Avant de commencer notre examen de conscience détaillée sur nos devoirs d’état, adressons à Dieu cette Prière :

« Mon Dieu, je vous supplie, par l’intercession de la Vierge Marie, de m’accorder la grâce de bien connaître tous les péchés dont je suis coupable. Faites qu’ensuite je m’en accuse avec un sincère regret de les avoir commis et une ferme volonté de les éviter à l’avenir et qu’ainsi j’en obtienne le pardon de votre miséricorde infinie. Ainsi soit-il. »

EXAMEN de CONSCIENCE sur nos « DEVOIRS D’ETAT »

1. Devoirs personnels de chrétiens :
- Quelle importance ai-je attaché à ma vie chrétienne, au milieu de toutes mes occupations ? A-t-elle la première place ? Y a-t-il dans ma vie une cohérence entre ma foi et mes œuvres ?
- Est-ce que je crois à la présence et à l’action du Seigneur dans le monde et dans ma vie de chaque jour ? Ai-je cherché à mieux connaître sa pensée et sa volonté en face des événements, en face des autres, et de mes problèmes personnels ? Suis-je fidèle à la vocation que Dieu m’a envoyée ?
- Ai-je cherché à grandir dans la foi, à approfondir ma connaissance du Seigneur par la lecture de l’Évangile et du Catéchisme, ou par tout autre moyen mis à ma disposition : retraites, cours, prédications… ?
- Ai-je eu peur de témoigner de ma foi par lâcheté, respect humain ? N’ai-je pas cédé aux doutes, à l’inquiétude, à l’angoisse, au désespoir ?
- Ai-je compté sur le Seigneur dans les difficultés et dans les tentations ?
- Est-ce que je vis dans l’attente de la vie éternelle ?
- Ai-je prié ? Régulièrement ? Avec mon cœur ? Avec toute ma vie ?
- Ai-je pris part à la Sainte Messe quand l’Église me le demande ? Y ai-je participé de mon mieux ?
- Ai-je vécu le dimanche comme un jour de prière et de joie ? N’ai-je pas accompli des travaux qui ne sont pas conformes à cet esprit ?
- Ai-je fait quelque chose pour aider la mission d’évangélisation de l’Église ? Pour ramener mes connaissances à la vraie foi ?
- N’ai-je pas refusé par souci de ma tranquillité ou par égoïsme de m’engager dans un mouvement d’Église ?
- Ai-je collaboré loyalement avec les prêtres de l’Église ? Les ai-je aidés autant que je pouvais ?

2. Devoirs envers le prochain :
- Est-ce que j’aime le prochain d’un amour vrai et efficace ?
- La misère, les souffrances des autres sont-elles pour moi une préoccupation ? Ai-je fait mon possible pour les soulager ?
- Ai-je cherché à comprendre les autres ? Ai-je cherché à les aider en mettant à leur disposition mon amitié, mon temps, mes biens ?
- N’ai-je jamais blessé les autres par mes paroles, mes gestes ?
- Ai-je risqué de porter atteinte à la vie des autres ou à la mienne, par des imprudences dans le travail, le sport ou sur la route ?
- En quoi ai-je pu trahir l’amour des autres : indifférence, oubli des autres, mise à l’écart de certains, mauvais caractère, volonté d’avoir raison à tout prix, jalousie, envie, désir de vengeance, mépris, jugement téméraire, haine, raillerie, médisance, calomnie, secrets révélés, achats ou ventes à des prix injustes, dettes impayées, choses non rendues, gaspillage ou détérioration des biens collectifs, mauvais exemple, scandale d’autant plus grand qu’il vient d’un témoin du Christ, refus de pardonner.

