Jesus-pleure-sur-Jerusalem-Lc-XIX-41-47.jpg

MÉDITATION POUR LE NEUVIÈME DIMANCHE APRÈS LA PENTECOTE

Lorsque Jésus pleure sur Jérusalem :
« En ce temps-là, Jésus s’étant approché de Jérusalem, voyant la ville, Il pleura sur elle, en disant : Si tu connaissais, toi aussi, au moins en ce jour qui t’est donné, ce qui te procurerait la Paix ! Mais maintenant cela est caché à tes yeux. Il viendra sur toi des jours où tes ennemis t’environneront de tranchées, où ils t’enfermeront et te serreront de toutes parts ; et ils te renverseront à terre, toi et tes enfants qui sont au milieu de toi, et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, parce que tu n’as pas connu le temps où tu as été visitée. Et étant entré dans le temple, Il se mit à chasser ceux qui y vendaient et ceux qui y achetaient, leur disant : il est écrit : Ma maison est une Maison de Prière ; mais vous, vous en avez fait une caverne de voleurs. Et Il enseignait tous les jours dans le Temple » (Luc 19, 41-47).

PRÉLUDE I : « Jésus étant arrivé près de Jérusalem, pleura sur elle en disant : Ah ! Si tu connaissais, au moins en ce jour qui t'est encore donné, ce qui peut te procurer la Paix ! Mais maintenant tout a cela est caché à tes yeux » (Luc, 19.)

PRÉLUDE II : Se représenter le chemin de Jérusalem couvert de feuillage et la pompe modeste du cortège de Jésus-Christ. Voir les larmes qui s'échappent des yeux de cet aimable Sauveur.

PRÉLUDE III : Cœur adorable de Jésus, accordez-moi la Grâce de m'intéresser comme Vous au Salut des pauvres pécheurs.

POINT I : Considérer les Personnes
Ces groupes nombreux qui escortent le divin Maître, les Apôtres qui L'environnent... La joie brille sur tous les fronts. Ô mon bon Maître, partagez-Vous cette allégresse excitée par votre Triomphe ? Non, Jésus répand des larmes ; Son divin Cœur est pénétré d'une douleur amère à la vue de Jérusalem, dont Il prévoit la prochaine désolation. Divin Sauveur, c'est ainsi que tous les jours encore Vous Vous affligez sur le sort des pécheurs ; c'est ainsi que Vous avez pleuré sur moi-même lorsque je m'éloignais de Vous ; comment pourrais-je n'être pas pénétrée de reconnaissance à la vue de tant de Bonté ? Comment pourrais-je ne pas détester le péché, ce mal affreux qui Vous fait verser tant de larmes ?

POINT II : Écouter les Paroles
Jésus s'adresse à la ville coupable « Ah ! si du moins, dit-il, en ce jour qui t’est encore donné, tu connaissais ce qui peut te procurer la paix ! Mais maintenant tout cela est caché à tes yeux ». Ô Parole terrible ! Jérusalem ferme les yeux à la Lumière : le Sauveur qu'elle reçoit aujourd'hui avec transport, elle Le rejettera bientôt, parce que sa foi est trop faible, et son amour trop inconstant. Elle ne prévoit pas les maux affreux que lui attirera son infidélité. Jésus ajoute : « Il viendra un temps malheureux où tes ennemis t'environneront de tranchées ; ils t'enfermeront et te serreront de toutes parts ; ils te renverseront par terre, toi et tes enfants qui sont dans ton sein, et ils ne te laisseront pas pierre sur pierre, parce que tu n'as pas connu, tu n'as pas voulu connaître le Temps où tu as été visitée ». Que de choses s'offrent ici à nos réflexions ! La Justice de Dieu qui punit l'abus de ses Grâces ; le malheur des pécheurs qui s'endurcissent à sa Voix ; la Tendresse de Jésus-Christ, qui s'afflige à l'aspect de cette ville ingrate, parce qu'Il prévoit les malheurs que lui attirera son déicide. Ô Cœur de mon Sauveur, faites que je partage Votre compassion et Votre zèle ; rendez mon cœur sensible à tout ce qui Vous touche, mettez-moi en état de Vous consoler de la froideur de tant d'ingrats qui Vous affligent par leurs résistances opiniâtres aux avances de votre Grâce !

