« Messe de l’Assomption de la Vierge Marie » du 15 août 2022 (année « C ») :



Couronnement-de-la-Vierge.jpg

Parole de Dieu pour l’Assomption de la Très Sainte Vierge Marie : Marie et l'Église « La Fête de l’Assomption est l'une des plus belles occasions de célébrer le lien étroit qui unit Marie et l'Église. L'Une et l'Autre renvoient inévitablement à la contemplation du Mystère de Dieu qui s'incarne et qui nous sauve en Jésus Christ. C’est ce que nous rappellent les différents Textes Bibliques proclamés dans la Liturgie de ce Jour. La femme de l'Apocalypse parée du soleil et des étoiles et qui s'apprête à enfanter figure l'Eglise qui, dans le temps de ce monde, engendre le Corps du Christ par le bain de la nouvelle naissance. Mais parce qu'elle met au monde un fils, le berger de toutes les nations, elle évoque aussi dans le même temps la Mère de Jésus. Dans l'Evangile, la Visite de Marie à Élisabeth comporte un sens profondément ecclésiologique que les Paroles du Magnificat, devenu la Prière Vespérale de l'Église, proclament par l'exultation de l'accomplissement des Promesses du Salut pour le monde entier. La Fête de ce Jour nous permet ainsi de célébrer dans l'Assomption de Marie l'anticipation de notre propre assomption dans le Ciel, lorsque le monde entier sera réuni dans la Gloire de Dieu. Mère de l'Eglise et Fille de l'Eglise, la Vierge Marie nous accompagne dans le pèlerinage sur cette terre pour que nous vivions l'Évangile au jour le jour dans le témoignage du Salut opéré par le Christ. C'est alors que la Béatitude prononcée par Élisabeth devient pour nous prophétique : Bienheureux ceux qui croient à l'accomplissement de la Parole de Dieu » (Père Sylvain Brison)

