« Messe du 14ème Dimanche du Temps Ordinaire » 3 juillet 2022 (année « C ») :



Après leur avoir rappelé les exigences de leur apostolat, Jésus envoya soixante-douze disciples annoncer l'Évangile chez les Samaritains, annonçant ainsi la future Évangélisation des peuples païens. Saint Luc rapporte qu'ils revinrent tout joyeux. C'est que la joie est l'atmosphère dans laquelle baigne une vie qui se veut donnée au Christ. Elle avait été annoncée par les Prophètes comme la marque des temps où viendrait le Messie. Mais on n'accède à cette joie que par la Croix. Entre le Chrétien et le monde, il y a la Croix de Jésus, ainsi que le proclame Saint Paul avec fierté dans l'Épître.


Parole de Dieu pour ce 14ème Dimanche du Temps Ordinaire (année « C ») : Le Règne de Dieu s'est approché « Les disciples que Jésus envoie en Mission sont à la fois vulnérables et fort bien équipés. Vulnérables, car renonçant à des sécurités matérielles qui semblent indispensables aux voyageurs : argent, sac, sandales. Leur offrira-t-on l'hospitalité du gîte et du couvert ? A défaut d'en être (r)assurés, les missionnaires ont des consignes précises sur la conduite à tenir. Le Message qui leur est confié est simple et magnifique : « Le Règne de Dieu s'est approché de vous ». On pourrait croire à un slogan publicitaire... si les envoyés n'avaient reçu le pouvoir de manifester concrètement la Puissance de la Grâce de Dieu à l’œuvre. Les malades sont guéris, les esprits mauvais sont délogés, la paix est offerte aux maisons et aux cœurs généreux. Avec réalisme, Jésus prévoit cependant que Ses disciples ne seront pas toujours les bienvenus. Pourquoi s'en étonner ? La Bonne Nouvelle ne s'impose jamais. Là où l’on ne veut pas d'eux, ils partiront, mais sans reproche ni menace ni malédiction. Curieusement, leur Message reste le même : « Le Règne de Dieu s'est approché ». Pas tout à fait cependant : « de vous » a disparu. Oui, le Règne de Dieu s'est approché, mais c'est en vain si vous restez à distance, en fermant vos portes et vos cœurs. C’est vrai pour nous aujourd'hui. Nous avons toujours besoin d'être évangélisés, d'apprendre à reconnaître et accueillir les messagers du Christ - parfois très différents de ceux que nous attendions. Alors nous éprouverons la Puissance de Dieu dans notre vie et nous serons dans la joie, avec toute l'Église » (Christelle Javary)


