Alliance.jpg

Le Mariage Croate, « un Mariage qui tient contre vents et marées » :

La réponse est simple ! Durant des siècles, sous domination turque puis communiste, les Croates ont cruellement souffert, et on voulait leur arracher la Foi chrétienne. Ils savent par expérience que leur salut vient de la Croix du Christ et qu'il ne provient pas des projets de désarmement, d'aide humanitaire ou des traités de paix, même si parfois ces réalités apportent quelques bienfaits. Ils ont fondé le mariage qui donne la vie humaine sur la Croix qui donne la vie Divine.

La tradition croate du mariage est si belle que nous aimerions qu'elle commence à faire école en Europe et en Amérique ! Lorsqu'un jeune couple se prépare au mariage, on ne lui raconte pas qu'il a trouvé la personne idéale, le meilleur parti. Non, mais le prêtre leur dit : « Tu as trouvé ta croix. Et c'est une croix à aimer, une croix à porter, une croix qu'il ne faudra pas rejeter mais chérir » .

Alliance-Mariage-Croix.jpg

Ces paroles prononcées en France laisseraient le fiancé muet de stupeur. Mais en Croatie, la Croix évoque l'Amour et le crucifix est le trésor de la maison.

Lorsque les fiancés se rendent à l'église, ils apportent avec eux un crucifix. Ce crucifix est béni par le prêtre, et au cours de l'échange des consentements, il revêt une importance centrale. En effet, la fiancée pose sa main droite sur la croix ; à son tour, le fiancé pose sa main sur celle de sa fiancée, et les deux mains se trouvent ainsi réunies sur la croix, comme fondées sur la croix. Le prêtre pose son étole sur les mains des fiancés qui prononcent alors leurs consentements et se promettent fidélité. Après cela, les mariés ne s'embrassent pas, mais ils embrassent la croix. Ils savent qu'ils embrassent ainsi la source de l'Amour.

Celui qui s'approche et voit leurs mains sur la croix comprend que si le mari abandonne sa femme ou que la femme abandonne son mari, alors, c'est la croix qu'ils lâchent. Et lorsqu'on a lâché la croix, il ne reste rien, on a tout perdu, car on a lâché Jésus.

Après la cérémonie, les mariés rapportent le crucifix et lui donnent une place d'honneur dans la maison. Il deviendra le centre de la prière familiale, car ils ont la conviction que la famille est née de cette croix.

Si un problème survient, si un conflit éclate, c'est devant cette croix que les époux viennent trouver secours. Ils n'iront pas chez un avocat, ils ne consulteront pas d'astrologue, ils ne compteront pas sur un psychologue pour régler leurs affaires.

Non, ils iront devant leur Jésus, au pied de la croix. Ils se mettront à genoux et c'est devant Jésus qu'ils verseront leurs larmes, qu'ils crieront leur souffrance et surtout, qu'ils échangeront leur Pardon. Ils ne s'endormiront pas le cœur lourd, car ils auront eu recours à leur Jésus, au Seul qui a la Puissance de les sauver.

Les Croates ont un grand sens pratique quant à leurs réceptions de mariage. Comme il est impossible aux familles d’offrir un dîner à tout le village, chacun paie sa part. On fait passer un plateau juste avant de manger la pièce montée. Une pomme est placée au centre de ce plateau, entourée d’enveloppes vides. Chacun prend une enveloppe et y dépose son offrande, qui aidera les jeunes mariés à démarrer dans la vie et couvrira largement les frais de la réception. Ainsi, même pour les familles pauvres, le mariage d’une fille est toujours une belle fête ; loin de les ruiner jusqu’à la fin de leurs jours, elle aide au contraire les jeunes mariés à démarrer… Une formule à retenir !

Et leurs enfants ne reçoivent pas de « nounours » à étreindre durant la nuit pour se sentir en sécurité. Mais ils disent « bonne nuit » à Jésus et embrassent la croix. Ils s'endorment avec Jésus, pas avec une peluche. Ils savent que Jésus les garde et qu'ils n'ont rien à craindre, leurs peurs s'éteignent dans leur baiser à Jésus. De même à Noël, le Père Noël n'est qu'une histoire... jamais à leur faire croire ... car on n'oublie pas que Jésus a dit : « n'avez-vous jamais lu : par la bouche des petits enfants et des nourrissons, Tu as établi Ta louange ? » (Mt 21, 16 et Ps 8).


Soeur Emmanuel Maillard (1947- ....) - « Medjugorje, les années 90 »

Emmanuel-Maillard.jpg

Sœur Emmanuel Maillard est née en septembre 1947 à Neuilly-sur-Seine en France. Après avoir obtenu une licence de Lettres et d'Histoire de l’Art à la Sorbonne à Paris, elle travailla durant trois ans dans l’importation d’objets d'artisanat entre Paris et l'Asie. Convertie en juin 1973 au début du Renouveau charismatique en France, elle donna sa vie à Dieu et elle entra dans la communauté du Lion de Juda en 1976. Elle passa sept ans en Israël (Nazareth et Jérusalem). En décembre 1989, elle fut envoyée à Medjugoje (Bosnie-Herzégovine) où elle réside depuis lors. Elle fonda en 1990 l’association "Les enfants de Medjugorje" qui par la suite s’est étendue sur plusieurs pays. Sœur Emmanuel a écrit plusieurs livres et utilise bien d’autres moyens médiatiques pour faire connaître les messages de Marie à Medjugorje et pour évangéliser sur tous les continents.