Assomption.jpg

L’esprit de la Fête de l’Assomption de la Très Sainte Vierge Marie (année C) : Les prémices du Royaume des Cieux « Nous attendons le Retour du Fils de Dieu et, avec ce Retour, la Résurrection des morts et l'avènement de son Royaume, comme Il nous l'a promis. De temps en temps, Jésus a fait référence à une fin qui précéderait cette arrivée. Cependant, quand Il disait que certains ne verraient pas la mort avant d'avoir vu tout cela, Il ne faisait pas référence à la fin des temps, mais seulement à la ruine du Temple de Jérusalem. Et en effet, quelques-uns de ceux qui assistèrent à sa Prédication ont été les témoins de cette destruction. Bon, d'accord, mais pour nous, depuis le temps qu'on attend, il arrive quand, ce Royaume ? N'y a-t-il pas des signes, au moins, de Son inauguration, à défaut d'en voir la réalisation complète et définitive ? Oh, mais si. Il y a une personne humaine, et même deux, en vérité, qui y vivent déjà, en corps et en âme. Quel signe pourrait être plus grand que celui-ci ? Déjà, bien entendu, Jésus s'y trouve, puisqu'Il est parti nous y préparer une place. Apparemment, ça doit être un gros chantier : ça fait un moment qu'on attend d'en voir le bout, mais bon, vous savez ce que c'est dans le bâtiment, on sait quand ça commence, on ne sait pas quand ça sera fini. Quand je dis que Jésus s'y trouve, je ne fais pas référence seulement au Fils de Dieu, mais à Jésus vrai Homme. Chose extraordinaire, Miracle du Don sans retour de l'Amour de Dieu pour nous, le Fils reste uni à Son corps ressuscité. Devenu semblable à nous, reconnu homme à Son aspect, le Fils de Dieu est devenu l'un de nous pour l'éternité ! Il nous a montré, dans Son corps, ce que Dieu a prévu de toute éternité pour ceux qui L'aiment, par Sa mort et Sa résurrection. Et le témoignage de cet Amour, Jésus vivant en chair et en os, demeure pour toujours, pour la Gloire de Dieu et le Salut du monde. Qui d'autre se trouve déjà avec Lui ? Nous fêtons aujourd'hui l'Assomption, ça donne un peu un indice. Sa très sainte Mère, la Vierge Marie, est Elle aussi déjà présente en corps et en âme dans le Royaume de son Fils bien-aimé. Comment aurait-il pu en être autrement ? Dieu le Père aurait-Il pu faire attendre Sa fille obéissante ? Dieu le Saint-Esprit aurait-Il pu souffrir d'être éloigné de Son épouse fidèle ? Son Fils unique, Lui qui nous a rappelé qu'il fallait honorer son père et sa mère, aurait-Il pu ne pas Lui faire une place, alors qu'Il en a laissé une au Bon larron ? Certes, Il aurait pu ne sauver que son âme dans l'attente de l'avènement définitif de son Royaume. Mais il n'y avait aucune raison pour cela. La mort corporelle n'est-elle pas une conséquence du péché ? Marie n'a-t-Elle pas été protégée du péché originel par une Grâce unique ? N'est-Elle pas pleine de Grâce ? N'a-t-Elle pas, contrairement à Adam et Eve, conservé tout au long de Sa vie l'obéissance parfaite à Dieu, résistant à toutes les attaques du démon avec courage et humilité ? Dès lors, aurait-il été juste qu'Elle connaisse la dégradation de la mort ? Est-ce là le sort que Dieu pouvait laisser subir à Celle par qui nous sont venus le Salut et la Résurrection ? Certes non ! Loin de Lui de laisser mourir le Juste avec le pécheur, et si quelqu'un mérite le titre de Juste, c'est bien la Vierge Marie, à la suite de son Fils. On ne trouve pas, dans le Nouveau Testament, de trace de cette Assomption de Marie. Il y a des indices dans l'Ancien, mais il faut être drôlement physionomiste pour les voir. Pourquoi les évangélistes n'en ont-ils pas parlé ? Ah, mais c'est que le Nouveau Testament est centré sur le Christ et sur le chemin qui mène à Lui. Bien sûr, rapporter par écrit le fait de l'Assomption aurait été une illustration bienvenue, mais il s'agit de l'Évangile de Jésus, et non de l'Évangile de Marie. C'est Lui qu'il faut suivre, et si Marie est pour nous un exemple, l'exemple même de ce que la forme la plus haute et la plus parfaite de la Sainteté Chrétienne peut être, il n'en reste pas moins vrai que nous sommes avant tout Chrétiens, disciples du Christ, donc. A la suite de Marie, certes. Mais la Sainte Vierge a toujours laissé la Première place à son Fils, et les évangélistes L'ont écoutée : faites tout ce qu'Il vous dira. En revanche, dans la Liturgie, on trouve très tôt la Fête de l'Assomption, la ferveur des croyants n'hésitant pas à Lui rendre, en toute justice, la vénération qui Lui est due. Que sainte Marie, élevée aux Cieux en corps et en âme, nous protège et nous guide à la suite de son Fils, Jésus Christ notre Seigneur, dans son Royaume ! » (Père Fabrice Chatelain)

Assomption.jpg

Explication du choix des Textes Liturgiques de la Fête Solennelle de l’Assomption de Marie, Patronne principale de la France, du 15 août : « Au jour où l'on dédia à Jérusalem l'une des toutes premières églises érigées en l'honneur de Marie (Vème siècle), nous fêtons dans la joie sa glorieuse Assomption (Antienne d'ouverture). Nous célébrons, sous ce Titre, la Merveille que Dieu a faite (Antienne de la Communion), lorsque l'Immaculée Mère de Dieu (Prière d'ouverture), « au terme de Sa vie terrestre, a été élevée en Son corps et en Son âme à la Gloire du Ciel », ainsi que l'a défini le Pape Pie XII (1950). L'Assomption de Marie découle de sa Maternité divine : Dieu a « préservé de la dégradation du tombeau le Corps qui avait porté son propre Fils et mis au monde l'Auteur de la Vie » (Préface, cf Prière d'ouverture). De même que la Maternité divine de Marie a été une Grâce pour le monde entier, de même son Assomption personnelle inaugure l'assomption de l'humanité en Dieu. La femme, dont le « signe grandiose apparut dans le Ciel » aux yeux de Saint Jean (Ière lecture), est à la fois Marie et l'Église : « Parfaite Image de l'Église à venir, Aurore de l'Église triomphante », Marie « guide et soutient l'espérance du peuple de Dieu encore en chemin » (Préface). Contemplant Marie, qui « partage le Triomphe du Christ et règne pour toujours avec Lui », c'est une Grâce d'attention « aux choses d'en Haut » (Prière d'ouverture) que nous demandons à Dieu par Son intercession, pour obtenir d'être « élevés avec Elle dans la Gloire ». Comme Marie, nous savons que nous portons en nos corps, qui sont des temples du Saint-Esprit, des germes d'éternité ».


Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


Antienne d'ouverture de la « Messe de l’Assomption de la Très Sainte Vierge Marie » du Lundi 15 août 2022 (année « C ») :

« Un Signe grandiose apparut dans le Ciel : une femme ayant le soleil pour manteau, la lune sous les pieds et, sur la tête, une couronne de douze étoiles » (Ap 12, 1)

Assomption.jpg

Prière d’Ouverture de la « Messe de l’Assomption de la Très Sainte Vierge Marie » du Lundi 15 août 2022 (année « C ») :

« Dieu Éternel et Tout-Puissant, Toi qui as fait monter jusqu'à la Gloire du Ciel, avec Son âme et Son corps, Marie, la Vierge Immaculée, Mère de ton Fils : fais que nous demeurions attentifs aux choses d'en Haut pour obtenir de partager sa Gloire. Par Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu qui vit et règne avec Toi dans l'unité du Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles » Ainsi soit-il.


Lectures de la « Messe de l’Assomption de la Très Sainte Vierge Marie » du Lundi 15 août 2022 (année « C ») :


Vierge-Marie-12-etoiles.jpg

Première Lecture de l'Apocalypse de Saint Jean (Ap 11, 19a ; 12, 1-6a.10ab) de la « Messe de l’Assomption de la Très Sainte Vierge Marie » du Lundi 15 août 2022 (année « C ») :

« Une Femme, ayant le soleil pour manteau et la lune sous les pieds »

« Le Sanctuaire de Dieu, qui est dans le Ciel, s’ouvrit, et l’arche de son Alliance apparut dans le Sanctuaire. Un grand Signe apparut dans le Ciel : une Femme, ayant le soleil pour manteau, la lune sous les pieds, et sur la tête une couronne de douze étoiles. Elle est enceinte, Elle crie, dans les douleurs et la torture d’un Enfantement. Un autre Signe apparut dans le Ciel : un grand dragon, rouge feu, avec sept têtes et dix cornes, et, sur chacune des sept têtes, un diadème. Sa queue, entraînant le tiers des étoiles du ciel, les précipita sur la terre. Le Dragon vint se poster devant la Femme qui allait enfanter, afin de dévorer l’Enfant dès sa Naissance. Or, Elle mit au monde un Fils, un Enfant mâle, Celui qui sera le Berger de toutes les nations, les conduisant avec un sceptre de fer. L’Enfant fut enlevé jusqu’auprès de Dieu et de son Trône, et la Femme s’enfuit au désert, où Dieu Lui a préparé une place. Alors j’entendis dans le Ciel une voix forte, qui proclamait : « Maintenant voici le Salut, la Puissance et le Règne de notre Dieu, voici le Pouvoir de son Christ ! »

Le sens de cette Première Lecture de l'Apocalypse de Saint Jean (Ap 11, 19a ; 12, 1-6a.10ab) : L'auteur de l'Apocalypse s'adresse à une communauté chrétienne persécutée. Il présente le Projet de Dieu comme une naissance dans la douleur et un combat : les forces du mal représentées par un dragon, affrontent sans merci les Enfants de Dieu. Dans l'Ancien Testament le peuple d'Israël était parfois comparé à une femme, l'épouse de Dieu. Mais, quelles que soient les douleurs de l'accouchement, le dragon ne pourra empêcher le Triomphe du Messie.



Psaume 44 (Ps 44, 11-12a, 12b-13, 14-15a, 15b-16) de la « Messe de l’Assomption de la Très Sainte Vierge Marie » du Lundi 15 août 2022 (année « C ») :

R/ Debout, à la droite du Seigneur, se tient la Reine, toute parée d’or (cf. Ps 44, 10b)

Écoute, ma fille, regarde et tends l’oreille ;
Oublie ton peuple et la maison de ton père :
Le Roi sera séduit par ta beauté.

Il est ton Seigneur : prosterne-toi devant Lui.
Alors, les plus riches du peuple,
Chargés de présents, quêteront ton sourire.

Fille de Roi, Elle est là, dans sa Gloire,
Vêtue d’étoffes d’or ;
On La conduit, toute parée, vers le Roi.

Des jeunes filles, ses compagnes, Lui font cortège ;
On les conduit parmi les chants de fête :
Elles entrent au Palais du Roi.


