Josemaria-Escriva-de-Balaguer-Opus-Dei-1.jpg

L’Homélie de Saint Josémaria Escriva pour aller vers la Sainteté « La Volonté de Dieu, c'est que nous soyons des Saints » :


Vers la Sainteté

294 - Nous sommes bouleversés, notre cœur est profondément ému lorsque nous écoutons avec attention ce cri de saint Paul : « Voici quelle est la volonté de Dieu : c'est votre sanctification » (1 Th 4, 3). Je me le propose aujourd'hui une fois de plus et je vous le rappelle à vous aussi, et à l'humanité tout entière : la Volonté de Dieu, c'est que nous soyons des Saints !
Pour apaiser les âmes, d'une paix véritable, pour transformer la terre, pour chercher Dieu notre Seigneur dans le monde et à travers les choses du monde, la sainteté personnelle est indispensable. Au cours de mes entretiens avec des personnes de tant de pays et des milieux sociaux les plus variés, l'on me demande souvent : « Qu'avez-vous à dire à ceux qui sont mariés ? Et à ceux qui travaillent à la campagne ? Et aux veuves ? Et aux jeunes ? »
Je réponds systématiquement que je n'ai qu'une seule marmite pour tout le monde. Et je souligne d'ordinaire que notre Seigneur Jésus-Christ a prêché la bonne nouvelle à tout le monde, sans aucune distinction. Une seule marmite et une seule nourriture : « Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m'a envoyé et d'accomplir son œuvre » (Jn 4, 34). Il appelle chacun à la sainteté et demande à chacun de l'amour : jeunes et vieux, célibataires et mariés, bien portants et malades, cultivés et ignorants, quel que soit leur lieu de travail, où qu'ils se trouvent. Il n'y a qu'une seule façon de grandir dans la familiarité et la confiance en Dieu : le fréquenter dans la prière, lui parler, lui manifester, de cœur à cœur, notre amour.

Communion-des-Saints.jpg

Parler à Dieu

295 « Quand vous m'invoquerez, je vous écouterai » (Jr 29, 12). Et nous l'invoquons en lui parlant, en nous adressant à lui. C'est pourquoi nous devons mettre en pratique cette exhortation de l'Apôtre : « sine intermissione orate » (1Th 5, 17) ; priez toujours, quoi qu'il arrive. « Non seulement avec le cœur, mais de tout votre cœur » (Saint Ambroise, Expositio in Psalmum 118, 19, 12 – PL15, 1471).
Vous allez peut-être penser que la vie n'est pas toujours facile, que les chagrins, les peines et les tristesses ne manquent pas. Je vous répondrai toujours avec saint Paul, que « ni mort, ni vie, ni anges ni principautés, ni présent ni avenir ni puissance, ni hauteur ni profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté dans le Christ Jésus notre Seigneur » (Rm 8, 38-39). Rien ne peut nous éloigner de la charité de Dieu, de l'amour et de la relation constante avec notre Père.
Recommander cette union continuelle avec Dieu, n'est-ce pas présenter un idéal si élevé qu'il se révèle inaccessible à la majorité des chrétiens ? C'est vrai, le but est élevé, mais il n'est pas inaccessible. Le sentier qui conduit à la sainteté est un sentier de prière ; et la prière doit prendre peu à peu dans l'âme, comme la petite graine qui deviendra plus tard un arbre feuillu.


296 - Nous commençons par des prières vocales que, beaucoup d'entre nous ont répétées lorsque nous étions enfants : des phrases ferventes et simples, adressées à Dieu et à sa Mère, qui est notre Mère. Maintenant encore, matin et soir, non pas un jour, mais de façon habituelle, je renouvelle cette offrande que mes parents m'ont apprise : « Notre Dame, ma Mère, je m'offre entièrement à vous. Et comme preuve de mon affection filiale, je vous consacre aujourd'hui mes yeux, mes oreilles, ma langue, mon cœur ... » N'est-ce pas là, en quelque sorte, un début de contemplation, la preuve manifeste d'un abandon confiant ? Que se disent ceux qui s'aiment lorsqu'ils se rencontrent ? Comment se comportent-ils ? Ils sacrifient tout ce qu'ils sont et tout ce qu'ils ont pour la personne qu'ils aiment.
D'abord une oraison jaculatoire, puis une autre, et une autre ... jusqu'à ce que cette ferveur semble insuffisante, tant les mots paraissent pauvres ... : alors on donne libre cours à l'intimité divine, dans une contemplation de Dieu qui ne connaît ni repos, ni fatigue. Nous vivons alors comme des captifs, comme des prisonniers. Tandis que nous réalisons avec la plus grande perfection possible, malgré nos erreurs et nos limites, les occupations propres à notre condition et à notre métier, notre âme désire ardemment s'échapper. Elle va vers Dieu, comme le fer attiré par la force de l'aimant. L'on commence à aimer Jésus, de façon plus efficace, et à ressentir une tendre émotion.


