Alliance-Mariage-Croix.jpg

Au moment de la séparation ou du divorce, ce qui est vécu par l'un des conjoints comme une trahison de l'autre, provoque une blessure, un bouleversement extrêmement profonds. Ce sont les piliers mêmes de sa vie qui sont sapés et renversés. Lorsqu'en effet on fait alliance avec l'autre, l'amour humain, aussi imparfait et immature soit-il, repose sur la confiance, et, au travers de toutes les brouilles et difficultés, engendre l'espérance de parvenir ensemble au terme du voyage.

Un couple peut connaître des tensions, des disputes, voire des infidélités passagères, il les surmonte tant que subsistent la confiance, l'espérance et l'amour.

Mais lorsqu'un des deux conjoints demande la séparation ou le divorce, tout s'effondre. Il signifie par-là à l'autre qu'il n'a plus confiance en lui, qu'il ne l'aime plus, et, partant, lui ôte toute espérance humaine.

Alors, quand il n'y a plus ni foi, ni espérance, ni amour, que reste-t-il donc ? Rien. Ou plutôt si : un cœur déchiré dont toutes les plaies anciennes et présentes saignent pitoyablement.

Les deux époux, au long des années de vie commune, en sont arrivés à ne former qu'un corps. Ce corps peut être plus ou moins harmonieux ; il connaît des difficultés de communication, des troubles de fonctionnement, mais il existe réellement : il a une histoire, un équilibre, un projet, et le plus souvent des enfants.

Lorsqu'au moment du divorce l'un des conjoints dit à l'autre : « je renie tout notre passé commun et je te rejette de ma vie » , c'est comme si, au moyen d'un grand sabre (il y a des paroles qui tuent), il fendait en deux, de haut en bas, ce corps du couple, se mutilant lui-même et abandonnant sa moitié tout ensanglantée.

L'image est forte, mais elle ne fait que suggérer la profondeur de la blessure du divorce. Pour ceux qui n'ont pas la foi, c'est la fin d'un monde, un cataclysme qui bouleverse toute une vie.

Mais pour un Catholique s'ouvre une autre perspective. Car, malgré la séparation et le drame psychologique, l'unité des époux, liés par le Sacrement du Mariage, demeure spirituellement, et ne peut être atteinte ; et l'un des conjoints peut y rester fidèle, parce que Jésus Lui-même est le Garant de cette fidélité. Si l'époux chrétien trahi par son conjoint s'unit à Jésus crucifié, sa passion change totalement de sens, et, transfigurée par l'Amour, sauve l'unité de son foyer.

Le Christ nous ouvre une formidable Espérance. Dans sa Passion, Il a pris sur Lui toutes nos blessures, Il les a inscrites dans Sa chair, et ces blessures, dans son Corps glorieux, ont trouvé leur guérison. Si donc, nous qui par le Baptême sommes devenus les membres de son Corps, nous Lui présentons toutes nos meurtrissures, si nous les unissons aux Siennes, en retour Jésus nous donne la guérison que déjà Il nous a acquise à travers sa Pâque.

C’est cette Espérance que trouvent les Séparés-Divorcés Fidèles sur ce chemin de fidélité et de pardon que nous propose le Christ par des mouvements d’Église comme la Communion Notre-Dame de l'Alliance