîtresse de l'univers, n'ait pas jugée indigne de vous appeler son maître et son seigneur ! » Pour exprimer et renfermer en deux mots ce qu'est saint Joseph, son élévation, sa dignité, ses qualités, écoutons le saint Evangile : « Joseph est l'époux de Marie, de qui est né Jésus » : « Joseph virum Marice, de qua natus est Jésus » (Mt 1, 16). Ces paroles disent tout.
c) Le ministère de Joseph fut très-noble et très-élevé : il nourrit Jésus-Christ..., il Le réchauffe entre ses bras, sur sa poitrine..., il Le garde..., il Le transporte d'un lieu à un autre..., il Le dirige dans son travail.

4°- Joseph, par sa conversation familière et continuelle avec Jésus-Christ et la Bienheureuse Vierge, est fait participant des secrets, des mystères divins ; il est le témoin et l'imitateur journalier des sublimes et divines vertus de Jésus-Christ et de Marie. Suarez pense que Saint Joseph est au-dessus de Saint Jean-Baptiste et des Apôtres, en grâce et en gloire, parce que son office était de beaucoup supérieur au leur ; car c'est beaucoup plus d'être le père et le recteur de Jésus-Christ, que de Le précéder, L'annoncer et Le prêcher. Après sa mort, il ressuscite avec Jésus-Christ, parmi les autres patriarches, dont il est dit en saint Matthieu (Mt 27, 52-53) : « Les sépulcres s'ouvrirent, et plusieurs corps des saints qui étaient endormis se levèrent ; et sortant de leurs tombeaux, après sa résurrection, ils vinrent dans la cité sainte, et furent vus de plusieurs »… Saint Joseph était à leur tête…

Joseph-19.jpg

Vertus et Sainteté de Joseph

Saint Joseph fut d'une grande sainteté et doué par Dieu de tous les dons de la nature et de la grâce, devant être l'époux de Marie et le père de Jésus-Christ.
Saint Joseph fut l'époux de la Mère de Dieu ; donc il fut l'homme le plus saint, le plus parfait. Ce qui porte les saints Pères à croire et à enseigner que Saint Joseph était vierge, et que, par sa virginité, il mérita d'être choisi par le Ciel pour être l'époux de l'incomparable Vierge afin, comme le dit Saint Jérôme, que d'un mariage vierge il naquit un Fils vierge : « Ut ex virginali conjugio, virgo filius nasceretur ».
Les saints Pères croient également que Marie, avant de devenir son épouse, lui fit part du vœu de virginité qu'elle avait fait, qu'elle voulait conserver intact ; et que Joseph lui promit de respecter toujours ce vœu sacré ; que, d'ailleurs, il voulait aussi lui-même rester et mourir vierge.
Plusieurs Pères croient encore que Joseph fut sanctifié dans le sein de sa mère. Par une salutation, la Bienheureuse Vierge Marie sanctifia Jean-Baptiste qui était dans le sein de Sainte Elisabeth ; quel fut donc le degré de sanctification, de sainteté de Joseph qui reçut si souvent et si longtemps les salutations de Jésus et de Marie ? Saint Joseph voyait et écoutait tous les jours Jésus et Marie ; que de vertus, que de sainteté ne puisait-il pas à cette divine école en la présence et dans les doux entretiens d'un Dieu et de la Mère d'un Dieu !...
Toutes les œuvres de Saint Joseph étaient accomplies en vue du Verbe incarné ; elles étaient donc toutes célestes et divines. Joseph fut donc un ange plutôt qu'un homme. De graves théologiens assurent que Saint Joseph, aussitôt qu'il eut contracté mariage avec l'immaculée Vierge, fut exempté, affranchi entièrement de la concupiscence ; tellement qu'il n’en éprouvait aucune atteinte ; et cela par respect pour une telle Vierge, Mère de Dieu. C'est le sentiment formel d'Eckius, de Jacques-Christo Palitanus, de Gerson et d'un grand nombre d'autres.
La Sainte Vierge rendit à Joseph toute espèce de biens, à cause que Joseph avait été le fidèle gardien de sa virginité pendant leur mariage. Comme tout ce qui est à l'épouse est à l'époux, dit Saint Bernard, je crois que la Très Heureuse Vierge accordait très libéralement à Saint Joseph tous les trésors de son cœur, autant qu'il pouvait les recevoir. Songez que de fois Joseph reçut de sa Très-Sainte épouse Marie des exhortations, des consolations, des promesses, des minières et des révélations des biens éternels, pendant toute la durée de leur union ? Comment pouvoir se faire une idée de cette union sublime entre Marie et Joseph ? Marie ne pouvait s'unir ainsi à Joseph que par l'effet d'une pratique réciproque de toutes les vertus. Ce qui me fait croire que Joseph était très-pur en virginité, très-profond en humilité, très-ardent en charité, très élevé en contemplation, etc.
Joseph, fils du patriarche Jacob, dit Saint Bernard, vendu et conduit en Egypte par l'envie de ses frères, représentait la vente de Jésus-Christ. Joseph, l’époux de la Sainte Vierge, fuyant la jalousie d'Hérode, porta Jésus-Christ en Egypte. Celui-là, conservant sa foi à son maître, ne voulut pas répudier sa maîtresse ; celui-ci, reconnaissant que sa maitresse, Mère de son Seigneur, était vierge, vierge lui-même, fut le gardien fidèle de la virginité de Marie. L'intelligence des songes fut donnée à celui-là ; il fut donné à celui-ci de connaître les célestes secrets et d'y participer. Celui-là conserva les fruits de la terre, non pour lui, mais pour tout le peuple ; celui-ci reçut le pain vivant du ciel pour le garder, soit pour lui, soit pour le monde entier.

Joseph-22.jpg

Saint Joseph est tout-puissant
Saint Joseph ayant été l'homme le plus élevé en dignité, en office, tout puissant en prérogatives, en vertu, en sainteté, il est le plus élevé en gloire dans le ciel après Marie. Sa puissance est donc comme sans bornes ; sa bonté égale sa gloire et sa puissance. On ne l'invoque jamais en vain ; on obtient toujours ce qu'on lui demande ; on obtient tout par lui. Prononçons souvent de bouche et surtout de cœur les doux noms de Jésus, de Marie et de Joseph…


R. P. Cornelius a Lapide (1567-1637)

Cornelius-a-Lapide.jpg

Voir également du Révérend Père Cornelius a Lapide :
Le Commentaire en sept points de Cornelius a Lapide sur « Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique » (Jn 3, 16a)
Les « Commentaires sur Saint Joseph » de Cornelius a Lapide
La Prière de Cornelius a Lapide pour un malade agonisant « Faites, ô mon Dieu, que les dernières Paroles des Saints soient pour notre malade un encouragement »