297 « Je vous délivrerai de la captivité, où que vous soyez » (Jr 29, 14). Nous nous délivrons de l'esclavage par la prière : nous nous savons libres, nous élevant comme dans un chant d'amour – épithalame d'une âme ardente - qui nous pousse à désirer ne pas nous écarter de Dieu. C'est une nouvelle façon de marcher sur terre, une façon divine, surnaturelle et merveilleuse. Nous rappelant bien des écrivains espagnols du seizième siècle, peut-être voudrons-nous goûter nous aussi la saveur de ces mots : « Je vis parce que je ne vis pas : c'est le Christ qui vit en moi ! » (Ga 2, 20 ). Nous acceptons avec joie la nécessité de travailler dans ce monde de nombreuses années durant, parce que Jésus a bien peu d'amis ici-bas. Ne refusons pas l'obligation de vivre, de nous dépenser jusqu'au bout au service de Dieu et de l'Église. Et cela en toute liberté : « ln libertatem glorie filiorum Dei (Rm 8, 21), qua libertate Christus nos liberavit (Ga 4,31) ; avec la liberté des enfants de Dieu, que Jésus-Christ nous a gagnée en mourant sur le bois de la Croix.


298 - Il est possible que, dès le début, s'élèvent de gros nuages de poussière et qu'en même temps, recourant à un terrorisme psychologique violent et bien orchestré, véritable abus de pouvoir, les ennemis de notre sanctification entraînent dans la même direction absurde qu'eux ceux qui avaient longtemps maintenu une autre ligne de conduite, plus normale et plus droite. Et bien que leur voix ressemble au son d'une cloche fêlée, fondue avec du mauvais métal, et bien différente du sifflement du pasteur, ils avilissent la parole, ce don qui est parmi les plus précieux que l'homme ait reçus de Dieu, ce cadeau somptueux, qui nous permet de manifester les pensées les plus élevées d'amour et d'amitié envers le Seigneur et envers ses créatures, au point de justifier ce que saint Jacques dit de la langue : « C'est le monde du mal » (Jc 3, 6), Il est vrai qu'elle peut causer beaucoup de mal : mensonges, dénigrements, outrages, mystifications, insultes, insinuations malveillantes.

Christ-2.jpg

La Très Sainte Humanité du Christ

299 - Comment pourrons-nous franchir ces obstacles ? Comment réussir à nous fortifier dans cette résolution qui commence à nous paraître bien lourde ? En nous inspirant du modèle que la très Sainte Vierge, notre Mère, nous donne : une voie très large, qui passe forcément par Jésus.
Pour nous approcher de Dieu, nous devons emprunter la bonne voie : la Très Sainte Humanité du Christ. C'est pourquoi je conseille toujours la lecture de livres qui relatent la Passion du Seigneur. Ces écrits, pleins de piété sincère, rendent présent à notre esprit le Fils de Dieu, Homme comme nous et vrai Dieu, qui aime et qui souffre dans sa chair pour la Rédemption du monde.
Considérez une des dévotions le plus profondément enracinées chez les chrétiens, la récitation du Saint Rosaire.
L’Église nous invite à en contempler les mystères : pour qu'avec la joie, la douleur, et la gloire de Sainte Marie, s'imprime dans notre tête et dans notre imagination l'exemple admirable du Seigneur, dans ses trente années d'obscurité, dans ses trois ans de prédication, dans sa Passion ignominieuse et dans sa glorieuse Résurrection.
Suivre le Christ : voilà le secret. L’accompagner de si près que nous vivions avec lui, comme ses douze premiers apôtres ; de si près que nous nous identifiions à lui. Nous ne tarderons pas à affirmer, si nous ne mettons pas d'obstacle à l'action de la grâce, que nous nous sommes revêtus de notre Seigneur Jésus-Christ (Cf. Rm 13, 14). Le Seigneur se reflète en notre conduite comme dans un miroir. Si le miroir est tel qu'il doit être, il conservera le visage très aimable de notre Sauveur sans le défigurer, sans le caricaturer: et les autres pourront l'admirer, le suivre.