Deuxième Lecture de la Lettre de Saint Paul Apôtre aux Corinthiens (1 Co 15, 20-27a) de la « Messe de l’Assomption de la Très Sainte Vierge Marie » du Lundi 15 août 2022 (année « C ») :

« En premier, le Christ ; ensuite, ceux qui lui appartiennent »

« Frères, le Christ est ressuscité d’entre les morts, Lui, Premier Ressuscité parmi ceux qui se sont endormis. Car, la mort étant venue par un homme, c’est par un homme aussi que vient la résurrection des morts. En effet, de même que tous les hommes meurent en Adam, de même c’est dans le Christ que tous recevront la Vie, mais chacun à son rang : en Premier, le Christ, et ensuite, lors du Retour du Christ, ceux qui Lui appartiennent. Alors, tout sera achevé, quand le Christ remettra le Pouvoir Royal à Dieu son Père, après avoir anéanti, parmi les êtres célestes, toute Principauté, toute Souveraineté et Puissance. Car c’est Lui qui doit régner jusqu’au Jour où Dieu aura mis sous Ses pieds tous Ses ennemis. Et le dernier ennemi qui sera anéanti, c’est la mort, car Il a tout mis sous Ses pieds ».

Le sens de cette Deuxième Lecture de la Lettre de Saint Paul Apôtre aux Corinthiens (1 Co 15, 20-27a) : La mort corporelle fait partie du chemin de tout homme : en cela nous sommes frères d'Adam. Mais, à la suite de Jésus Christ, nous sommes sur le chemin de la vie en Dieu. En disant « Je suis la servante du Seigneur », Marie a choisi résolument ce chemin-là.


Alléluia ! Alléluia !

« Aujourd’hui s’est ouverte la porte du Paradis : Marie est entrée dans la Gloire de Dieu ; exultez dans le Ciel, tous les anges ! »

Alléluia !

Visitation.jpg

Saint Évangile de Notre Seigneur Jésus Christ selon Saint Luc (Lc 1, 39-56) pour la « Messe de l’Assomption de la Très Sainte Vierge Marie » du Lundi 15 août 2022 (année « C ») :


« Le Puissant fit pour moi des Merveilles : Il élève les humbles »

« En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la Salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le Fruit de Tes entrailles est béni. D’où m’est-il donné que la Mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque tes Paroles de Salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi. Heureuse Celle qui a cru à l’accomplissement des Paroles qui Lui furent dites de la part du Seigneur ». Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur ! Il s’est penché sur Son humble servante ; désormais tous les âges me diront Bienheureuse. Le Puissant fit pour moi des Merveilles ; Saint est son Nom ! Sa Miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui Le craignent. Déployant la force de Son bras, Il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leurs trônes, Il élève les humbles. Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides. Il relève Israël son serviteur, Il se souvient de son Amour, de la Promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais ». Marie resta avec Élisabeth environ trois mois, puis Elle s’en retourna chez Elle ».


Homélie de Saint Pierre Canisius : « Les jours consacrés à la Mère de Dieu, l’Église les célèbre avec autant de fréquence que de vénération car elle comprend sans hésiter qu’il est agréable à Dieu et digne des chrétiens ce devoir de rendre très souvent et à des moments déterminés de l’année un culte public à La plus Sainte de tous les saints et saintes, la Mère de notre Seigneur et Dieu. Parmi tous ces jours qui, depuis des siècles et jusqu’à présent, sont religieusement respectés, la Fête de l’Assomption jouit de la plus grande notoriété et tient le premier rang. Assurément aucun jour n’est pour Marie plus joyeux et plus heureux si nous considérons comme il convient la félicité inouïe qui lui fut conférée en ce Jour tant pour l’âme que pour le corps. C’est pourquoi, maintenant surtout, comme jamais auparavant, son esprit, son âme et son corps exultent de façon merveilleuse dans le Dieu vivant et Marie peut dire très justement : « Il s’est penché sur son humble servante et désormais tous les âges me diront bienheureuse ; le Puissant a fait pour moi des merveilles » (De Maria Deipara Virgine, lib. 5, c. 6)