3. Devoirs familiaux :
Enfants :
- Ai-je vraiment aimé mes parents, en évitant d’augmenter leurs difficultés, en leur apportant mon concours, en leur manifestant mon affection ?
- Ai-je respecté mes parents ? En leur parlant avec déférence, en ne les jugeant pas sans les comprendre ?
- Ai-je respecté l’autorité de mes parents en écoutant leurs conseils, leurs ordres et en les exécutant de mon mieux ?
- N’ai-je pas gêné l’atmosphère familiale par de la mauvaise humeur, de la bouderie, de la révolte ?
- Est-ce que j’aide de mon mieux mes parents âgés quand ils sont dans la gêne ou malades ou isolés ?
- Est-ce que je cherche à bien m’entendre avec tous les membres de ma famille ?
Personnes mariées :
- Suis-je fidèle à l’amour promis le jour du mariage ? Ai-je cherché à développer cet amour, à me donner sans réserve et à me sacrifier ?
- Ai-je souci des désirs, des goûts, des difficultés de mon époux ou de mon épouse ?
- N’ai-je pas négligé mon foyer ? Ai-je le souci de penser à deux les problèmes de ma famille ?
- N’ai-je pas gâché notre amour en ne maîtrisant pas suffisamment les défauts de mon caractère ?
- N’ai-je pas recherché les joies du mariage par simple égoïsme ?
- La communion des cœurs et des esprits l’emporte-t-elle et anime-t-elle celle des corps ?
- N’ai-je pas par égoïsme refusé d’avoir des enfants ? Ai-je dans ce but utilisé des moyens défendus ?
- Est-ce que j’apporte toute l’attention voulue à l’éducation de mes enfants ?
- Est-ce que je cherche à les connaître, à les comprendre, à découvrir leurs goûts, leur vocation, à suivre leur évolution quand ils grandissent ?
- Ai-je pensé à leur donner le moyen d’exercer leur liberté quand ils grandissent ?
- Mon attitude envers eux ne manque-t-elle pas de fermeté ou au contraire d’affection et de confiance ?
- Est-ce que je leur donne le bon exemple ?
- Ai-je cherché à les éduquer religieusement ? Leur ai-je donné le sens de la prière ?
- Ai-je cherché à garder au foyer le sens du jour du Seigneur ? Ai-je aidé mes enfants à préparer leur messe ?
- Ai-je considéré comme un honneur et un devoir de donner à Dieu des prêtres, des religieuses ?
- Notre foyer est-il accueillant pour les autres ?

4. Devoirs professionnels :
Enfants :
- Ai-je manqué l’école par ma faute ?
- Ai-je mal étudié mes leçons, mal fait mes devoirs ?
- Ai-je triché en classe (copié, soufflé) ?
Adultes :
- Ai-je négligé mon travail ?
- Ai-je conscience des responsabilités qu’engage ma situation, mon rôle ?
- Quelle est mon attitude à l’égard de ceux qui me dirigent ?
- N’ai-je pas cherché, par méchanceté ou jalousie, à miner leur autorité ?
- Quelle est mon attitude vis à vis de ceux qui travaillent avec moi ? N’ai-je pas tendance à me décharger sur les autres de ma tâche ? Est-ce que je sais les aider, les soutenir, entretenir avec eux des relations de bonne camaraderie ?
- Ai-je pris ma place dans les organisations professionnelles ?
- Quelle est mon attitude vis à vis de ceux que je commande ou que j’emploie ? Est-ce que je les rétribue conformément à la justice ? Les ai-je traités humainement, en respectant leur dignité d’hommes ? Ne leur ai-je pas confié des tâches au-dessus de leurs forces ? Leur ai-je accordé le repos auquel ils ont droit et dont ils ont besoin ?

5. Devoirs civiques :
- Ai-je rempli mes devoirs de chrétien dans la société ?
- Ai-je cherché à m’informer le mieux possible pour comprendre les problèmes sociaux et économiques ? A découvrir les solutions justes et efficaces ?
- Ai-je le souci de tenir ma place dans la vie de la cité ou de la nation pour lui donner une meilleure orientation ? Ai-je su accepter les charges municipales ou autres en les envisageant comme un service ?
- Ai-je choisi mes représentants en fonction de leur aptitude à promouvoir le bien commun et la loi divine plutôt qu’en fonction de leur aptitude à défendre mes intérêts ?
- Ai-je fait mon possible pour faire changer les lois injustes (Avortements, divorce, euthanasie, pacs, etc.) ?