300 - J'ai distingué quatre degrés dans cet effort pour nous identifier au Christ :
Le chercher,
Le trouver,
Le fréquenter,
L’aimer.
Peut-être vous rendrez-vous compte que vous en êtes à la première étape. Cherchez-le alors avec acharnement ; cherchez-le en vous-mêmes de toutes vos forces. Si vous agissez avec cette opiniâtreté, j'ose vous garantir que vous l'avez déjà rencontré et que vous avez commencé à le fréquenter et à l'aimer, et à avoir votre conversation dans le ciel (Cf. Ph 3, 20).
Je prie le Seigneur pour que nous nous décidions à nourrir dans notre âme l'unique ambition noble, la seule qui en vaille la peine : aller à Jésus, comme sa Mère Bénie et le saint Patriarche y sont allés, avec un très grand désir, avec abnégation, sans rien négliger. Nous participerons au bonheur de l'amitié divine, dans un recueillement intérieur compatible avec nos devoirs professionnels et avec nos devoirs de citoyens, et nous le remercierons de la délicatesse et de la clarté avec lesquelles il nous apprend à accomplir la Volonté de notre Père qui habite dans les cieux.


301 - N'oubliez pas qu'être avec Jésus c'est certainement rencontrer sa Croix. Lorsque nous nous abandonnons entre les mains de Dieu, il permet souvent que nous goûtions la douleur, la solitude, la contradiction, la calomnie, la diffamation, la moquerie au dedans de nous-mêmes et à l'extérieur, parce qu'il veut nous rendre conformes à son image et à sa ressemblance, et qu'il tolère aussi que l'on nous traite de fous et que l'on nous prenne pour des sots. Le moment est alors venu d'aimer la mortification passive, qui se présente cachée ou, au contraire, effrontée et insolente, lorsque nous ne l'attendons pas. On en vient à blesser les brebis avec les pierres qui devraient être réservées aux loups : et celui qui veut suivre le Christ s'aperçoit à ses dépens que ceux qui devraient l'aimer adoptent envers lui un comportement qui va de la méfiance à l'hostilité, du soupçon à la haine. Ils le regardent de travers, comme si c'était un menteur, parce qu'ils ne croient pas qu'il puisse avoir des rapports personnels avec Dieu, une vie intérieure ; ils sont en revanche pleins d'amabilité et de compréhension pour l'athée et pour l'indifférent, même si souvent, ceux-ci se conduisent d'une façon indisciplinée et impudente.
Le Seigneur permet peut-être que son disciple soit attaqué avec l'arme, peu honorable pour qui en use, des injures personnelles, des lieux communs, résultat tendancieux et coupable d'une propagande massive et mensongère : tout le monde n'a pas la chance d'être doué de bon goût et de mesure.
Il n'est pas étonnant que ceux qui soutiennent une théologie incertaine et une morale relâchée, sans freins, et qui pratiquent au gré de leur caprice personnel une liturgie douteuse, une discipline digne des hippies et un mode de gouvernement irresponsable, il n'est pas étonnant qu'ils répandent jalousies, soupçons, dénonciations mensongères, offenses, mauvais traitements, humiliations, racontars et vexations en tout genre contre ceux qui ne parlent que de Jésus-Christ.
C'est ainsi que Jésus sculpte l'âme des siens, sans cesser de leur donner la sérénité et la joie intérieure, car ils savent très bien que les démons ne peuvent faire une vérité de cent mensonges réunis, et il grave en eux la conviction que c'est seulement lorsqu'ils se seront décidés à renoncer à tout confort qu'ils Le trouveront.


302 - En admirant et en aimant vraiment la Très Sainte Humanité de Jésus, nous découvrirons ses plaies une à une. Et dans ces moments de purification passive – moments pénibles, durs, qui nous arrachent des larmes à la fois douces et amères, que nous nous efforçons de cacher - nous aurons besoin de nous introduire dans chacune de ces très saintes blessures : pour nous purifier, pour nous réjouir dans ce Sang rédempteur, pour nous fortifier. Nous accourrons comme ces colombes qui, au dire de l'Écriture (Cf. Ct 2, 14), se blottissent dans les anfractuosités des rochers à l'heure de la tempête. Nous nous cachons dans ce refuge, pour trouver l'intimité du Christ : et nous verrons combien sa parole est affable et son visage aimable (Cf. Ct 2, 14), parce que « ceux qui savent que sa voix est douce et agréable sont ceux qui ont reçu la grâce de l'Évangile qui leur fait dire : tu as les paroles de la vie éternelle (Saint Grégoire de Nysse, ln Canticum Canticorum homiliae, 5 - PG 44, 879).


