Notre-Dame-des-7-Douleurs-1.png

La prophétie de Siméon : « Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction – et toi, ton âme sera traversée d’un glaive – : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre » (Lc 2, 34-35)

« Je compatis, ô Mère affligée, à la douleur que Vous causa le premier glaive qui Vous a transpercée, quand Siméon, dans le Temple, Vous représenta les tourments que les hommes devaient faire endurer à Votre bien-aimé Jésus, et que Vous connaissiez déjà par les divines Écritures, jusqu’à Le faire mourir sous Vos yeux » (Saint Alphonse-Marie de Liguori)


Notre-Dame-des-7-Douleurs-2.png

La fuite en Égypte : « Après leur départ, voici que l’ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit : « Lève-toi ; prends l’enfant et sa mère, et fuis en Égypte. Reste là-bas jusqu’à ce que je t’avertisse, car Hérode va rechercher l’enfant pour le faire périr » (Mt 2, 13)

« Par tant de peines que Vous, Vierge délicate, avez endurées, avec Votre petit Enfant exilé, dans ce long et pénible voyage, et dans Votre séjour en Égypte, où étant inconnus et étrangers, Vous avez vécu durant toutes ces années dans la pauvreté et le mépris, je Vous prie ma bien-aimée Souveraine, de m’obtenir la Grâce de souffrir avec patience dans Votre compagnie, jusqu’à la mort, toutes les peines de cette misérable vie » (Saint Alphonse-Marie de Liguori)


Notre-Dame-des-7-Douleurs-3.png

La disparition de Jésus au Temple : « Chaque année, les parents de Jésus se rendaient à Jérusalem pour la fête de la Pâque. Quand il eut douze ans, ils montèrent en pèlerinage suivant la coutume. À la fin de la fête, comme ils s’en retournaient, le jeune Jésus resta à Jérusalem à l’insu de ses parents. Pensant qu’il était dans le convoi des pèlerins, ils firent une journée de chemin avant de le chercher parmi leurs parents et connaissances. Ne le trouvant pas, ils retournèrent à Jérusalem, en continuant à le chercher. C’est au bout de trois jours qu’ils le trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des docteurs de la Loi : il les écoutait et leur posait des questions, et tous ceux qui l’entendaient s’extasiaient sur son intelligence et sur ses réponses. En le voyant, ses parents furent frappés d’étonnement, et sa mère lui dit : « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois comme ton père et moi, nous avons souffert en te cherchant ! » Il leur dit : « Comment se fait-il que vous m’ayez cherché ? Ne saviez-vous pas qu’il me faut être chez mon Père ? » Mais ils ne comprirent pas ce qu’il leur disait. Il descendit avec eux pour se rendre à Nazareth, et il leur était soumis. Sa mère gardait dans son cœur tous ces événements » (Lc 2, 41-51)

« Ô Mère affligée, priez pour nous, ô Mère délaissée, priez pour nous, ô Mère désolée, priez pour nous, ô Mère privée de votre Fils, priez pour nous... » (Litanies de Notre-Dame-des-Douleurs)


Notre-Dame-des-7-Douleurs-4.png

Marie voit son Fils chargé de la Croix : « Le peuple, en grande foule, le suivait, ainsi que des femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur Jésus. Il se retourna et leur dit : « Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi ! Pleurez plutôt sur vous-mêmes et sur vos enfants ! Voici venir des jours où l’on dira : « Heureuses les femmes stériles, celles qui n’ont pas enfanté, celles qui n’ont pas allaité ! » Alors on dira aux montagnes : « Tombez sur nous », et aux collines : « Cachez-nous ». Car si l’on traite ainsi l’arbre vert, que deviendra l’arbre sec ? » (Lc 23, 27-31)

« Vos yeux se rencontrèrent alors avec les siens, et vos regards mutuels devinrent autant de traits dont vous blessâtes réciproquement vos cœurs amoureux. Je vous prie donc par cette grande douleur, de m’obtenir la grâce de vivre entièrement résigné à la volonté de mon Dieu, portant ma croix avec joie dans la compagnie de Jésus jusqu’au dernier soupir de ma vie » Saint Alphonse-Marie de Liguori