Méditation Dominicale pour ce 14ème Dimanche du Temps Ordinaire (année « C ») : Le Règne de Dieu « Les Lectures du Jour nous parlent beaucoup de paix, mais de la Paix qui vient de Dieu, pas de celle qui vient du monde. La paix du monde, on la connaît : elle semble n'être possible que par l'équilibre de la terreur, qu'elle soit nucléaire, militaire ou économique. On dirait bien que la seule chose capable de nous faire tenir tranquilles est la menace de sanctions brutales, voire d'annihilation totale. On pourrait croire, au premier abord, que la Paix de Dieu n'est pas si différente : l'Évangile évoque le sort funeste de Sodome, qui fut détruite par le feu du Ciel. Il y en a pourtant une, de différence, tout à fait essentielle : quand Dieu parle de destruction et de mort, ce n'est pas une menace, mais l'explication de ce qui arrive à toute personne qui s'éloigne de Dieu, qui Le rejette ou Le refuse. C'est l'image de la bougie : si je dis de ne pas mettre la main sur la flamme parce qu'on va se brûler, et que quelqu'un est assez bête pour la mettre quand même, il va certes se brûler. Cependant, ça ne sera pas parce que je l'aurai puni en aucune façon, mais parce que le feu, ça brûle. C'est la même chose avec Dieu : quand Il nous dit que le rejet de son Royaume mène à la destruction totale, ce n'est pas parce qu'Il a l'intention de nous punir, Il n'a pas besoin de le faire : la mort est quelque chose de naturel, tout ce qui naît sur cette terre doit mourir un jour, c'est comme ça. L'accès à son Royaume éternel dans la Résurrection, en revanche, est surnaturel : ce n'est ni un dû ni quelque chose qui va de soi, mais une Faveur que Dieu nous fait et qui va au-delà de ce que la nature peut nous proposer. C'est un Miracle, au sens strict du terme. Sauf que si l'on rejette Dieu, Il ne peut nous forcer à être sauvés contre notre gré, ce n'est pas un dictateur ! Et nous nous retrouverons donc naturellement hors de son Royaume, hors de sa Présence, de son Amour, éloignés de ceux qui L'aiment, pour toujours. Sort pitoyable que celui qui rejette Dieu ! La mort éternelle, celle qui vient du rejet du Règne de Dieu, n'aura pas de fin et ne trouvera aucun repos, et encore une fois, ce n'est pas parce que Dieu serait cruel et rancunier et se vengerait de nous parce qu'on a été vilains, mais au contraire parce qu'Il nous aime et qu'Il prend au sérieux les choix que nous faisons en pleine possession de notre intelligence et de notre volonté. Si nous Le rejetons, Il l'acceptera, parce qu'Il ne nous traite pas comme des gamins un peu idiots qui ne savent pas ce qu'ils font, mais Il tient compte de nos actes et de ce qu'ils signifient. Rejeter Dieu, c'est s'interdire l'accès à son Royaume, et c'est un drame qui ne cesse de Lui causer mille soucis. Jésus passe son temps à annoncer le Règne de Dieu qui vient. Il ne cherche pas à nous pousser par de vaines menaces, mais Il fait proclamer le Règne de Paix qui sera le Sien à la fin des temps, et qu'Il va inaugurer dès sa Résurrection. Il avait envoyé une première fois les douze Apôtres, le nombre douze symbolisant les tribus d'Israël. Il envoie cette fois-ci soixante-douze Disciples (ou soixante-dix, selon les versions), leur nombre rappelant celui des nations issues de Noé après le déluge. Il y a donc là l'ambition affichée d'un Salut offert à toute l'humanité, pas juste réservé à un petit nombre de privilégiés. L'invitation des nations païennes n'est pas une invention tardive de l'Église, mais la volonté explicite de Jésus Lui-même : s'Il a d'abord été envoyé pour le Salut des brebis perdues d'Israël, Il s'adresse ensuite au monde entier. Nous sommes tous invités à participer à son Règne. N'est-ce pas d'ailleurs ce qu'Il nous a enseigné à prier dans le Notre Père ? « Que Ton Règne vienne ! » Oh, Il viendra, le Règne de Dieu. S'il y a bien quelque chose qui Le caractérise, c'est qu'Il tient toujours ses Promesses. Personne n'est plus têtu que Lui. Jésus nous a dit qu'Il reviendrait parmi nous pour instaurer un Règne qui n'aura pas de fin, et on peut Lui faire confiance. La seule question qui se pose est : voulons-nous y participer ? Le mode d'emploi est simple : recevoir au moins le Baptême, puis communier au Corps et au Sang du Christ, car Il a dit qu'Il ressusciterait au Dernier Jour ceux qui Le font. Et bien sûr s'efforcer de vivre déjà ici-bas dans la Paix qui vient de Dieu, une Paix provoquée non par la violence ou les menaces, mais par l'Amour de Dieu et du prochain comme soi-même. Le Seigneur vient : faisons le bon choix tant qu'il en est temps ! » (Père Fabrice Chatelain)


Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


Antienne d'ouverture de la « Messe du 14ème Dimanche du Temps Ordinaire » 3 juillet 2022 (année « C ») :

« Dieu, nous accueillons ta Miséricorde au milieu de ton Temple. Ta louange, comme ton Nom, Seigneur Dieu, couvre l'étendue de la terre. Ta main droite est pleine de Justice » (cf. Ps 47, 10-11)


Prière d'ouverture de la « Messe du 14ème Dimanche du Temps Ordinaire » 3 juillet 2022 (année « C ») :

« Seigneur Dieu, par l'abaissement de ton Fils, Tu as relevé le monde déchu ; donne à Tes fidèles une Joie sainte : Tu les as tirés de l'esclavage du péché ; fais-leur connaître le Bonheur éternel. Par Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur, qui vit et règne avec Toi dans l'unité du Saint-Esprit, Dieu, pour les siècles des siècles »


Lectures de la « Messe du 14ème Dimanche du Temps Ordinaire » 3 juillet 2022 (année « C ») :

Première Lecture du Livre du Prophète Isaïe (Is 66, 10-14c) de la « Messe du 14ème Dimanche du Temps Ordinaire » 3 juillet 2022 (année « C ») :

« Voici que je dirige vers elle la paix comme un fleuve »

« Réjouissez-vous avec Jérusalem ! Exultez en elle, vous tous qui l’aimez ! Avec elle, soyez pleins d’allégresse, vous tous qui la pleuriez ! Alors, vous serez nourris de son lait, rassasiés de ses consolations ; alors, vous goûterez avec délices à l’abondance de sa gloire. Car le Seigneur le déclare : « Voici que je dirige vers elle la Paix comme un fleuve et, comme un torrent qui déborde, la gloire des nations. » Vous serez nourris, portés sur la hanche ; vous serez choyés sur ses genoux. Comme un enfant que sa mère console, ainsi, je vous consolerai. Oui, dans Jérusalem, vous serez consolés. Vous verrez, votre cœur sera dans l’allégresse ; et vos os revivront comme l’herbe reverdit. Le Seigneur fera connaître sa Puissance à Ses serviteurs ».