303 - N'allons pas croire que, sur ce chemin de la contemplation, les passions se tairont à tout jamais. Nous nous tromperions si nous pensions que la quête ardente du Christ, le fait de le rencontrer, de le fréquenter, d'éprouver la douceur de son amour nous transformaient en personnes impeccables.
Vous en avez l'expérience, mais permettez-moi cependant de vous le rappeler : l'ennemi de Dieu et de l'homme, satan, ne s'avoue pas vaincu, ne se repose pas. Il nous assaille, même quand notre âme brûle d'amour de Dieu. Il sait que la chute est alors plus difficile, mais que, s'il obtient que la créature offense son Seigneur, ne serait-ce qu'en peu de chose, il pourra alors lancer contre cette conscience la terrible tentation du désespoir.
Si vous voulez apprendre de l'expérience d'un pauvre prêtre qui ne veut parler que de Dieu, je vous conseillerai, lorsque la chair voudra recouvrer ses privilèges perdus ou que l'orgueil - ce qui est pire - se rebellera et se cabrera, d'aller vite vous réfugier dans ces fissures divines qu'ont ouvertes dans le Corps du Christ les clous qui l'ont fixé à la Croix et la lance qui a transpercé sa poitrine. Allez-y de la façon qui vous émeut le plus, et déversez dans les plaies du Seigneur tout votre amour humain ... et votre amour divin. Voilà ce que signifie désirer l'union, se sentir frère du Christ, du même sang que lui, fils de la même Mère, parce que c'est elle qui nous a conduits jusqu'à Jésus.



La Sainte Croix

304 - Désir d'adoration, soif de réparation dans une douceur paisible et dans la souffrance. L’affirmation du Christ deviendra vie de notre vie : « Qui ne prend pas sa croix et ne vient pas à ma suite n'est pas digne de moi » (Mt 10, 38). Et le Seigneur se fait de plus en plus exigeant, il nous demande réparation et pénitence, au point de nous pousser à vouloir, d'un désir ardent, « vivre pour Dieu, crucifié avec le Christ » (Ga 2, 19) : « Mais ce trésor, nous le portons en des vases d'argile fragiles et délicats pour qu'on voie bien que cette extraordinaire puissance appartient à Dieu et ne vient pas de nous » (2Co 4, 7).
« Nous sommes pressés de toutes parts, mais non pas écrasés ; ne sachant qu'espérer, mais non désespérés ou sans ressources ; persécutés, mais non abandonnés ; terrassés, mais non annihilés. Nous portons partout et toujours en notre corps les souffrances de mort de Jésus » (2Co 4, 8-10).
Nous imaginons en outre que le Seigneur ne nous écoute pas, que nous nous sommes égarés, que seul le monologue de notre voix se fait entendre. Nous nous trouvons comme privés de soutien sur la terre et abandonnés du ciel. Cependant notre horreur du péché, même véniel, est bien réelle et pratique. Alors, avec l'entêtement de la Cananéenne, nous nous prosternons comme elle avec soumission pour l'adorer et supplier : « Seigneur, viens à mon secours » (Mt 15, 25). Et l'obscurité disparaîtra, chassée par la lumière de l'Amour.


305 - C'est le moment de crier : souviens-toi des promesses que tu m'as faites, pour me remplir d'espérance ; cela me console dans mon néant et remplit ma vie de force (Cf. Ps 118, 49-50). Notre Seigneur veut que nous comptions sur lui pour tout : nous voyons avec évidence que sans lui nous ne pouvons rien (Cf. Jn 15, 5) ; et qu'avec lui nous pouvons tout (Cf. Ph 4, 13). Notre décision de cheminer toujours en sa présence s'affermit (Cf. Ps 113, 168).
Possédant la clarté de Dieu dans notre intelligence, qui semble inactive, il nous paraît indéniable que, si le Créateur prend soin de tout, même de ses ennemis, à plus forte raison il prendra soin de ses amis ! Nous nous persuadons de ce qu'il n'y a ni mal, ni contradiction qui ne serve au bien : c'est ainsi que s'affermissent dans notre esprit la joie et la paix, qu'aucune raison humaine ne pourra nous arracher, parce que ces visitations laissent toujours en nous quelque chose de spécifique, quelque chose de divin. Nous louerons Dieu notre Seigneur qui a réalisé en nous des œuvres admirables (Cf. Jb 5, 9). Et nous comprendrons que nous avons été créés avec la capacité de posséder un trésor infini (Cf. Sg 7, 14).