Notre-Dame-des-7-Douleurs-5.png

Marie debout au pied de la Croix : « Or, près de la Croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie Madeleine. Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils ». Puis il dit au disciple : « Voici ta mère ». Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui » (Jn 19, 25-27)

« Elle était debout, la Mère, malgré sa douleur, en larmes, près de la croix, où son Fils était suspendu. Son âme gémissante, contristée et dolente, un glaive la transperça. Qu’elle était triste, anéantie, la femme entre toutes bénie, la Mère du Fils de Dieu ! » (Extrait du « Stabat Mater » attribué au franciscain Jacopone da Todi ).


Notre-Dame-des-7-Douleurs-6.png

La descente de la Croix : « Comme il se faisait tard, arriva un homme riche, originaire d’Arimathie, qui s’appelait Joseph, et qui était devenu, lui aussi, disciple de Jésus. Il alla trouver Pilate pour demander le corps de Jésus. Alors Pilate ordonna qu’on le lui remette. Prenant le corps, Joseph l’enveloppa dans un linceul immaculé » (Mt 27, 57-59)

« Ô Vierge sacrée, votre peine a été la plus grande qu’une pure créature ait jamais endurée. Car toutes les cruautés que nous lisons que l’on a fait subir aux martyrs, ont été légères et comme rien en comparaison de votre douleur. Elle a été si grande et si immense, qu’elle a crucifié toutes vos entrailles et a pénétré jusque dans les plus secrets replis de votre Cœur » (Saint Anselme de Canterbury)


Notre-Dame-des-7-Douleurs-7.png

Jésus mis au Tombeau : « Ils prirent donc le corps de Jésus, qu’ils lièrent de linges, en employant les aromates selon la coutume juive d’ensevelir les morts. À l’endroit où Jésus avait été crucifié, il y avait un jardin et, dans ce jardin, un tombeau neuf dans lequel on n’avait encore déposé personne. À cause de la Préparation de la Pâque juive, et comme ce tombeau était proche, c’est là qu’ils déposèrent Jésus » (Jn 19, 40-42)

« Vous vîtes entre vos bras votre Fils mort, non plus dans l’éclat de sa beauté, comme vous L’aviez autrefois reçu dans l’étable de Bethléem, mais ensanglanté, livide et tout déchiré des blessures qui avaient mis ses os à découvert. Vous écriant alors : mon Fils, en quel état l’amour T’a réduit ! Et lorsqu’on Le porta au sépulcre, vous avez voulu encore L’accompagner, et L’y arranger de vos propres mains, jusqu’à ce qu’enfin, Lui disant le dernier adieu, vous y laissâtes votre cœur brûlant d’amour enseveli avec votre Fils » (Saint Alphonse-Marie de Liguori)


Voir les « 7 Prières à Notre-Dame des sept Douleurs » de Saint Alphonse de Liguori, la Prière de Salutation Mariale à Notre-Dame des Douleurs « Je Vous salue, Marie, pleine de douleurs » de Saint Bonaventure, la Prière à Notre-Dame des Douleurs : « Ô douloureuse Mère, c’est Votre chair crucifiée qui saigne sur cette Croix » de Serge Barrault, la Prière « Notre-Dame des Douleurs, c’est au pied de la Croix que Vous êtes devenue notre Mère » de Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix, la Prière à Notre-Dame des Douleurs « Sainte Vierge, ce petit ouvrage vient se rendre à vos Pieds sacrés » du Très Vénérable Abbé Henry-Marie Boudon, la Prière à Notre Dame des Douleurs « Ô Vierge sacrée, votre Peine a été la plus grande qu'une pure créature ait jamais endurée » de Saint Anselme de Cantorbéry, la Prière à Notre-Dame des Douleurs « Ô Vierge Marie, par la vertu de tant de Douleurs, faites que nous moissonnions enfin la joie dans le Royaume céleste ! » de Monseigneur Louis-Edouard Pie et l’Hymne à Notre-Dame des 7 Douleurs « Console-toi, fille des hommes, dans sa Mort ton Christ te rejoint » du Comte Patrice de La Tour du Pin