MÉDITATION POUR LE SEIZIÈME DIMANCHE APRÈS LA PENTECOTE


Leçon d'Humilité de la « Parabole du festin »


« Jésus entra dans la maison d'un des principaux pharisiens pour y prendre son repas... et Il dit aux conviés, remarquant qu'ils choisissaient les premières places : Quand vous serez invité à des noces, ne prenez point la première place, de peur qu'il ne se trouve parmi les conviés une personne plus considérable que vous, et que celui qui vous aura invités l'un et l'autre ne vienne vous dire : « Donnez votre place à celui-ci »... Mais quand vous aurez été convié, allez vous mettre à la dernière place ; afin que lorsque celui qui vous aura convié sera venu, il vous dise : « Mon ami, montez plus haut ». Et alors ce vous sera un sujet de gloire devant ceux qui seront à table avec vous ; car quiconque s'élève sera abaissé, et quiconque s'abaisse sera élevé » (Luc 14, 1-11)


PRÉLUDE I : Se représenter la maison du pharisien : Jésus est à table avec de nombreux conviés.

PRÉLUDE II : Faites-moi la Grâce, Seigneur, de devenir véritablement Humble, afin de rendre ma piété aimable et afin d'édifier le prochain.

POINT I : L'Humilité est si aimable, qu'Elle se fait estimer et aimer de tous les hommes. « Quand vous aurez été convié, allez vous mettre à la dernière place ». L'Humilité dont notre divin Maître nous enseigne ici la pratique, est si aimable, que le monde, tout dépravé qu'il est, ne peut Lui refuser son estime. Il l'imite dans ses usages, faisant par politesse ce que les serviteurs de Dieu font par Vertu. Une personne véritablement Humble fait honneur à la Piété ; celle qui ne l'est pas n'édifie guère le prochain, menât-elle d'ailleurs une conduite irréprochable. Si je veux procurer la Gloire de Jésus et Lui gagner des cœurs, je dois donc m'appliquer à acquérir l'Humilité. Oh ! Que cette Vertu me paraîtra aimable, si je La considère dans mon adorable Modèle ! L'Humilité Chrétienne est douce, condescendante, sans exigence, sans ostentation, toujours prête à céder le pas et la parole aux autres, à se montrer officieuse et complaisante en tout ce qui n'a rien d'opposé à la Loi du Seigneur. Ô Vertu précieuse, Vertu si chère aux Cœurs Sacrés de Jésus et de Marie, comment pourrais-je ne pas Vous aimer ! Mon divin Maître, accordez-moi la Grâce de retracer dans toute ma conduite l'Humilité et la Douceur de Votre Cœur Sacré.

POINT II : L'Humilité, pour être vraie, doit avoir son principe dans le cœur. Nous comprenons combien l'Humilité est précieuse, et nous désirons L'acquérir. Prions donc le Seigneur de nous faire connaître, à la Lumière de sa Grâce, quels moyens il faut prendre pour devenir vraiment Humble. La véritable Humilité doit provenir de notre intérieur ; l'adorable Maître ne nous dit pas : « Apprenez de moi à pratiquer extérieurement la douceur et l'humilité » ; mais : « Apprenez de moi que je suis Doux et Humble de cœur ». C'est de l'abondance du cœur que découlent les bonnes paroles et les actions vertueuses ; si notre cœur est solidement Humble, toute notre conduite portera le cachet de l'Humilité. Or, que faut-il pour acquérir l'Humilité du cœur ? Il faut étudier sans cesse cette Vertu dans le divin Cœur de Jésus, La demander avec instance, se vaincre avec courage dans les occasions où l'amour propre se fait sentir, et rapporter fidèlement à Dieu toute gloire et toute louange. Si je veux devenir moi-même solidement Humble, je dois sans cesse adresser à Dieu, avec une vraie sincérité, la prière que lui faisait Saint Augustin : « Seigneur, faites que je Vous connaisse et que je me connaisse... ». La Vérité, dit un auteur, hélas ! Trop célèbre..., nous fait connaître Dieu ; si elle s'arrêtait là, nous la supporterions sans peine ; mais elle nous donne en même temps la connaissance de nous-mêmes, de nos faiblesses, de notre néant ; elle nous ordonne de combattre notre propre cœur, d'abaisser nos pensées orgueilleuses : de là notre haine pour la Vérité. Cependant qu'espérons-nous ? Parce que nous La repoussons, avons-nous le fol espoir de La détruire ?