Trinite-1.jpg

La Très Sainte Trinité

306 - Nous avions commencé par ces prières vocales, simples, charmantes, apprises dans notre enfance et que nous aimerions ne jamais abandonner. La prière, qui a commencé avec cette naïveté enfantine suit maintenant un cours large, paisible et sûr au rythme de notre amitié avec Celui qui a affirmé : « Je suis le Chemin » (Jn 14, 6). Si nous aimons ainsi le Christ, si nous nous réfugions avec une audace divine dans la plaie que la lance a ouvert dans son côté, la promesse du Maître s'accomplira : « Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole, et mon Père l'aimera et nous viendrons à lui, et nous ferons chez lui notre demeure » (Jn 14, 23).
Notre cœur a besoin alors de distinguer et d'adorer chacune des Personnes divines. L’âme fait en quelque sorte une découverte dans la vie surnaturelle, comme une créature qui ouvre peu à peu les yeux à l'existence. Et elle amorce un dialogue d'amour avec le Père, avec le Fils et avec l'Esprit Saint ; et elle se soumet facilement à l'activité du Paraclet vivificateur, qui se donne à nous sans que nous le méritions : ce sont les dons et les vertus surnaturelles !


307 - Nous avons couru « comme le cerf, qui languit après l'eau vive » (Ps 41, 2) ; assoiffés, secs, la bouche en feu. Nous voulons boire à cette source d'eau vive. Sans rien faire d'extraordinaire, nous évoluons tout au long du jour dans cette abondante et limpide source aux eaux fraîches qui jaillissent jusqu'à la vie éternelle (Cf. Jn 4, 14). Les mots deviennent inutiles, parce que la langue n'arrive pas à s'exprimer. Alors le raisonnement se tait. On ne discourt plus : on se regarde ! Et l'âme se met encore une fois à chanter un chant nouveau, parce qu'elle se sent et se sait aussi sous le regard aimant de Dieu, à tout instant.
Je ne parle pas de situations extraordinaires. C'est, ce peut très bien être, ce qui arrive d'ordinaire en notre âme : une folie d'amour qui, sans spectacle, sans excentricités, nous apprend à souffrir et à vivre, parce que Dieu nous accorde la Sagesse. Quelle sérénité, quelle paix alors, une fois engagés « sur le chemin resserré qui mène à la vie » (Mt 7, 14).


308 – Ascétique ? Mystique ? Je ne saurais le dire. Que ce soit de l'ascétique ou de la mystique, qu'est-ce que cela peut bien faire ? C'est une faveur de Dieu. Si tu t'efforces de méditer, le Seigneur ne te refusera pas son assistance. Foi et œuvres de foi : des œuvres, parce que le Seigneur - tu as pu le constater depuis le début et je l'ai souligné en son temps - est de plus en plus exigeant. C'est déjà de la contemplation et c'est l'union : telle doit être la vie de beaucoup de chrétiens, bien qu'ils ne s'en soient même pas rendu compte, chacun parcourant son propre chemin spirituel, il y en a une infinité, au milieu des occupations du monde.
Une prière et une conduite qui ne nous écartent pas de nos activités habituelles, qui nous conduisent au Seigneur à travers ces nobles préoccupations terrestres. En élevant toute cette activité vers le Seigneur, la créature divinise le monde. J’ai parlé souvent du mythe du roi Midas qui convertissait en or tout ce qu'il touchait. Malgré nos erreurs personnelles, nous pouvons convertir tout ce que nous touchons en or de mérites surnaturels.


309 - Ainsi agit notre Dieu. Quand revient ce fils qui avait dépensé son argent en menant une vie dissolue et qui surtout avait oublié son père, celui-ci dit : « Vite, apportez la plus belle robe et l'en revêtez, mettez-lui un anneau au doigt et les chaussures aux pieds. Amenez le veau gras, tuez-le, mangeons et festoyons » (Lc 15, 22-23)
Dieu notre Père, quand nous accourons à lui avec repentir, tire richesse de notre misère et force de notre faiblesse. Que ne nous préparera-t-il pas, si nous ne l'abandonnons pas, si nous le fréquentons chaque jour, si nous lui adressons des mots affectueux, confirmés par nos actes, si nous lui demandons tout, confiants en sa toute-puissance et en sa miséricorde ? Le seul fait que son fils soit retourné à lui après l'avoir trahi suffit pour qu'il prépare une fête : que ne fera-t-il pas pour nous qui nous sommes efforcés de rester toujours avec lui ?
Effaçons donc de notre souvenir les offenses que l'on nous a faites, les humiliations dont nous avons souffert, aussi injustes, inciviles et grossières qu'elles aient été, parce qu'il n'est pas digne d'un fils de Dieu de tenir un registre pour présenter ses doléances. Nous ne pouvons oublier l'exemple du Christ. Nous ne pouvons pas changer notre foi chrétienne comme nous changeons de veste : elle peut s'affaiblir, se fortifier, nous pouvons la perdre. Grâce à cette vie surnaturelle, la foi se fortifie, et l'âme s'atterre de la misérable nudité humaine, quand elle est amputée du divin.
Alors elle pardonne, elle remercie : mon Dieu, si je considère ma pauvre vie, je n'y trouve aucun motif de vanité, et moins encore d'orgueil ; je n'y trouve que d'abondantes raisons pour vivre toujours humble et contrit. Je sais bien qu'il n'est pas plus grande noblesse que de servir.



