« Un ouvrage issu d'une rencontre entre un dominicain et un groupe d'adolescents. Sans tabou, des réponses sont données aux questions qu'ils se posent ».

Le Livre de Frère Louis-Marie Ariño-Durand « De toi à moi(ne) : des réponses à tes questions » :

« Laisse-moi deviner : ce livre, tu ne l’as pas acheté. On te l’a offert pour ta profession de foi ou ta confirmation, ou à une autre occasion. Et tu te demandes peut-être ce que tu vas en faire.

La réponse est simple : tu vas le lire ! Parce qu’il a été écrit pour toi. Plus exactement, il a été écrit avec toi, puisqu’il reprend des questions posées par des jeunes et que je suis prêt à parier que parmi toutes celles qui figurent dans ce livre, il y en a quelques-unes que tu te poses.

Alors voici ce que je te propose : si tu n’as pas prévu de lire tout le livre, lis au moins la présentation. Ce ne sera pas long : 13 pages, de la page 9 à la page 21. Après, libre à toi de continuer… ou de ranger ce livre avec ceux que tu n’as jamais ouverts ! À toi de voir… et rendez-vous page 9 ! »

Ainsi soit-il.


Louis-Marie-Arino-Durand-o-p.jpg


Fr. Louis-Marie ARIÑO-DURAND (o.p.) - auteur de « De toi à moi(ne) : des réponses à tes questions » disponible à partir du 01 juin 2018

Pour offrir ce livre « De toi à moi(ne) : des réponses à tes questions » à des jeunes pour la Profession de Foi, la Confirmation, ... dans une librairie catholique au prix de 12€ telle que La Procure qui offre les frais d’expédition, cliquer ICI



Le « Livre Coup de Cœur » de La Procure : « De toi à moi(ne) : des réponses à tes questions »



Les 16 questions posées par des Jeunes au Prêtre Dominicain Louis-Marie Ariño-Durand :

1. Monsieur, est-ce que vous êtes un vrai moine ?
2. Ça vous a pris il y a longtemps ?
3. Vous priez toute la journée ?
4. Quand vous priez, est-ce que vous êtes exaucé ?
5. Je peux entrer dans une église pour prier ?
6. Cette boîte, qu'est-ce que c'est ?
7. Vous mangez le corps du Christ ?
8. Il faut aller à la Messe ?
9. Lourdes, c'est comment ?
10. Ceux qui ne sont pas guéris à Lourdes, ils ont péché plus que les autres ?
11. Vous, vous êtes contre le divorce ?
12. Les jeunes qui emmerdent les vieux dans les cités, est-ce qu’ils vont en enfer ?
13. Est-ce que vous êtes vierge ? (voir l'extrait ci-dessous pour vous donnez envie de l'offrir ou de le lire !)
14. Le Pape, vous lui obéissez ?
15. Qu'est-ce qui est le plus important, Marie ou Dieu ?
16. Les anges gardiens, ils existent ?


Pour offrir ce livre « De toi à moi(ne) : des réponses à tes questions » à des jeunes pour la Profession de Foi, la Confirmation, ... dans une librairie catholique au prix de 12€ telle que La Procure qui offre les frais d’expédition, cliquer ICI


De-toi-a-moi-ne-Des-reponses-a-tes-questions-de-Fr-Louis-Marie-Arino-Durand.jpg

Voici les réponses d’un Prêtre Dominicain à la question Est-ce que vous êtes vierge ? posée par un groupe d’adolescents dans le livre « De toi à moi(ne) : des réponses à tes questions » du Frère Louis-Marie Ariño-Durand :

Ah, cette question, oui, je l'attendais. Pour être exact, ce n'est pas forcément sur la virginité que je m'attendais à être interrogé, mais sur un domaine plus vaste, celui de la sexualité.

J'ose cependant espérer une chose : c'est que, après avoir consulté la table des matières, tu ne t'es pas précipité sur ce chapitre. Et tu vois que je ne réponds pas tout de suite. Je préfère te faire mariner un peu.

Alors, est-ce que vous êtes vierge ?

