Parabole-du-Pharisien-et-du-Publicain-Luc-XVIII-9-14.jpg

MÉDITATION POUR LE DIXIÈME DIMANCHE APRÈS LA PENTECOTE

Parabole du Pharisien et du Publicain :
« En ce temps-là, Jésus dit cette Parabole à quelques-uns qui se confiaient en eux-mêmes, comme étant justes, et qui méprisaient les autres : Deux hommes montèrent au Temple pour prier ; l’un était pharisien, et l’autre publicain. Le pharisien, se tenant debout, priait ainsi en lui-même : Ô Dieu, je Vous rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont voleurs, injustes, adultères, ni même comme ce publicain. Je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tout ce que je possède. Et le publicain, se tenant éloigné, n’osait pas même lever les yeux au Ciel ; mais il frappait sa poitrine, en disant : Ô Dieu, ayez pitié de moi, qui suis un pécheur. Je vous le dis, celui-ci descendit dans sa maison Justifié, plutôt que l’autre ; car quiconque s’élève sera humilié, et quiconque s’humilie sera élevé » (Luc 18, 9-14).

PRÉLUDE I : Aller en esprit dans le Temple de Jérusalem ; y voir le pharisien se complaire dans le récit de ses bonnes œuvres, et le publicain s'humilier profondément à la vue de ses péchés.

PRÉLUDE II : « Ô Jésus, Modèle parfait d'Humilité, accordez-moi la Grâce de mettre à profit l'exemple que Vous me donnez de cette Vertu, dans la Parabole du Publicain ».

POINT I : Combien l'orgueil est opposé à la perfection chrétienne. Notre divin Maître fait connaître les principaux caractères de l'orgueil dans la conduite du superbe pharisien, afin de nous inspirer une grande horreur pour ce principe de tout péché. Autant la modestie est aimable, douce, humble, autant l'orgueil est altier, fier, dédaigneux et suffisant. Plein d'estime de lui-même et de confiance en son prétendu mérite, le pharisien se présente avec assurance, même dans le saint Temple ; sa tenue, sa démarche, ses gestes, son regard, sa parole : tout est l'expression vive de la bonne opinion qu'il a de lui-même, et du peu de cas qu'il fait des autres. Oh ! Qu’une telle disposition dans une âme privilégiée déplairait au Cœur si humble de Jésus ! Quel contraste en elle avec les sentiments que supposent les Grâces dont elle est comblée ! A quels dangers pour le Salut elle s'exposerait, et de quels mépris elle se rendrait digne ! Ô nous, disciples bien-aimés de Jésus, examinons avec soin si les sentiments de notre cœur ne ressemblent pas à ceux du superbe que Dieu rejette, si notre extérieur ne se sent pas de son assurance présomptueuse, et nos paroles, de la suffisance des siennes. Voyons devant Dieu tout ce qui, dans notre conduite intérieure et extérieure, pourrait favoriser ce vice dangereux : méditons-en les conséquences funestes pour nous et pour le prochain, et embrassons avec empressement toutes les pratiques de l'humilité.