Prière vivante

310 « Je me lèverai donc, et parcourrai la ville. Dans les rues et sur les places, je chercherai celui que mon cœur aime ... » (Ct 3, 2) Et non seulement la ville : je courrai d'un bout du monde à l'autre - par tous les pays, par toutes les villes, par les chemins et les sentiers - pour obtenir la paix de mon âme. Et je la découvre dans mes occupations quotidiennes, qui ne sont pas pour moi un obstacle mais au contraire, une voie et un motif pour aimer Dieu de plus en plus et m'unir de plus en plus à lui.
Et lorsque la tentation du découragement, de la résistance, de la lutte, de la tribulation, d'une nouvelle nuit de l'âme nous assaille avec violence, le psalmiste met sur nos lèvres et dans notre intelligence ces mots : « Je suis avec lui dans la détresse » (Ps 90, 15). Ô Jésus, comparée à ta Croix, que vaut la mienne ? Comparées à tes blessures, que sont mes égratignures ? Comparée à ton Amour immense, infini et pur, qu'est-ce que cette pauvre petite peine dont tu as chargé mes épaules ? Et votre cœur, comme le mien, se remplissent d'une sainte avidité, quand nous lui avouons, par nos actes, « que nous mourons d'Amour » (Ct 5, 8).
Alors naît une soif de Dieu, un désir de comprendre ses larmes, de voir son sourire, son visage... J'estime que la meilleure façon de l'exprimer consiste à répéter de nouveau, avec l'Écriture : « Comme languit un cerf après l'eau vive, ainsi languit mon âme vers toi, mon Dieu » (Ps 41, 2). Et l'âme avance, plongée en Dieu, divinisée : le chrétien est devenu un voyageur assoiffé, qui ouvre la bouche pour s'abreuver aux eaux de la fontaine (Cf. Qo 26, 15).


311 - Dans cet abandon, le zèle apostolique s'enflamme, augmente chaque jour, communiquant son inquiétude aux autres, parce que le bien tend à se propager. Notre pauvre nature, si proche de Dieu, ne peut s'empêcher de brûler du désir de semer dans le monde entier la joie et la paix, de tout baigner dans les eaux rédemptrices qui jaillissent du Côté ouvert du Christ (Cf. Jn 19, 34), d'entreprendre et d'achever toutes les tâches par Amour.
Je vous parlais auparavant de douleurs, de souffrances, de larmes. Et je ne me contredis pas en affirmant que, pour un disciple qui cherche amoureusement le Maître, le goût des tristesses, des peines, des afflictions, est bien différent : elles disparaissent quand on accepte vraiment la volonté de Dieu et que l'on accomplit avec plaisir ses desseins, comme des enfants fidèles, même si l'on a l'impression que les nerfs vont craquer et que le supplice est insupportable.