Je ne te le dirai pas ! La réponse est brève et claire. Elle n'est sans doute pas celle que tu attendais. Mais je crois que c'est me respecter que de te donner ce genre de réponse.
Me respecter parce que, comme dirait l'autre, si je me respecte, tu me respecteras. Il y a des choses de ma vie que tu n'as pas à savoir. Je ne sais pas si tu te rends compte du grand déballage auquel on assiste sur internet. Penses-y quand tu vas mettre n'importe quoi sur Facebook ou Twitter. Ça restera toujours et des personnes mal intentionnées pourront l'utiliser contre toi. Ne tombe jamais dans le piège du chantage. Parles-en à tes parents ou à des personnes de confiance. Mais déjà, à la base, fais attention à ce que tu mets en ligne.
Tant que l'on est sur ce sujet, méfie-toi des rencontres que tu fais sur internet. Tu ne sais jamais qui se cache derrière un pseudo. Prudence, donc. Je sais, je fais le vieux père, mais au moins, tu ne pourras pas dire que l'on ne t'a pas averti.

Sache en tout cas que je ne t'en veux pas du tout d'avoir posé la question. Ça faisait partie du jeu et tu as osé. En tout cas, je n'oublierai pas la réaction du petit groupe : brouhaha général, qu'est-ce qu'elle a dit ?, qu'est-ce qu'elle a dit ? (oui, c'est une fille qui a osé poser « la » question !)
Et toi qui essayes de te rattraper aux branches et qui ajoutes une question : bah ouais, je voulais savoir si c'était nécessaire de l'être pour devenir Religieux.
Tu t'en sors pas mal ! Et là, pas de problème pour te donner une réponse ! Non, il n'est pas nécessaire d'être vierge pour être Religieux, dans la grande majorité des cas. Dans l'Église, cependant, il existe un Ordre, celui des Vierges Consacrées. Ces femmes décident de se livrer entièrement à Dieu, dans toutes les dimensions de leur vie, physique et spirituelle. Elles ne vivent pas forcément en communauté. Dans certaines familles religieuses, il existe également de rares congrégations où la virginité est une des conditions pour y entrer.

Lorsque je suis entré dans mon ordre, lors des premiers entretiens avec le père-maître des novices, il m'a posé la même question que toi. A lui, j'ai répondu, bien entendu, parce qu'il s'agissait d'une conversation personnelle - nous n'étions pas sur le parvis d'une basilique au milieu d'une foule ! - et comme nous étions en train de parler de mon désir de vie dominicaine, j'estime que je devais le lui dire.

Pour que tu voies que ce n'est pas une obsession chez nous, sache que ta question, deux personnes me l'ont posée en vingt ans. Le père-maître des novices et toi. C'est rare que ce sujet soit abordé, puisqu'il est du domaine de l'intime.

Il y a une chose que nous savons, c'est que notre fondateur, saint Dominique, est mort vierge. Il l'a dit aux frères au moment de sa mort. Il l'a dit tout simplement, sans s'en vanter ou s'en excuser. Sa virginité - et Dieu sait si ce sujet n'est pas tendance dans notre société où il faut coucher tout de suite, avec le plus de monde possible - est vraiment un signe du don total de lui-même qu'il a fait à Dieu. Je ne peux m'empêcher de trouver ça beau.

Une anecdote sur la virginité ou sur la sexualité !... Comme ce livre risque d'être lu par des jeunes, il faut que je fasse très attention à ce que je vais écrire. En même temps, je ne me fais pas trop d'illusions sur toi.
Il m'est arrivé, il y a longtemps, de faire une sortie d'une journée avec une famille dont je connaissais bien le fils. Dans la voiture, les parents étaient devant et nous parlions d'internet et de la facilité de, tout trouver, d'un clic, le pire et le meilleur. Evidemment, nous abordons le sujet de la pornographie. La mère a dit, solennelle : « Oui, c'est vrai, mais mes fils ne vont pas regarder ce genre de trucs ».
C'était trop drôle. Le fils que je connaissais bien m'a lancé un regard qui semblait dire : « 1. Ma mère est trop naïve. 2. Vous, taisez-vous. »
Alors j'ai fait : « oui, oui. » Et nous sommes passés à un autre sujet.