Homélie de Saint Germain de Constantinople : « Temple vivant de la divinité très sainte du Fils unique, Mère de Dieu, vraiment, je le redis avec action de grâces, ton Assomption ne T'a nullement éloignée des chrétiens. Tu vis impérissable et pourtant Tu ne demeures pas loin de ce monde périssable; au contraire, Tu es proche de ceux qui T'invoquent et ceux qui Te cherchent avec foi Te trouvent. Il convenait que ton Esprit reste toujours fort et vivant et que ton Corps soit immortel. En effet, comment la dissolution de la chair aurait-elle pu Te réduire en cendre et en poussière, Toi qui as délivré l'homme de la ruine de la mort par l'Incarnation de ton Fils ? Un enfant cherche et désire sa mère, et la mère aime vivre avec son enfant ; de même, puisque Tu avais dans ton Cœur un amour maternel pour ton Fils et pour ton Dieu, Tu devais normalement pouvoir retourner auprès de Lui, et Dieu, à cause de son Amour filial envers Toi devait très justement T'accorder de partager Sa condition. Ainsi, morte aux choses qui finissent, Tu as émigré vers les Demeures impérissables de l'éternité où réside Dieu dont Tu partages désormais la Vie. Tu as été corporellement sa Demeure ; et maintenant c'est Lui qui, en retour, est devenu le Lieu de Ton repos. « Voici, disait-il, mon repos pour les siècles des siècles » (Ps 131, 14). Ce Lieu de repos, c'est la chair qu'Il a revêtue après l'avoir prise de Toi, Mère de Dieu, la chair dans laquelle, nous Le croyons, Il s'est montré dans le monde présent et se manifestera dans le monde futur lorsqu'Il viendra juger les vivants et les morts » (Homélie I pour la Dormition de la Mère de Dieu ; PG 98, 346)

Homélie de Saint Jean Damascène : « L’Arche sainte et animée du Dieu vivant, qui conçut et renferma en Elle son Créateur, repose aujourd’hui dans le Temple du Seigneur, qui n’a été bâti par aucune main. David, son aïeul, a des transports de joie ; avec lui les Anges chantent des hymnes, les Archanges La célèbrent, les Vertus La glorifient, les Principautés tressaillent, les Puissances se réjouissent à l’envi, les Dominations font éclater leur allégresse, les Trônes Lui font fête, les Chérubins répètent Ses louanges et les Séraphins publient sa Gloire. Aujourd’hui le céleste Éden reçoit le paradis animé du nouvel Adam, où notre condamnation a été révoquée, l’arbre de vie planté, notre nudité couverte » (Oratio 2 de Dormitione B.M.V. post initium)

Credo


Prière Universelle de la « Messe de l’Assomption de la Très Sainte Vierge Marie » du Lundi 15 août 2022 (année « C ») :

R/ Avec Marie ta Mère, nous Te supplions.

En ce Jour de l'Assomption, nous reprenons Marie comme Mère et nous demandons au Père Très Bon de savoir lâcher prise et nous laisser guider par l'Esprit Saint comme Marie a si bien su y parvenir. R/

Avec Marie, nous prions particulièrement le Seigneur pour les mamans. Qu'elles trouvent en l'Église et en sa Mère un réconfort et une force. R/

La lumière de l'été occulte parfois les besoins de nos frères malades ou en souffrance. Afin que nous gardions les yeux ouverts sur nos prochains, prions notre Dieu. R/

Au cœur de l'été, prions le Dieu d'Amour pour les ministres de son Église, afin qu'ils se ressourcent en vue de mener les brebis qui leur seront confiées à la rentrée et afin qu'ils soient forts dans toutes leurs missions. R/


Prière sur les Offrandes de la « Messe de l’Assomption de la Très Sainte Vierge Marie » du Lundi 15 août 2022 (année « C ») :

« Que s'élève jusqu'à Toi, Seigneur, notre fervent sacrifice ; et tandis qu'intercède pour nous la Très Sainte Vierge Marie, emportée au Ciel, que nos cœurs, brûlants de charité, aspirent toujours à monter vers Toi. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur »


Préface de la « Messe de l’Assomption de la Très Sainte Vierge Marie » du Lundi 15 août 2022 (année « C ») :

Vraiment, il est juste et bon de Te rendre gloire, de T'offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu, à Toi, Père très Saint, Dieu Éternel et Tout-Puissant, par le Christ, notre Seigneur. Aujourd'hui la Vierge Marie, la Mère de Dieu, est élevée dans la Gloire du Ciel : parfaite Image de l'Église à venir, Aurore de l'Eglise triomphante, Elle guide et soutient l'espérance de ton Peuple encore en chemin. Tu as préservé de la dégradation du tombeau le Corps qui avait porté ton propre Fils et mis au monde l'Auteur de la Vie. C'est pourquoi, avec tous les anges du Ciel, pleins de joie, nous (disons) chantons : ...