Vie courante

312 - Je tiens à affirmer de nouveau que je ne parle pas d'une façon extraordinaire de vivre en chrétien. Que chacun de nous médite ce que Dieu a fait pour lui et la façon dont il y a répondu. Si nous sommes courageux dans cet examen personnel, nous verrons ce qui nous manque encore. Je me suis ému hier en écoutant un catéchumène japonais raconter qu'il enseignait le catéchisme à des gens qui ne connaissaient pas encore le Christ. Et j'ai eu honte. Nous avons besoin de davantage de foi, de davantage de foi. Et, avec la foi, de contemplation.
Revenez lentement sur cet appel divin qui remplit l'âme d'inquiétude et lui apporte en même temps la douceur du miel : Redemi te, et vocavi te nomine tuo : meus es tu (Is 43, 1) ; je t'ai racheté et je t'ai appelé par ton nom : tu es à moi ! Ne volons pas à Dieu ce qui lui appartient. Un Dieu qui nous a aimés jusqu'au point de mourir pour nous, qui nous a choisis de toute éternité, avant la création du monde, pour que nous soyons saints en sa présence (Cf. Ep 1, 4) ; et qui nous offre continuellement l'occasion de nous purifier et de nous donner à lui.
Et si nous avions encore quelque doute, nous recevons de ses lèvres une autre preuve : « Ce n'est pas vous qui m'avez choisi ; mais c'est moi qui vous ai choisis et vous ai institués pour que vous alliez et que vous portiez du fruit et que demeure ce fruit » (Jn 15, 16) de votre travail d'âmes contemplatives.
Foi, foi surnaturelle, par conséquent. Quand la foi faiblit, l'homme tend à s'imaginer Dieu comme s'il était lointain, comme s'il se préoccupait à peine de ses enfants. Il voit dans la religion quelque chose de surajouté, pour les cas où il n'y a plus rien à faire ; il attend sans trop savoir pourquoi des manifestations grandioses, des événements insolites. En revanche quand l'âme vit de foi, elle découvre que le chemin du chrétien ne l'éloigne pas de la vie humaine courante et habituelle. Et que cette grande sainteté, que Dieu nous demande, réside, ici et maintenant, dans les petites choses de chaque jour.


313 - J'aime parler de chemin, parce que nous sommes des voyageurs, en route vers la maison du Ciel, vers notre Patrie. Mais souvenez-vous qu'un chemin, même s'il comporte des passages plus difficiles, même s'il nous oblige parfois à passer une rivière à gué ou à traverser un petit bois presque impénétrable, est le plus souvent tout ce qu'il y a de plus courant et sans surprises. La routine, voilà le danger : imaginer que Dieu ne se trouve pas là, dans l'activité de chaque instant, parce qu'elle est tellement simple, tellement ordinaire !
Les deux disciples se rendirent à Emmaüs. Leur allure était normale, comme celle de tant d'autres personnes qui passaient dans ces parages. Et c'est là, avec naturel, que Jésus leur apparaît et qu'il marche avec eux, engageant une conversation qui leur fait oublier leur fatigue. J'imagine la scène, la soirée déjà bien avancée. Une douce brise souffle. Autour d'eux, des champs semés de blé déjà levé, et les vieux oliviers aux branches argentées sous la faible lumière.
Jésus sur le chemin. Seigneur, tu es toujours grand ! Mais tu m'émeus quand tu condescends à nous suivre, à nous chercher dans notre va-et-vient quotidien. Seigneur, accorde-nous la simplicité d'esprit ; donne-nous un regard pur, une intelligence claire pour pouvoir te comprendre lorsque tu viens sans aucune marque extérieure de ta gloire.


314 - À leur arrivée au bourg, le trajet s'achève et les deux disciples qui, sans s'en rendre compte, ont été blessés au plus profond de leur cœur par la parole et par l'amour de Dieu fait homme, regrettent qu'il s'en aille. Car Jésus prend congé d'eux en « faisant semblant d'aller plus loin » (Lc 24, 28). Il ne s'impose jamais, notre Seigneur. Une fois que nous avons entrevu la pureté de l'Amour qu'il a mis dans notre âme, il veut que nous l'appelions librement. Nous devons le retenir de force et le prier : « reste avec nous, car le soir tombe et le jour déjà touche à son terme » (Lc 24, 29), il commence à faire nuit.
Nous sommes ainsi : toujours peu audacieux, par manque de sincérité peut-être, ou par pudeur. Nous pensons au fond : reste avec nous, parce que les ténèbres entourent notre âme, et toi seul es la lumière, toi seul peux calmer cette soif qui nous consume. Parce que « nous n'ignorons pas quelle est la première parmi toutes les choses belles et honnêtes : toujours posséder Dieu » (Saint Grégoire de Naziance, Epistulae, 212 - PG 37, 349).
Et Jésus reste avec nous. Nos yeux s'ouvrent comme ceux de Cléophas et de son compagnon, quand le Christ rompt le pain ; et bien qu'il disparaisse à nouveau de notre vue, nous serons nous aussi capables de nous remettre en route - il commence à faire nuit -, pour parler de lui aux autres, parce qu'autant de joie ne tient pas dans un seul cœur.
Chemin d'Emmaüs. Notre Dieu a rempli ce nom de douceur. Et Emmaüs, c'est le monde entier, parce que le Seigneur a ouvert les chemins divins de la terre.