Petite note à l'usage des parents ou grands-parents qui lisent ce livre en cachette ou qui l'ont emprunté à leurs ados. Ne déchirez pas les pages qui suivent. Vos jeunes n'en deviendront pas aveugles. Mais soyez avertis, leur contenu pourrait vous heurter parce qu'un Religieux « ne devrait pas dire ça ».
Si vous déchirez les pages, ne les jetez pas. Gardez-les discrètement pour vous. Parce que le Nicolas ou la Valérie de l'histoire, ce pourrait être vous. Mais si voyons, ça vous rappellera le dernier dîner où vous avez parlé de l'Eglise et des curés.

Cela étant dit, reprenons. Si tu lis ces lignes, c'est que tes parents n'ont pas déchiré les pages. Ne t'attends pas à des révélations fracassantes, mais cela me permettait d'alimenter un peu le suspense. Et je vais continuer.
Tu dois te demander qui sont ces fameux Nicolas et Valérie. Rien à voir avec un ancien président ou une ex-première dame. Nicolas et Valérie sont des amis de longue date. Ce n'est pas leur vrai prénom. Pour préserver leur anonymat, j'ai pris deux prénoms qui étaient très courants quand j'étais enfant.
Ces deux amis sont en couple depuis longtemps mais ils ne se sont pas mariés. Leurs deux enfants ne sont pas baptisés. « Ils choisiront plus tard. »
Ça, tu l'entendras presque autant que « Je suis croyant, mais pas pratiquant. » Ils choisiront plus tard ? Tu parles ! Ils choisiront entre quoi et quoi ?
C'est comme si tu disais : « Je ne parle pas à mon bébé, parce qu'il choisira plus tard la langue qu'il veut parler. » Ridicule, n'est-ce pas ?

Mais je m'égare. Revenons à Nicolas et Valérie. Ces amis, je ne les vois pas très souvent, une fois par an au maximum mais c'est toujours un bonheur de les retrouver. La dernière fois, je vais dîner chez eux et lui passe me prendre, alors que je l'attends au lieu de rendez-vous que nous avions fixé.
Ça ne faisait pas deux minutes que j'étais dans la voiture que Nicolas me sort : « Tu sais, je crois que les prêtres, il faudrait que vous vous mariiez. » J'ai tout de même été un peu scié mais ne l'ai pas montré. J'avais envie de lui dire : « Eh oh, de quoi j'me mêle ? Tu t'es vu ? T'es même pas marié ! » Mais je n'ai rien dit, en pensant : «Toi mon gars, tu perds rien pour attendre. » Et j'ai laissé passer quelques secondes de silence.

Ensuite, le plus calmement et innocemment du monde, je lui ai demandé : « Dis-moi Nicolas, combien de fois par semaine vous faites l'amour avec Valérie ? »
Je n'oublierai jamais sa tête. Il avait les mains sur le volant, la bouche ouverte de stupeur, tu sais, comme ces personnages de dessins animés dont la mâchoire s'écrase sur le sol tellement ils sont stupéfaits. Il était trop sidéré pour répondre. Alors, j'ai ajouté : « Tu vois, tu t'occupes de tes fesses et moi des miennes et je crois que tout ira bien. »
Il a explosé de rire et j'avoue que de mon côté j'en ris encore.
Il me semble que le message était clair: ma vie intime ne regarde que moi et tout va très bien, merci. En tout cas, avec Nicolas, je n'ai pas eu besoin de développer !

Et ce n'est pas facile d'aller à contre-courant. Les réseaux sociaux exercent une véritable tyrannie sur la pensée. Et que dire des sondages tout-puissants ? Et personne n'y échappe. Le Pape, les Prêtres, les Chrétiens ... Une fois encore, résiste !

Si la majorité des personnes interrogées pense que Jésus n'est pas ressuscité, est-ce que cela change quelque chose à notre foi ? Bien sûr que non ! Si une immense majorité de Français pensent que les Prêtres doivent se marier, je devrais « m'adapter » et « vivre avec mon temps » ? Ah, non !