« Sanctus, Sanctus, Sanctus Dominus Deus Sabaoth. Pleni sunt caeli et terra gloria tua. Hosanna, in excélsis. Benedictus qui venit in nomine Domini. Hosanna, in excélsis ! »

Communion-Salutaris-Hostia.jpg

Antienne de la Sainte Communion de la « Messe de l’Assomption de la Très Sainte Vierge Marie » du Lundi 15 août 2022 (année « C ») :

« Tous les âges Te diront Bienheureuse, Vierge Marie ; le Puissant a fait pour Toi des Merveilles » (Lc 1, 48-49)


Prière après la Sainte Communion de la « Messe de l’Assomption de la Très Sainte Vierge Marie » du Lundi 15 août 2022 (année « C ») :

« Après nous avoir donné, Seigneur, le Sacrement qui nous sauve, accorde-nous, par l'Intercession de Marie, la Vierge Bienheureuse élevée au Ciel, de parvenir à la gloire de la Résurrection. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur ».


Bénédiction Solennelle de la « Messe de l’Assomption de la Très Sainte Vierge Marie » du Lundi 15 août 2022 (année « C ») :

Dieu a voulu sauver l'homme par son Fils : il a choisi la Vierge Marie pour le mettre au monde ; qu'Il vous envoie d'en haut toute grâce. Amen.

Qu’Il vous donne d'aimer cette Vierge sainte, qu'Elle soit tout près de vous, enfants de Dieu, celle qui nous a donné l'Auteur de la vie. Amen.

Elle est près de son fils, fêtez-la tous ensemble, demeurez dans la joie de son cantique d'action de grâce : le Seigneur bénit les fils de sa servante. Amen.

Et que Dieu Tout-Puissant vous bénisse...

Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.

V/ Allez, dans la Paix du Christ.
R/ Nous rendons Grâce à Dieu.


Vidéo de la « Messe pour l’Assomption de la Très Sainte Vierge Marie » du Lundi 15 août 2022 (année « C ») en l'église Saint-Germain l'Auxerrois :



Voir aussi « Toutes les Prières pour l’Assomption » de la Très Sainte Vierge Marie :