POINT II : La Vertu d'humilité plaît à Dieu et gagne les cœurs. C'est ce que Jésus nous enseigne dans la Parabole du Publicain : son humilité plut tellement au Cœur de Dieu, que, de coupable qu'il était en venant au Temple, il en sortit Justifié. En effet rien de plus aimable, ni de plus édifiant qu'une personne humble et modeste ; vivement pénétrée de son indignité, elle offre à Dieu, en tous temps, l'hommage d'un cœur humble et contrit loin de voir en elle le bien qui n'y est pas, elle sent que celui qu'elle possède appartient à Dieu seul. Ses sentiments, toujours humbles, impriment dans ses regards, dans ses paroles et dans son maintien, une douceur aimable, une humilité sincère, qui annoncent la Présence de Dieu dans son âme. Que l'humilité a de pouvoir sur les cœurs pour les porter à Dieu et à la Vertu ! C'est une Prédication muette, mais éloquente et efficace. Dans sa famille, la personne vraiment humble rappelle au devoir celles qui s'en écartent : sa présence seule arrête la dissipation, la légèreté. Mais si cette Vertu doit être l'ornement des âmes pieuses, elle doit l'être surtout de celles qui vivent au milieu du monde pour l'édifier. Elles en ont besoin pour elles-mêmes, comme d'un mur de défense qui les mette à l'abri de la corruption ; et elles en ont besoin pour le prochain, afin d'attirer les cœurs. Disciples de Jésus, avons-nous compris l'excellence et les avantages de cette admirable Vertu qui nous est si nécessaire pour nous garantir des dangers du monde et pour opérer le Bien que Dieu attend de nous ? « Toutes vos grandeurs, toutes vos dignités, toutes vos vertus même, dit Saint François de Sales, ne vous serviront point sans l'humilité ... Dieu résiste aux superbes et donne sa Grâce aux humbles de cœur : que pouvons-nous sans la Grâce ? Il faut nous humilier pour L'obtenir... Tous nos vices, tous nos péchés avec l'humilité pénitente ne nous damneront point, car l'humilité bannit du cœur tous les vices... Un pécheur est en assurance entre les bras de l'humilité... Dieu ne méprise jamais un cœur contrit et humilié ». Ah ! Prions Marie, cette Vierge si modeste, de nous obtenir la Grâce de pratiquer l'humilité à Son imitation.

COLLOQUE : Ô mon Jésus, Vous dont l'humilité frappait tous les regards et attirait tous les cœurs, daignez me pénétrer du désir le plus ardent d'acquérir cette Vertu qui Vous est si chère : par votre Grâce, ô bon Maître, je vois qu'Elle nous est extrêmement nécessaire, à nous particulièrement, qui devons confirmer par nos exemples les leçons que nous donnons aux autres. Donnez-la-moi donc cette Vertu, ô divin Maître que je sois humble dans mes sentiments, afin de l'être dans mon maintien, dans mes paroles et dans toute ma conduite, qu'en tout temps je Vous sois agréable, et que j'édifie le prochain.

RÉSOLUTIONS : Nous exercer avec assiduité à la pratique de l'humilité.

BOUQUET SPIRITUEL : « Quiconque s'élève sera abaissé, et quiconque s'abaisse sera élevé »

Ainsi soit-il.


Abbé Charles Michel Alexandre de Brandt S.A.D. (1812-1903) - « Méditations pour tous les Jours et Fêtes de l'année selon la Méthode de Saint Ignace sur la Vie et les Mystères de Notre Seigneur Jésus-Christ », La Parabole du Pharisien et du Publicain selon le Saint Évangile (Luc 18, 9-14) du Dixième Dimanche après la Pentecôte, pages 73-76, Tome 4, cinquième édition, Périsse Frères Paris Lyon, 1857.


Voir également de Monsieur l’Abbé Charles Michel Alexandre de Brandt:
- La Méditation sur le Miracle de la Multiplication des Pains « Ô mon Sauveur, faites-moi la Grâce d'imiter la docilité de vos Apôtres et la ferveur de ce peuple qui abandonne tout pour Vous suivre » de l’Abbé de Brandt
- La Méditation sur la Parabole de l'économe infidèle « Faites-moi la Grâce, Seigneur, de me préparer avec soin à la mort, afin que je puisse Vous rendre avec confiance un compte exact de toutes vos Grâces » de Monsieur l’Abbé de Brandt
- La Méditation lorsque Jésus pleure sur Jérusalem « Cœur adorable de Jésus, accordez-moi la Grâce de m'intéresser comme Vous au Salut des pauvres pécheurs » de Monsieur l’Abbé de Brandt
- La Méditation sur la Parabole du Pharisien et du Publicain « Ô Jésus, Modèle parfait d'Humilité, donnez-moi cette Vertu » de Monsieur l’Abbé de Brandt