COLLOQUE : Ô mon divin Sauveur, apprenez-moi de combien de Douceurs célestes Vous comblez les cœurs vraiment Humbles, ou qui travaillent à Le devenir Vous les élevez non-seulement aux yeux des hommes, mais encore aux yeux de tous les habitants de la Cour céleste, par les Faveurs précieuses que Vous prenez plaisir à leur accorder. Attirez-moi par les charmes de votre Amour, et je courrai à l'odeur des divins Parfums qu'exhalent la Douceur et l'Humilité de Votre Divin Cœur.

RÉSOLUTIONS : Profiter de toutes les occasions qui se présenteront aujourd'hui de pratiquer l'Humilité.

BOUQUET SPIRITUEL : Dieu résiste aux superbes, mais Il donne Sa Grâce aux Humbles.

Ainsi soit-il.


Abbé Charles Michel Alexandre de Brandt S.A.D. (1812-1903) - « Méditations pour tous les Jours et Fêtes de l'année selon la Méthode de Saint Ignace sur la Vie et les Mystères de Notre Seigneur Jésus-Christ », Parabole du Festin : Leçon d’Humilité selon le Saint Évangile (Luc 14, 1-11) du Seizième Dimanche après la Pentecôte, pages 217-220, Tome 4, Périsse Frères Paris Lyon, 1854.


Voir également de Monsieur l’Abbé Charles Michel Alexandre de Brandt:
- La Méditation sur le Miracle de la Multiplication des Pains « Ô mon Sauveur, faites-moi la Grâce d'imiter la docilité de vos Apôtres et la ferveur de ce peuple qui abandonne tout pour Vous suivre » de l’Abbé de Brandt
- La Méditation sur la Parabole de l'économe infidèle « Faites-moi la Grâce, Seigneur, de me préparer avec soin à la mort, afin que je puisse Vous rendre avec confiance un compte exact de toutes vos Grâces » de Monsieur l’Abbé de Brandt
- La Méditation lorsque Jésus pleure sur Jérusalem « Cœur adorable de Jésus, accordez-moi la Grâce de m'intéresser comme Vous au Salut des pauvres pécheurs » de Monsieur l’Abbé de Brandt
- La Méditation sur la Parabole du Pharisien et du Publicain « Ô Jésus, Modèle parfait d'Humilité, donnez-moi cette Vertu » de Monsieur l’Abbé de Brandt
- La Méditation sur la Parabole de la Guérison du Sourd-Muet « Ô Jésus, guérissez-moi de mes infirmités à l'égard des choses du Salut » de Monsieur l’Abbé de Brandt
- La Méditation sur la Guérison des dix lépreux « Que Vous rendrai-je, ô mon Dieu, pour tous les Biens que j'ai reçus de Vous » de Monsieur l’Abbé de Brandt
- La Méditation sur l’Abandon à la Providence Céleste et Divine « Faites, ô divin Maître, que je mette mon bonheur à m'abandonner à Votre Bon Plaisir » de Monsieur l’Abbé de Brandt
- La Prière « Faites-moi la Grâce, Seigneur, de vénérer avec amour Votre Sainte Croix » de Monsieur l’Abbé de Brandt
- La Méditation sur la Résurrection du fils de la veuve de Naïm « Ô Jésus, séchez les larmes que l'Église répand sur Ses enfants ensevelis dans la mort du péché » de Monsieur l’Abbé de Brandt
- La Méditation sur l’Humilité « Faites-moi la Grâce, Seigneur, de devenir véritablement Humble » de Monsieur l’Abbé de Brandt