Pour Noël 2019, le groupe djihadiste État islamique en Afrique de l’Ouest (ISWAP), issu d’une scission au sein groupe Boko Haram, a assassiné onze chrétiens enlevés dans le nord-est du Nigeria. Pour faire connaître au monde entier leur crime, les terroristes ont adopté l’odieux procédé de leur modèle, Daech, en filmant cette exécution collective et en diffusant la vidéo le 26 décembre 2019. C’est « un message aux Chrétiens du monde entier » déclare un homme au visage masqué dans cette vidéo diffusée par Amaq, l’agence de propagande de l’État islamique.

Execution-de-onze-Chretiens-au-Nigeria-a-Noel-2019.jpg

Si les islamistes commettent des atrocités dans le monde entier, cette nouvelle exécution macabre de onze Chrétiens au Nigeria à Noël rappelle que le Nigéria est de loin le pays qui paie le plus lourd tribut à la véritable extermination des Chrétiens qui s’avère être l’un des principaux objectifs des « fous d’Allah » qui ne sont pas que des « déséquilibrés psychiatriques ».

Depuis dix ans, le conflit armé mené initialement par le groupe islamiste Boko Haram, a fait plus de 36 000 morts (dont une moitié de civils) et deux millions de déplacés au Nigeria, selon les derniers chiffres de l’ONU. Il s’est propagé au Niger, au Tchad et au Cameroun voisins. Selon l’ONG Portes ouvertes, 90% des Chrétiens tués en 2018 dans le monde l’ont été au Nigeria (soit 3 731 morts sur le sol nigérian, pour la plupart des paysans, victimes des djihadistes et des éleveurs peuls musulmans).

La veille de Noël, Boko Haram a attaqué un village près de la ville de Chibok, dans l’État de Borno, au nord-est du pays, tuant sept Chrétiens. C’est à Chibok que Boko Haram a enlevé 276 écolières en 2014, dont 112 en captivité.

Sur les six premiers mois de 2019, 52 attaques terroristes islamistes ont été menées contre des villages chrétiens.

« Allez expliquer aux Chrétiens nigérians qu'ils ne sont pas victimes d'un conflit religieux, quand ils voient des combattants Peuls entièrement vêtus de noir, qui scandent « Allahu Akbar ! » et crient « Mort aux Chrétiens », s’indigne Sœur Monica Chikwe

« S’il vous plaît, trouvez un moyen d’attirer l’attention du monde sur la menace terroriste peule », implorait Mgr Joseph Bagobiri, évêque de Kafanchan dans l’État de Kaduna (nord du Nigeria), en mars 2017.

En 2018, Mgr Ndagoso, archevêque de Kaduna, avertissait que : « Dans le nord du Nigeria, des milliers de personnes ont fui la guerre, les menaces et l’oppression ».

En 2018 toujours, Mgr Wilfred Chikpa Anagbe, évêque du diocèse de Makurdi, titrait sans ambiguïté « Nigeria : Il y a un plan pour islamiser les régions chrétiennes ». L’évêque réagissait à l’assassinat de deux de ses Prêtres et de 17 fidèles, massacrés alors qu’ils célébraient la Messe de Pâques.

Mgr Matthew Ishaya Audu, évêque de Lafia : « Ils veulent frapper les Chrétiens et le gouvernement ne fait rien pour les arrêter, car le président Buhari appartient également à l'ethnie des Fulani ».

« Le Jihad a été déclenché au Nigeria par les islamistes du nord à la tête desquels se trouve l'ethnie Fulani. Ce Jihad est basé sur la haine enseignée dans les mosquées et les madrassas islamiques du nord du Nigeria, ainsi que sur l'idéologie suprémaciste des Fulani. Utilisant le djihad conventionnel (violent) et le djihad furtif (civilisationnel), les islamistes du nord apparaissent déterminés à faire du Nigéria un sultanat islamique et à remplacer la démocratie libérale par la charia... Nous voulons un Nigéria où les citoyens sont traités également devant la loi à tous les niveaux ... »

En un an seulement, de juin 2017 à juin 2018, les musulmans ont massacré environ 9 000 Chrétiens et détruit au moins un millier d'églises.

Mais les médias et les analystes occidentaux présentent les conflits du Nigéria comme la conséquence des « inégalités », de la « pauvreté » et des problèmes économiques.

Voir le « Massacre de Chrétiens » pour ce même Noël 2019 au Burkina Faso, « Des Chrétiens égorgés par des Musulmans : 100.000 par an ! » et « 200 millions de Chrétiens subissent des formes brutales de persécution ! »

Le 24 janvier 2020, une vidéo publiée par l’agence de presse Amaq de l’Etat islamique met en scène « un jeune djihadiste d’environ huit ans qui exécute un prisonnier chrétien nigérian » dans la région de Borno, au nord-est du pays. Ce jeune djihadiste est issu de l’organisation terroriste de la province de l’Etat islamique en Afrique de l’Ouest (ISWAP), une branche dissidente de Boko Haram créée en 2016. Depuis sa création, l’Etat islamique utilise régulièrement de jeunes enfants, surnommés les « petits du califat », pour commettre des meurtres de prisonniers Chrétiens dans des vidéos de propagande.

Et en France, les islamistes ne sont que des « déséquilibrés psychiatriques » !


Prions pour nos Martyrs Chrétiens, ceux qui dénoncent ces barbaries islamistes, leurs bourreaux et tous ceux qui veulent cacher ces Crimes contre l’Humanité Chrétienne !

Pere-Jacques-Hamel.jpg

Prions pour le Père Jacques Hamel… Et ses bourreaux !

Musulmans-Abdel-Malik-et-Adel-Kermiche.jpg


Voir la « Prière pour la conversion des musulmans » de Monseigneur Louis-Antoine-Augustin Pavy

Et la Prière de Pierre-Marie Varennes « Seigneur, brise la folie de ceux qui terrorisent leurs semblables »