Le sens de cette Première Lecture du Livre du Prophète Isaïe (Is 66, 10-14c) : Dans une période de découragement, le Prophète sait trouver des mots de consolation ; il ose même un discours presque triomphal. On peut se demander d'où lui vient son bel optimisme ? C'est bien simple : sa foi, ou plutôt l'expérience d'Israël ! Car le Dieu du buisson ardent ne peut pas avoir abandonné son Peuple. C'est quand tout paraît perdu qu'il faut à tout prix se souvenir que rien n'est impossible à Dieu.


Psaume 65 (Ps 65 (66), 1-3a, 4-5, 6-7a, 16.20) de la « Messe du 14ème Dimanche du Temps Ordinaire » 3 juillet 2022 (année « C ») :

R/ Terre entière, acclame Dieu, chante le Seigneur ! (cf. Ps 65, 1)

Acclamez Dieu, toute la terre ;
Fêtez la Gloire de son Nom,
Glorifiez-Le en célébrant Sa louange.
Dites à Dieu : « Que Tes actions sont redoutables ! »

Toute la terre se prosterne devant Toi,
Elle chante pour Toi, elle chante pour ton Nom.
Venez et voyez les hauts Faits de Dieu,
Ses exploits redoutables pour les fils des hommes.

Il changea la mer en terre ferme :
Ils passèrent le fleuve à pied sec.
De là, cette Joie qu’Il nous donne.
Il règne à jamais par sa Puissance.

Venez, écoutez, vous tous qui craignez Dieu :
Je vous dirai ce qu’Il a fait pour mon âme ;
Béni soit Dieu qui n’a pas écarté ma prière,
Ni détourné de moi son Amour !


Deuxième Lecture de la Lettre de Saint Paul Apôtre aux Galates (Ga 6, 14-18) de la « Messe du 14ème Dimanche du Temps Ordinaire » 3 juillet 2022 (année « C ») :

« Je porte dans mon corps les marques des Souffrances de Jésus »

« Frères, pour moi, que la Croix de notre Seigneur Jésus Christ reste ma seule fierté. Par Elle, le monde est crucifié pour moi, et moi pour le monde. Ce qui compte, ce n’est pas d’être circoncis ou incirconcis, c’est d’être une création nouvelle. Pour tous ceux qui marchent selon cette règle de vie et pour l’Israël de Dieu, Paix et Miséricorde. Dès lors, que personne ne vienne me tourmenter, car je porte dans mon corps les marques des Souffrances de Jésus. Frères, que la Grâce de notre Seigneur Jésus Christ soit avec votre esprit. Amen »

Le sens de cette Deuxième Lecture de la Lettre de Saint Paul Apôtre aux Galates (Ga 6, 14-18) : La Lettre aux Galates est tout entière marquée par la grande crise traversée par cette Communauté. Fallait-il, oui ou non, imposer la circoncision à tous les candidats au Baptême ? La question ainsi posée, la réponse s'impose : oserait-on penser que Jésus ne sauverait que les juifs ? Le juif fervent et fier qu'était Paul avant sa rencontre avec Jésus sait désormais que notre seul sujet de fierté est d'appartenir au Christ, quelle que soit notre origine.


Alléluia ! Alléluia !

« Que dans vos cœurs, règne la Paix du Christ ; que la Parole du Christ habite en vous dans toute Sa richesse » (cf. Col 3, 15a.16a)

Alléluia !


Saint Évangile de Notre Seigneur Jésus Christ selon Saint Luc (Lc 10, 1-12.17-20) de la « Messe du 14ème Dimanche du Temps Ordinaire » 3 juillet 2022 (année « C ») :


« Votre Paix ira reposer sur lui »