Ange-Gardien.jpg

Avec les saints anges

315 - Je demande au Seigneur que, lors de notre séjour sur cette terre d'ici-bas, nous ne nous écartions jamais du voyageur divin. Nous devons pour cela augmenter notre amitié avec les saints anges gardiens. Nous avons tous un grand besoin de compagnie, de celle du Ciel et de celle de la terre. Ayez de la dévotion pour les saints anges ! L’amitié est quelque chose d'humain, mais c'est aussi quelque chose de divin. Comme notre vie, qui est divine et humaine à la fois. Vous souvenez vous de ce que dit le Seigneur : « Je ne vous appelle plus serviteurs, je vous appelle amis ? » (Jn 15, 15) Il nous apprend à avoir confiance dans les amis de Dieu qui vivent déjà au Ciel, et dans les créatures qui vivent avec nous, et aussi dans celles qui semblent éloignées du Seigneur, pour les attirer sur le bon chemin.
Je terminerai en vous répétant ce que saint Paul disait aux Colossiens : « Nous ne cessons de prier pour vous et de demander à Dieu qu'il vous fasse parvenir à la pleine connaissance de sa volonté, en toute sagesse et intelligence spirituelle » (Col 1, 9).
Sagesse que procurent la prière, la contemplation, l'effusion du Paraclet dans l'âme.
« Vous pourrez ainsi mener une vie digne du Seigneur et qui lui plaise en tout : vous produirez toutes sortes de bonnes œuvres et grandirez dans la connaissance de Dieu ; animés d'une puissante énergie par la vigueur de sa gloire, vous acquerrez une parfaite constance et endurance ; avec joie vous remercierez le Père qui vous a mis en mesure de partager le sort des saints, dans la lumière ; il nous a en effet arrachés à l'empire des ténèbres et nous a transférés dans le royaume de son Fils bien-aimé » (Col 1, 10-13)


316 - Que la Mère de Dieu et notre Mère nous protège, afin que chacun d'entre nous puisse servir l'Église dans la plénitude de la foi, avec les dons de l'Esprit Saint et avec la vie contemplative. Que chacun accomplissant ses propres devoirs, que chacun dans son métier et sa profession, et dans l'accomplissement des obligations de son état, serve joyeusement le Seigneur.
Aimez l'Église, servez-la avec la joie consciente de qui a su se décider par Amour à ce service. Et si nous voyons que certains cheminent sans espérance, comme les deux disciples d'Emmaüs approchons-nous avec foi, non pas en notre nom, mais au nom du Christ, pour leur assurer que la promesse de Jésus ne peut manquer de se réaliser, qu'il veille toujours sur son Épouse : qu'il ne l'abandonne pas. Que les ténèbres passeront, parce que nous sommes « enfants de la lumière » (Cf. Ep 5, 8) et que nous sommes appelés à une vie qui durera pour toujours.
« Il essuiera toute larme de leurs yeux : de mort, il n’y en aura plus : de pleur, de cri et de peine, il n’y en aura plus, car l'ancien monde s'en est allé. Alors, Celui qui siège sur le trône déclara : « Voici que je fais l'univers nouveau ». Puis il ajouta : « Écris : Ces paroles sont certaines et vraies ». « C'en est fait, me dit-il encore ; je suis l'Alpha et l'Omega, le Principe et la Fin ; celui qui a soif, moi, je lui donnerai de la source de vie, gratuitement. Telle sera la part du vainqueur ; et je serai son Dieu, et lui sera mon fils » (Ap 21, 4-7).


Saint Josémaria Escriva de Balaguer (1902-1975) - Homélie prononcée le 26 novembre 1967 pour aller vers la Sainteté

Josemaria-Escriva-de-Balaguer-Opus-Dei-1.jpg

Voir également à propos de Saint Josémaria Escriva de Balaguer :
La Prière de Saint Josémaria Escriva « Viens Esprit-Saint ! »
La « Prière pour les Enfants » de Saint Josémaria Escriva
L’Homélie de Saint Josémaria Escriva pour aller vers la Sainteté « La Volonté de Dieu, c'est que nous soyons des Saints »
La « Prière d’intercession » à Saint Josémaria Escriva
La « Vie et l’œuvre de Saint Josémaria Escriva de Balaguer » selon l’extrait du bref apostolique de Béatification du Vénérable Serviteur de Dieu Josémaria Escrivá du Vatican.
« Saint Joseph » selon Saint Josémaria Escriva