Le Message du Mercredi des Cendres de Mgr Robert Wattebled du 15 février 2018 « Le Seigneur n’est pas pour toujours en procès » :

« Le Seigneur n’est pas pour toujours en procès, il ne maintient pas sans fin ses reproches, il ne nous rend pas selon nos offenses » (Psaume 102). Nous ne pouvons en conclure trop rapidement qu’alors tout va très bien… Si le Seigneur n’est pas pour toujours en procès, s’il ne maintient pas sans fin ses reproches, c’est d’abord qu’il a des reproches à nous faire, un procès à nous intenter. Le Carême vient secouer notre conscience une nouvelle fois. La vérité qui libère nous oblige à le reconnaître pour prier avec David : « Contre toi, et toi seul, j’ai péché. Ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait. Ainsi tu peux parler et montrer ta justice, être juge et montrer ta victoire » (Psaume 50).

Au plan personnel comme à celui de nos communautés nous tirerons profit du message du Saint-Père pour ce carême. Il s’inspire cette année d’une phrase de l’évangile selon Saint Matthieu : « A cause de l’ampleur du mal, la charité de la plupart des hommes se refroidira » (Mt, 24, 12). Nous serons sensibles à son évocation des faux prophètes, nous nous laisserons interroger sur ce qui refroidit l’amour dans nos communautés. Nous entendrons le Saint-Père affirmer : « Avec le remède parfois amer de la vérité l’Eglise nous offre aussi le doux remède de la prière, de l’aumône et du jeûne ». Nous mettrons en œuvre ses propositions et recommandations concernant les « 24 heures pour le Seigneur ». Et le CCFD (Comité catholique contre la faim et pour le développement) nous proposera de participer à sa campagne annuelle.

« Convertissez-vous et croyez à l’Evangile » : la démarche qui associe dans notre vie la lumière de la vérité et la joie de l’Evangile nous rapproche des catéchumènes. Notre prière les rejoindra tout spécialement ce dimanche 18 février, premier dimanche de carême, jour de l’Appel décisif. Elle les accompagnera au long de leur ultime préparation aux sacrements de Pâques.

Si la charité s’éteint parfois dans nos cœurs, cela ne peut arriver dans le cœur de Dieu, dit encore le Pape. Il ajoute : Le Seigneur nous offre toujours de nouvelles occasions pour que nous puissions recommencer à aimer. Le rassemblement « en Christ » du 24 mars à La Gardiole est une de ces occasions pour notre diocèse. Les propositions et orientations qui seront promulguées devraient nous inciter tous, jeunes et moins jeunes, à nous reconnaître davantage membres les uns des autres dans l’unique Corps du Christ.

« Illumine nos cœurs, Seigneur, par la clarté de ta Grâce : afin que toutes nos pensées soient dignes de Toi, et notre amour de plus en plus sincère » (Missel romain)


Monseigneur Robert Wattebled - Évêque de Nîmes, le Mercredi des Cendres du 15 février 2018

Mgr-Wattebled.jpg


Le Message du Mercredi des Cendres de Mgr Wattebled du 10 février 2016 « Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle ! » :

Dans les synagogues et dans le Temple comme sur les places publiques, Jésus lance un large appel au changement de vie : bénéficiaires de la miséricorde du Père, nous sommes appelés à vivre à sa ressemblance : « Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux » (Lc 6, 36).

C’est au milieu des occupations quotidiennes que Jésus intervient aussi : au bord du lac il appelle Simon et ses compagnons, il s’adresse à Matthieu à son bureau de publicain, c’est dans leur maison qu’il converse avec Marthe et Marie, c’est au pied d’un sycomore qu’il interpelle Zachée… Acceptons-nous d’être rejoints de la même manière par le Seigneur ?

Les réalités de notre existence sont complexes et, il est facile de le reconnaître, elles n’échappent pas à l’influence de forces mauvaises. Nous éprouvons les sollicitations et les tentations du Malin. Des médisances, des intrigues, des « petits » mensonges aux manipulations organisées, de la « petite » fraude aux injustices et inégalités entre les peuples, de la convoitise sous toutes ses formes à l’envie, à la jalousie, à la corruption et aux meurtres, nous percevons un peu de l’insondable ampleur du mystère du mal (cf. 2 Th 2, 7 et 8). Nous le constatons comme saint Paul : « il nous arrive de ne pas faire le bien que nous voudrions et de faire le mal que nous ne voudrions pas » (Rm 16, 19).

En commençant le Carême par l’imposition des cendres, l’Église nous fait regarder la réalité sans en dissimuler les faces les plus sombres. Mais constater notre faiblesse, notre péché et ses conséquences funestes ne nous enferme pas dans le pessimisme. Il ne s’agit pas de nous mentir à nous-mêmes ni de biaiser en cherchant à contrebalancer le mal par des pensées positives. Ce qui nous est proposé, ce qui nous est offert, c’est de redécouvrir la Miséricorde du Père en fixant notre regard sur Jésus qui en est le Visage. « Rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est en Jésus-Christ notre Seigneur » (Rm 8, 39). Dieu veut faire Miséricorde à tous les hommes enfermés dans la désobéissance (Cf. Rm 11, 32). « Là où le péché s’était multiplié, la grâce a surabondé » (Cf. Rm 5, 20).

Le Dieu très saint ne pactise pas avec le péché mais il veut faire alliance avec nous. Il ne s’accommode pas de nos dérives funestes mais il nous offre la possibilité, la grâce, d’une réorientation de notre existence dans le sens d’une vie plus authentiquement humaine. Cette révélation reçue par le peuple juif « demeure dans l’histoire comme le point de départ d’une richesse incommensurable à offrir à toute l’humanité » , dit le Pape François, « et la mission première de l’Église est de faire entrer tout un chacun dans le grand mystère de la Miséricorde de Dieu, en contemplant le Visage du Christ » (Cf. Le Visage de la Miséricorde, n° 23 et n° 25).

La démarche des catéchumènes dont l’appel décisif est célébré en ce premier dimanche de Carême constitue pour nous tous, baptisés depuis plus longtemps, un rappel de notre vocation chrétienne et une invitation à la prendre plus résolument au sérieux. « Laissons-nous donc surprendre par Dieu. Il ne se lasse jamais d’ouvrir la porte de son Cœur pour répéter qu’il nous aime et qu’il veut partager sa vie avec nous » (Le Visage de la Miséricorde, n° 25)

Monseigneur Robert Wattebled - Évêque de Nîmes, le Mercredi des Cendres du 10 février 2016

Mgr-Wattebled.jpg

Voir également de Mgr Robert Wattebled :
Le message du Mercredi des Cendres de Mgr Wattebled « Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle ! »
La Prière de Mgr Wattebled « Seigneur Jésus, donne à ton Eglise les Religieux, les Religieuses et les Prêtres dont le monde a besoin »