POINT III : Considérer les Actions
Les Marques de douleur que donne le divin Jésus ; Les sollicitations intérieures par lesquelles sa Grâce presse une infinité de cœurs de ne pas consommer leur perte ; La résistance de quelques-uns qui s'endurcissent de plus en plus ; La fidélité de quelques autres qui se convertissent et reçoivent avec les Grâces qui leur étaient offertes, Celles que les cœurs endurcis ont refusé de recevoir. Le Salut dépend souvent du bon et du mauvais usage qu'on aura fait d'une Grâce. Celui qui méprise les dons qu'on lui fait ne mérite pas d'en recevoir d'autres. Les Miséricordes de Dieu sont Infinies, mais les effets en sont bornés. Il distribue ses Biens avec poids et mesure ; il n'y a que la Grâce de pénitence et de prière qu'Il présente aux pécheurs jusqu'à la mort : mais quelle impression fera-t-Elle sur un cœur endurci ! Qui peut croire qu'une âme fasse un bon usage à la mort d'une Grâce qu'elle a méprisée pendant la vie ? « Gardez-vous bien d'étouffer le Saint-Esprit. Si vous entendez aujourd'hui sa Voix, n'endurcissez point votre cœur. Ôtez-lui le talent qu'il a et donnez-le à celui qui en a dix ». Ô Jésus, maintenant encore Vous pressez les cœurs de revenir à Vous, et ceux qui sont fidèles reçoivent double Grâce, Vous voulez que le mien recueille tant de Faveurs repoussées par les pécheurs obstinés. Ah ! Seigneur, je le veux aussi, afin de dédommager votre Cœur de leurs mépris et de leurs outrages ; mais que tant de Grâces ne se répandent pas sur moi seul ; qu'Elles servent, Seigneur, à me rendre capable de toucher ces pauvres pécheurs, et digne d'être exaucé lorsque je Vous prie pour eux. Faites que, tous ensemble, nous parvenions au Ciel pour y chanter éternellement vos Miséricordes.

COLLOQUE avec Notre-Seigneur
Rendre des hommages d'amour à son Cœur adorable, en Le priant de nous apprendre avec quel excès de Tendresse Il aime tous les hommes, et combien Lui est douloureuse la perte des malheureux pécheurs. Lui demander la Grâce de partager Ses sentiments, de nous affliger avec Lui de la perte des âmes, et de travailler de tout notre pouvoir à l'empêcher. Le supplier de nous remplir de toutes les Vertus qui rendent le zèle efficace.

RÉSOLUTIONS
Profiter de toutes les occasions qui se présenteront aujourd'hui de procurer le Salut des pécheurs. Prier pour leur conversion par de fréquentes Oraisons jaculatoires.

BOUQUET SPIRITUEL : « Ah ! Si tu connaissais ce qui peut te procurer la paix ! »

Ainsi soit-il.


Abbé Charles Michel Alexandre de Brandt S.A.D. (1812-1903) - « Méditations pour tous les Jours et Fêtes de l'année selon la Méthode de Saint Ignace sur la Vie et les Mystères de Notre Seigneur Jésus-Christ », Jésus pleure sur Jérusalem selon le Saint Évangile (Luc 19, 41-47) du Neuvième Dimanche après la Pentecôte, pages 51-55, Tome 4, cinquième édition, Périsse Frères Paris Lyon, 1857.


Voir également de Monsieur l’Abbé Charles Michel Alexandre de Brandt:
- La Méditation sur le Miracle de la Multiplication des Pains « Ô mon Sauveur, faites-moi la Grâce d'imiter la docilité de vos Apôtres et la ferveur de ce peuple qui abandonne tout pour Vous suivre » de l’Abbé de Brandt
- La Méditation sur la Parabole de l'économe infidèle « Faites-moi la Grâce, Seigneur, de me préparer avec soin à la mort, afin que je puisse Vous rendre avec confiance un compte exact de toutes vos Grâces » de Monsieur l’Abbé de Brandt
- La Méditation lorsque Jésus pleure sur Jérusalem « Cœur adorable de Jésus, accordez-moi la Grâce de m'intéresser comme Vous au Salut des pauvres pécheurs » de Monsieur l’Abbé de Brandt