Tu as remarqué que, dans ce chapitre, je n'ai pas seulement parlé de virginité. J'ai également abordé celui de la sexualité bien que très succinctement. Notre société, ne parle que de sexe et je suis parfois un peu effrayé de constater que les gens - et les jeunes en particulier - se connaissent si mal. Et il faut essayer de réapprendre à voir les choses d'une manière saine.

Comme Prêtre, j'ai parfois dû aborder certains sujets, d'une façon peut-être étonnante, mais finalement tellement vraie. Te souviens-tu de la femme citée dans le chapitre précédent : « Je n'avais jamais parlé comme ça à un Prêtre » ?
Et le fait de ne pas être marié, d'être totalement consacré au Seigneur, m'a donné d'être vraiment disponible pour ceux qui viennent à moi. Cette relation est tout à fait particulière et j'ai à apprendre à garder une bonne distance, sans voir le mal partout, bien entendu, mais en étant prudent.
Nous ne sommes pas des anges ... et en même temps nous ne sommes pas les diables que certains voudraient voir en nous.
Notre Vocation est belle, incroyablement belle et tous les jours j'en rends grâce au Seigneur.

Quand nous nous engageons dans la Vie Religieuse, nous faisons ce que nous appelons des vœux. Ils sont au nombre de trois : pauvreté, chasteté et obéissance. La majorité des gens focalisent sur la chasteté, mais lors de ce que nous appelons notre Profession - c'est-à-dire notre engagement public - nous ne faisons référence qu'à l'obéissance. Ce n'est pas un hasard : l'obéissance risque d'être le vœu le plus difficile à tenir !

C'est vrai que parfois j'ai trouvé un peu difficile de voir mes amis se marier puis avoir des enfants. Oui, je n'aurai pas de femme ni d'enfants. Mais je sais que je suis là où Dieu me veut. Ce n'est pas que je me console, que je cherche à me rassurer. J'ai l'intime conviction d'avoir choisi un Bien supérieur, Dieu Lui-même.

Je me souviens d'une rencontre près de Montpellier avec une dame qui aurait pu être ma mère. J'étais alors jeune Frère Dominicain. Elle me demande : « Je peux vous poser une question indiscrète ? » - ce ne sera pas la première de ce livre ! - « est-ce que vous êtes entré dans les ordres par déception amoureuse ?» J'ai failli lui demander si elle avait épousé son mari par déception amoureuse, mais comme j'ai eu peur qu'elle me dise oui, je lui ai répondu : « Mais non, voyons, je suis Dominicain parce que Dieu m'a choisi et qu'à mon tour, j'ai décidé de répondre à son Appel ! »

C'est incroyable: pour les gens, le choix de notre vie ne peut pas être positif. Pour être Religieux, il faut forcément être malheureux en amour, boiteux, borgne et bossu, et si possible pervers. Ils ne peuvent pas imaginer qu'on la choisisse pleinement, non pas comme une voie de garage, mais parce qu'on le veut et qu'on en est heureux.

C'est vrai, je n'aurai pas de femme ni d'enfants. Je vais tâcher d'être tout à Dieu, dans toutes les dimensions de ce que je suis. Pour me faire tout à tous. Rappelle-toi, je ne te demande pas ton certificat de Baptême. Je te propose juste d'être ton frère.

Ce signe de la chasteté dans la Vie Religieuse, il est aussi pour toi. Encore une fois, je ne te dis pas que tu seras Religieux, mais le fait de parler d'une façon saine de la sexualité est également profitable pour toi.

