Crucifix.jpg

Chaque premier Dimanche du mois, l’Abbaye Sainte-Croix de Poitiers est le lieu d'un événement qui, pour être régulier, n'en est pas moins exceptionnel. Au cours des Vêpres, les Religieuses Bénédictines exposent à la vénération des fidèles un Fragment de la Croix du Christ qui a été remis à la fondatrice de leur monastère – Sainte Radegonde – il y a plus de quatorze siècles ! La translation de cette Relique intervint en effet le 19 novembre 569 et donna l'occasion au poète Venance Fortunat de composer quelques hymnes célèbres, dont « Vexilla Regis ».


L’Hymne de Saint Venance Fortunat « Vexilla Regis prodeunt » :

Vexilla Regis prodeunt,
fulget Crucis mysterium :
quo carne carnis conditor,
suspensus est patibulo.

Les étendards du Roi s'avancent,
mystère éclatant de la Croix !
Au gibet fut pendue la chair
du Créateur de toute chair.

Quo, vulneratus insuper
mucrone diro lanceæ,
ut nos lavaret crimine,
manavit und(a) et sanguine.

C'est là qu’Il reçut la blessure
d'un coup de lance très cruel,
et fit sourdre le sang et l'eau
pour nous laver de nos péchés.

Impleta sunt quæ concinit
David fideli carmine,
dicens: In nationibus
regnavit a ligno Deus.

Ils sont accomplis, les oracles
véridiques chantés par David
lorsqu'il a dit : « Sur les nations,
Dieu a régné par le bois ».

Arbor decor(a), et fulgida,
ornata Regis purpura,
electa digno stipite,
tam sancta membra tangere.

Arbre dont la beauté rayonne,
paré de la pourpre du Roi,
d'un bois si beau qu'il fut choisi
pour toucher Ses membres très saints !

Beata, cujus brachiis
sæcli pependit pretium,
statera facta corporis,
prædamque tulit tartari.

Arbre bienheureux ! À Tes branches
la rançon du monde a pendu !
Tu devins balance d'un corps
et ravis leur proie aux enfers !

O Crux, ave, spes unica,
hoc Passionis tempore,
auge piis justitiam,
reisque dona veniam.

Ô Croix, salut, espoir unique !
En ces heures de la Passion,
augmente la justice des saints,
remets les fautes des pécheurs.

Te, summa, Deus Trinitas,
collaudet omnis spiritus :
quos per Crucis mysterium
salvas, rege per sæcula.
Amen.

Dieu, Trinité suprême,
que tout esprit Vous célèbre ;
gouvernez sans fin ceux que Vous sauvez
par le mystère de la Croix.
Amen.


Saint Venance Fortunat (530-609)

Venance-Fortunat.jpg

Voir également de Saint Venance Fortunat :
L’Hymne de Saint Venance Fortunat à la Sainte Croix « Ô Crux fidelis » (Ô Croix fidèle)
La Prière de St Venance Fortunat « Ô Croix bénie à laquelle le Seigneur est pendu en chair »
La Prière de Saint Venance Fortunat « Sur la Croix, le Sang du Christ lave le venin dont l’infernal serpent L’a infecté »
L’Hymne de Saint Venance Fortunat pour le temps de la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ « Vexilla Regis prodeunt » (Les étendards du Roi s'avancent) à l’Office des Vêpres
L’Hymne de Saint Venance Fortunat pour le temps de la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ « Lustris sex qui jam peractis » (Trente années achevées) à l’Office des Laudes
L’Hymne de Saint Venance Fortunat pour le temps de la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ « Pange lingua gloriosi » (Chante ma langue la Gloire) aux Offices des Matines ou des Vigiles