Genevieve-Cotet-Divorcee-non-remariee.jpg

Geneviève Cotet, l’amie de saint Pierre a fondé le groupe Saint-Pierre pour les divorcés non remariés de sa Paroisse. Saint Pierre a toujours été un guide pour Geneviève. Elle l’a croisé tôt sur sa route, à l’abbaye Saint-Pierre-de-Solesmes, où elle se rendait avec sa maman qui lui a transmis la foi, puis à Saint-Pierre-de-Neuilly dont elle fut paroissienne pendant quarante ans. En 2002, quand le Curé de Saint-Ferdinand-des-Ternes (Paris XVIIe), lui demande de monter un groupe de personnes divorcées et fidèles à leur Sacrement de Mariage, elle choisit le nom de l’Apôtre. Saint Pierre, celui qui a renié Jésus ? Geneviève s’insurge : « Saint Pierre, apôtre de la fidélité, plutôt ! Il s’attendait à un Messie glorieux, il ne pouvait pas croire à ce Sauveur rabaissé. Il n’a pas tout compris, il a traversé les difficultés et il s’est relevé jusqu’à prendre la succession du Christ, tout de même ».

Geneviève, quittée par son mari à 29 ans avec deux enfants, aime la droiture de l’Apôtre mais se sent peut-être aussi proche de sa tristesse. Elle se tourne vers un tableau où il verse des larmes, qui trône en bonne place dans son salon. Après douze ans de bons et loyaux services, elle vient de quitter le groupe : « Je ne suis plus divorcée, je suis veuve désormais », glisse-t-elle, et entend « laisser place aux jeunes ». Avec la joie de constater que les participants au groupe Saint-Pierre sont de plus en plus nombreux à venir s’y nourrir.

Elle n’aime pas tellement parler d’elle – « Je ne suis pas un être de paroles » –, mais accepte de s’exprimer sur ce groupe, car il fut un soutien « essentiel pour tenir ». Elle y a écouté les enseignements du curé, partagé l’Évangile, prié. Il lui a permis aussi d’approfondir « l’Alliance avec le Christ » et elle a mieux compris ce que signifiait le Mariage : « En disant oui à mon conjoint dans le sacrement de mariage, j’ai dit oui au Christ, et je voulais demeurer dans cette union contre vents et marées, malgré les tentations, les difficultés et la solitude. » Avant d’ajouter : « Que resterait-il s’il n’y avait pas la foi ? »

La foi l’a soutenue pendant les années difficiles, alors qu’elle devait travailler tout en élevant ses filles. Mais dès la séparation, elle a su qu’elle serait fidèle. Pour ses enfants, qui subissent déjà le traumatisme du départ de leur père, et « pour pouvoir continuer à communier ». Elle en a récolté les fruits tout en long de sa vie, même si le choix n’a pas toujours été facile. Mais « il m’a donné la joie de la fidélité ». Jusqu’à la réconciliation avec son mari, quelques années avant sa mort.

Alors que le Synode sur la Famille prévoit parmi ses sujets d’étude celui des fidèles divorcés remariés, Geneviève regrette – elle l’a écrit à Mgr André Vingt-Trois, archevêque de Paris, et président délégué du Synode – que l’Église ne se préoccupe pas assez des divorcés « avant » qu’ils ne se remarient, plutôt qu’« après ».

Désormais, Geneviève aura plus de temps – même si à 90 ans les trajets sont compliqués – pour se rendre à l’abbaye de Solesmes, dont elle est devenue oblate. À ceux qui la louent pour sa fidélité, elle répond : « J’ai fait ce que le Seigneur m’a demandé de faire ». Elle qui a vécu toute sa vie par les Sacrements, vient de découvrir, tardivement, que son Baptême avait eu lieu un 29 juin. Le jour de la Saint-Pierre.

Article réalisé par Olivia de Fournas le 15/10/2015 dans le Numéro 1970 de Famille Chrétienne


Voir également sur les « Divorcés non remariés » :
L’article de Famille Chrétienne « Enquête sur les Séparés-Divorcés-Fidèles : Lumière pour le Synode sur la Famille »
L’article du bimensuel catholique "L'Homme Nouveau" : « Des divorcés fidèles témoignent de la force du Sacrement de Mariage »
L’article de l'Abbé Grosjean « On ne parle pas assez des séparés ou divorcés fidèles ! »
Le « Témoignage de Geneviève Cotet », divorcée non « remariée » civilement
Mgr Dominique Rey s’intéresse de près aux « Séparés-Divorcés Fidèles »
La « Communion Notre-Dame de l'Alliance » » qui réunit des conjoints séparés ou divorcés qui décident de vivre seuls sans « refaire leur vie » mais en la continuant sur un chemin de fidélité, de pardon et d'espérance dans la foi au Christ et l’amitié fraternelle.

A lire également :
« La question du divorce » selon Saint Mattieu
Les 7 contributions de la CNDA au Synode 2014 sur la Famille
« Il est interdit de divorcer » selon Saint Paul
La séparation des conjoints avec maintien du lien conjugal
L’indissolubilité du Mariage et la Grâce du Sacrement
Le Mariage : c’est « pour toujours » !
Etre fidèle à son mariage malgré le divorce
Après la séparation, y a-t-il encore une grâce du mariage ?
Les cas des Divorcés « non remariés » et des Divorcés « remariés »