Vierge-Marie-12-etoiles.jpg

- La Prière du R. P. Avrillon pour l’Octave de l'Assomption « Ô Reine du Ciel et de la terre, Vous y avez été couronnée par les Mains de Votre adorable Fils »
- La Prière du R. P. Avrillon pour conclure l’Octave de l'Assomption « De ce Trône éclatant que Vous occupez dans le Ciel, Vierge Sainte, jetez les yeux sur moi »
- La Séquence sur la Divine Mère en son Assomption le 15 août « Réjouissons-nous en ce Jour de l’auguste Assomption de Marie la très Sainte » d’Adam de Saint-Victor
- La Prière de l’abbé Joseph Reyre pour l’Assomption « Ô Vierge Sainte, souvenez-Vous que Vous êtes notre Mère »
- La Prière pour la Fête de l’Assomption de la Très Sainte Vierge Marie « Ô Marie, que votre Rôle est grand dans les Cieux » de Monsieur l’abbé Joseph Herbet
- La Prière à la Très Sainte Mère de Dieu glorieuse et triomphante dans son Assomption pour qu’Elle soit notre Médiatrice et notre Avocate auprès de son adorable Fils pendant notre vie et à l'heure de notre mort « Ô Mère de Dieu, abaissez Vos yeux sur mes misères et mon néant » du Révérend Père Jean-Baptiste-Élie Avrillon
- La Prière pour la Fête de l'Assomption de la Très Sainte Vierge Marie le 15 août « Vierge Sainte, il est temps, le Ciel Te veut, Dieu T'aime » de Monseigneur Guillaume de La Brunetière du Plessis-Gesté
- La Prière pour l’Assomption « Ô Marie, obtenez-moi d'aimer Votre adorable Fils jusqu'au dernier jour de ma vie » du Révérend Père Jean-Baptiste-Élie Avrillon
- La Prière sur l’Assomption de la Très Sainte Vierge Marie « Ô Vierge toute Belle, Ton Fils a inondé Ta mortalité d'une immortelle Lumière » du Chanoine Benedetto Menzini
- La Prière pour l’Assomption « Ô Reine des Cieux, écoute du haut de ton Trône, les vœux de Tes clients » de Monsieur le Chanoine Jean-Baptiste de Santeul
- La Prière pour la veille de l’Assomption de la Bienheureuse Marie « Ô Vierge Mère, voici venir le Jour qui T'élève enfin dans les Cieux et Te rend à ton Fils » de Charles Coffin
- Les Paroles de la Bienheureuse Vierge Marie en la veille de Sa glorieuse Assomption « Je me trouvai embrasée du désir inconcevable de voir mon Fils bien-aimé et d'être avec Lui » à Sainte Mechtilde (Mathilde) de Hackeborn
- La Prière pour la Solennité du 15 août de Notre Mère du Ciel « Aujourd'hui, notre regard doit s'élever vers le Ciel de toutes nos espérances » du Révérend Père Louis Sintas
- La Prière pour l’Assomption de la T.S.V.M. « Femme revêtue de soleil, Ta demeure est La lumière » de Thierry Parey
- L'Hymne pour la Solennité de l'Assomption du 15 août de la Bienheureuse Vierge Marie dans le Ciel à l’Office des Lectures de ce Jour de Fête « Marie, une femme dont on n'a rien dit » du Révérend Père Didier Rimaud
- La Prière pour la Fête de l'Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie « Ô Marie, Toi qui as été élevée corps et âme au ciel » de la Communauté des Sœurs Franciscaines Servantes de Marie du Tiers Ordre Régulier de St François d'Assise
- La Prière pour l’Assomption « Une Maman du Ciel qui nous suit des yeux avec Ses yeux de chair » du Père Michel Quoist
- La Prière pour le jour de l’Assomption « Notre-Dame de l'Assomption, nous Vous confions tous ceux qui ont oublié le sens de leur Baptême » de Dom Ludovic Lécuru
- La Prière à Notre-Dame de l’Assomption pour le 15 août « Ô Femme vêtue de soleil dans le Ciel en fête » de Jacques Gauthier
- La Prière « Ô Mère de Dieu et Mère des hommes, nous croyons en votre Assomption triomphale en âme et en corps » composée par sa Sainteté le Pape Pie XII
- La Prière pour la Fête de l’Assomption « Nous Te saluons, ô Marie, pour Ta glorieuse Assomption » de Monseigneur Albert-Marie de Monléon
- La Prière pour la Fête de l’Assomption de la Très Sainte Vierge Marie « Ô Marie, notre Très-Miséricordieuse Mère, regardez du haut du ciel nos combats » extraite du livre « Règles et exercices pour les Congrégations de la Très-Sainte Vierge » à l’usage du Diocèse de Metz selon Monseigneur l’Évêque Gaspard-Jean-André-Joseph Jauffret
- La Prière, véritable Acte de Consécration à la Très-Sainte Vierge Marie, à réciter à la fin de la Messe de l’Assomption « Ô Marie, daignez répandre sur nous Vos bénédictions les plus tendres et les plus maternelles » extraite du « Manuel des Catéchismes » par Mgr Félix Dupanloup
- La Prière pour l’Assomption de la Très Sainte Vierge Marie « Ô Marie Reine des anges, daignez nous faire part de Vos grâces » de Saint Bernard de Clairvaux
- La Prière pour l’Assomption de la Très Sainte Vierge Marie « Ô Marie, Vous avez quitté la terre et êtes arrivée dans le Ciel » de Saint Alphonse-Marie de Liguori
- Le Cantique de la Très Sainte Vierge Marie « Magnificat » en français et en latin
- La Prière pour l'Assomption sur la Dormition de la Très Sainte Vierge Marie « L'Arche du Seigneur aujourd'hui est entrée dans son repos » de Saint Jean Damascène
- L'Hymne pour prier en la Fête de l'Assomption « Voici que la Reine des vierges gravit le céleste chemin » de Saint Odilon de Mercœur
- La Prière pour la Fête de l’Assomption de Notre-Dame « Que par Toi, Reine clémente, Jésus-Christ, ton Fils, Notre-Seigneur, accorde les Dons de sa Grâce » de Saint Bernard de Clairvaux
- La Prière pour l’Assomption « Marie s'élève au plus haut des Cieux » de Saint Pierre Damien
- ...