« En ce temps-là, parmi les disciples, le Seigneur en désigna encore 72, et Il les envoya deux par deux, en avant de Lui, en toute ville et localité où Lui-même allait se rendre. Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. Allez ! Voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. Ne portez ni bourse, ni sac, ni sandales, et ne saluez personne en chemin. Mais dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : « Paix à cette maison ». S’il y a là un ami de la Paix, votre Paix ira reposer sur lui ; sinon, Elle reviendra sur vous. Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous sert ; car l’ouvrier mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison. Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qui vous est présenté. Guérissez les malades qui s’y trouvent et dites-leur : « Le Règne de Dieu s’est approché de vous ». Mais dans toute ville où vous entrerez et où vous ne serez pas accueillis, allez sur les places et dites : « Même la poussière de votre ville, collée à nos pieds, nous l’enlevons pour vous la laisser. Toutefois, sachez-le : le Règne de Dieu s’est approché ». Je vous le déclare : « au Dernier Jour, Sodome sera mieux traitée que cette ville ». Les 72 disciples revinrent tout joyeux, en disant : « Seigneur, même les démons nous sont soumis en ton Nom ». Jésus leur dit : « Je regardais Satan tomber du ciel comme l’éclair. Voici que je vous ai donné le Pouvoir d’écraser serpents et scorpions, et sur toute la puissance de l’Ennemi : absolument rien ne pourra vous nuire. Toutefois, ne vous réjouissez pas parce que les esprits vous sont soumis ; mais réjouissez-vous parce que vos noms se trouvent inscrits dans les Cieux ».


Credo


Prière Universelle de la « Messe du 14ème Dimanche du Temps Ordinaire » 3 juillet 2022 (année « C ») :

Pour que vienne ton Règne de Paix, Seigneur, nous nous tournons vers Toi, et dans la foi nous Te prions :

Pour l'Église, qu'Elle soit messagère de la Joie du Salut au milieu des nations.

Pour les hommes de bonne volonté, qu'ils connaissent la Joie de se mettre au service de leurs frères pour répondre à ton Appel.

Pour les hommes désespérés, qu'ils rencontrent des témoins de ta Paix et de ta Joie.

Pour les hommes qui souffrent de la violence, qu'ils croisent un regard bienveillant et une main tendue.

Pour nous-mêmes, que nous soyons d'inlassables porteurs de Paix.

Dieu qui sauves tous les hommes et ne veux en perdre aucun, écoute nos prières et donne à ton Peuple la Joie d'être sauvé.


Prière sur les Offrandes de la « Messe du 14ème Dimanche du Temps Ordinaire » 3 juillet 2022 (année « C ») :
« Puissions-nous être purifiés, Seigneur, par l'offrande consacrée à ton Nom ; qu'Elle nous conduise, de jour en jour, à vivre de la Vie du Ciel. Par le Christ, notre Seigneur »


Préface des Dimanches du Temps Ordinaire I (Le Mystère Pascal & le Peuple de Dieu) de la « Messe du 14ème Dimanche du Temps Ordinaire » 3 juillet 2022 (année « C ») :
Vraiment, il est juste et bon, pour ta Gloire et notre Salut, de T'offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu, Seigneur, Père très Saint, Dieu éternel et tout-puissant, par le Christ, notre Seigneur. Dans le Mystère de sa Pâque, Il a fait une Œuvre merveilleuse : car nous étions esclaves de la mort et du péché, et nous sommes appelés à partager sa Gloire ; nous portons désormais ces noms glorieux : descendance choisie, sacerdoce royal, nation sainte, peuple racheté ; nous pouvons annoncer au monde les Merveilles que Tu as accomplies, Toi qui nous appelles des ténèbres à Ton admirable Lumière. C'est pourquoi, avec les anges et les archanges, avec les Puissances d'en Haut et tous les Esprits Bienheureux nous chantons l'hymne de ta Gloire et sans fin nous proclamons : ...

« Sanctus, Sanctus, Sanctus Dominus Deus Sabaoth. Pleni sunt caeli et terra gloria tua. Hosanna, in excélsis. Benedictus qui venit in nomine Domini. Hosanna, in excélsis ! »

Communion-Salutaris-Hostia.jpg

Antienne de la Sainte Communion de la « Messe du 14ème Dimanche du Temps Ordinaire » 3 juillet 2022 (année « C ») :
« Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos, dit le Seigneur » (cf. Mt 11, 28)


Prière après la Sainte Communion de la « Messe du 14ème Dimanche du Temps Ordinaire » 3 juillet 2022 (année « C ») :

« Comblés de si grands Bienfaits, nous Te supplions, Seigneur : fais que nous en retirions des fruits pour notre Salut et que jamais nous ne cessions de chanter Ta louange. Par le Christ, notre Seigneur »


V/ Ite Missa est.
R/ Deo gratias.

V/ Allez, dans la Paix du Christ.
R/ Nous rendons grâce à Dieu.


Vidéo de la « Messe du 14ème Dimanche du Temps Ordinaire » 3 juillet 2022 (année « C ») célébrée et prêchée par Monsieur le Chapelain Jean-Marcel Rossini du Sanctuaire de Lourdes :