Il y a quelques semaines, je me suis rendu en République Tchèque voir des amis. Comme il n'y a pas de place chez eux, je suis accueilli chez des voisins. Là je retrouve la maîtresse de maison, sa fille et son copain, tous les deux ont une bonne vingtaine d'années. Et je demande - innocemment, bien entendu ! - s'ils sont mariés. Ils me disent que non. Je fais : « Pas encore ? » Léger flottement. Alors je passe à autre chose.
Le lendemain, au petit-déjeuner, je ne suis qu'avec les parents. Je dis que j'ai un peu de remords d'avoir été indélicat la veille. Le père applaudit : « Tu as bien fait. Il y a un cimetière plein de prétendants pour ma fille. Elle attend le bon et ce garçon m'a l'air très bien. Mais c'est elle qui fera son choix. Elle attend, ne veut pas mettre la charrue avant les bœufs. Elle ne veut pas faire n'importe quoi. Et c'est beau. »
Oui, c'est beau, très beau.
Alors laisse-moi te donner un conseil de vieux frère : ne laisse pas notre société t'abîmer. Tu vaux bien mieux que ce qu'elle t'impose. Vis ta vie avec Dieu, tombe mais relève-toi avec Lui, grâce à Lui.
Tu en sortiras grandi.
Et tu verras qu'un moine, relativement vieux, n’a pas toujours tort.

(extrait du livre « De toi à moi(ne) : des réponses à tes questions » du Frère Louis-Marie Ariño-Durand o. p. pour vous donner envie de le lire en entier ou de l’offrir à un enfant ou petits-enfants !)

De-toi-a-moi-ne-Des-reponses-a-tes-questions-de-Fr-Louis-Marie-Arino-Durand.jpg

Pour offrir ce livre « De toi à moi(ne) : des réponses à tes questions » à des jeunes pour la Profession de Foi, la Confirmation, ... dans une librairie catholique au prix de 12€ telle que La Procure qui offre les frais d’expédition, cliquer ICI


Louis-Marie-Arino-Durand.jpg



Remarquable Catéchèse « De toi à moi(ne) », officiellement destinée aux adolescents mais qui, dans notre temps d'ignorance et de déchristianisation, vise en réalité tous les publics et tous les âges :

Le Père Louis-Marie Arino-Durand, de l'Ordre des Prêcheurs, s'est imposé depuis quelques années comme une personnalité singulière grâce à des livres, publiés au Cerf, à la fois profonds et accessibles qui, conformément à sa vocation de fils de Saint Dominique, font la part belle à la Très Sainte Vierge. Après avoir donné toutes les raisons de reprendre sans fausse honte le Chapelet « Rosaire un jour Rosaire toujours », puis célébré avec beaucoup de cœur et de sagesse le Centenaire des Apparitions de La Cova de Iria « Fatima, n'en parlez pas ; c'est un secret ! », il revient avec une remarquable Catéchèse « De toi à moi(ne) », officiellement destinée aux adolescents mais qui, dans notre temps d'ignorance et de déchristianisation, vise en réalité tous les publics et tous les âges. L'histoire a commencé voilà vingt ans, lorsque le Père Arino-Durand, jeune Dominicain, se fit, à Rocamadour, bombarder de questions par un groupe de garçons et filles qui n'avaient jamais vu de Moine et ne savaient rien de la raison d'être d'un Sanctuaire qu'ils visitaient par hasard. Se prêtant au jeu, et se souvenant de sa première vocation d'enseignant, le Religieux répondit sans fard ni biais à des interrogations moins saugrenues qu'elles pourraient le sembler de prime abord et qui touchent souvent à l'essentiel. Ces questions, qu'il avait notées, les voici, avec leurs réponses approfondies. Le Père Arino-Durand n'est pas partisan de la langue de buis, il parle vrai, et net. Cela lui permet, mine de rien, de donner dans ces pages, avec tendresse, profondeur, et humour, un rappel remarquable de quelques Vérités de la Foi Catholique. À lire, et faire lire, aux jeunes et aux moins jeunes. Chacun y trouvera de quoi nourrir sa vie spirituelle.

(L’Homme Nouveau - Anne Bernet - 4 août 2018 - N°1668)


Voir également du Fr Louis-Marie Arino-Durand :
« Le Rosaire : une Prière pour le Carême ! » du Fr Louis-Marie Arino-Durand
Le Livre du Frère Louis-Marie Ariño-Durand « Rosaire un jour, Rosaire toujours ! »
Le site Rosarium « Priez, Vivez, Prêchez le Rosaire ! » du R. P. Louis-Marie Ariño-Durand
Le Livre de Frère Louis-Marie Ariño-Durand pour les Jeunes « De toi à moi(ne) : des réponses à tes questions »