« Messe du 16ème Dimanche du Temps Ordinaire » 17 juillet 2022 (année « C ») :



Dans la Première Lecture, nous voyons Abraham offrir l'hospitalité à Dieu, qui se présente à lui sous les traits d'un étranger de passage. L'Évangile montre ensuite Jésus recevant l'hospitalité de Marthe et de Marie dans leur maison de Béthanie. Dans les deux cas, la Visite du Seigneur est une Source de Bénédiction pour ceux qui L'ont accueilli. Saint Paul nous dit combien il se sent identifié au Christ dont il continue à vivre la Passion dans sa propre chair, et identifié à l'Église, dont il annonce le Mystère.


Parole de Dieu pour ce 16ème Dimanche du Temps Ordinaire (année « C ») : La meilleure part « Foin du sexisme ! La Liturgie de ce Dimanche nous montre qu'un homme peut, aussi bien qu'une femme, préparer un repas pour des invités. A des siècles de distance Abraham et Marthe pratiquent la même hospitalité empressée et généreuse. On goûterait volontiers le menu (veau tendre, fromage blanc et galettes) que le Patriarche réussit à proposer en un tournemain, en plein désert. Mais il garde à l'esprit l'essentiel : il se tient debout près de ses hôtes en train de se restaurer. Dans l'accueil, ne faut-il pas d’abord offrir sa présence ? Marthe semble l'avoir oublié. Toute à son désir de bien faire, et peut-être non sans une pointe d'orgueil, cette maîtresse de maison et maîtresse femme se laisse dévorer par les tâches à accomplir. La joie de recevoir Jésus fait place au stress, dirait-on en langage moderne, de ne pas être à la hauteur. Au lieu de se réjouir que sa sœur Marie soit davantage disponible et puisse jouer un rôle complémentaire, elle la jalouse et le fait aigrement savoir. Atmosphère électrique ... à laquelle Jésus réagit par la douceur. A la dispersion stérile, Il oppose l'unique nécessaire. Et de même que les mystérieux visiteurs d'Abraham ont récompensé son zèle par la merveilleuse annonce de la naissance d'un fils, Jésus invite Marthe à choisir, elle aussi, la meilleure part. Servir, mais dans la joie et la sérénité, pourra être sa meilleure part à elle, en phase avec sa personnalité dynamique. Le dernier verset de l'épisode résonne comme une promesse : la meilleure part, c'est celle qui ne nous sera pas enlevée » (Christelle Javary)


Méditation Dominicale pour ce 16ème Dimanche du Temps Ordinaire (année « C ») : Le silence de l'écoute « Aujourd'hui nous sommes immergés dans une mer de mots qui nous détournent de la Parole. Trop de mots conduisent à une saturation qui peut nous éloigner de l'écoute. C'est pourquoi la parole (comme le geste) nourrie de sens doit naître du silence de l'écoute. Nous avons besoin de paroles vraies, pour comprendre notre destin et notre vocation. Cette recherche est de l'ordre d'un éveil intérieur. Voici l'exemple de cet homme croyant et peu pratiquant. Aux premiers jours de la nouvelle de la pandémie, celui-ci a écrit des croix (+) sur une feuille, qui correspondaient au nombre de personnes décédées à cause du virus. Chaque jour, il prenait une feuille nouvelle et marquait le nombre de croix correspondant au nombre de victimes, et il disait pour chacun : Qu'il repose dans ta Paix, Seigneur. Chaque jour, pendant deux ans, fidèlement, il a fait ce geste si incroyablement porteur de sens. Jésus parle et agit toujours avec courage, ce courage que les Évangiles appellent « parrhésie ». Ce courage rend chaque Parole que Jésus prononce forte et libre, voire inoubliable. Le Prieur de la communauté monastique de Bose, Sabino Chialà, écrit « que la Parole vécue par Jésus est une parrhésie multiforme ; acceptation de sa Mission (parrhésie avec soi-même), relation intime avec le Père (parrhésie devant Dieu), des paroles et gestes qui provoquent (parrhésie des relations interpersonnelles) ». Aujourd'hui, le chemin de l'écoute peut nous reconduire à la Parole pour La comprendre et La transmettre, car c'est dans le silence qu'est possible une expérience de Dieu présent au fond de nous. Les Écritures nous enseignent que la parrhésie est possible, si elle est ancrée dans cette connaissance profonde de nous-mêmes qui vient de l'écoute de la Parole de Dieu. Quiconque a une expérience de la lecture des textes des Écritures sait que les significations qui peuvent en découler sont infinies et marquent un chemin de découverte dans lequel réside la véritable croissance du Chrétien. Tout au long de l'histoire, les femmes n'ont été écoutées que lorsqu'elles ont parlé au Nom de Dieu, lorsqu'elles ont déclaré que Dieu parlait à travers elles. Catherine de Sienne, Thérèse d'Avila et même Hildegarde de Bingen sont des personnes d'une profonde conscience spirituelle qui savent lire la réalité et le monde. Aujourd’hui, dans l'Église, les femmes avancent de plus en plus. Leurs commentaires des Écritures qui ont ouvert la porte à de nouvelles et importantes interprétations du Message divin - avant tout avec la découverte de la centralité de la présence féminine dans les Évangiles - commencent à se faire entendre, et on peut dire la même chose des recherches des théologiennes, récemment acceptées au sein d'une discipline considérée comme masculine » (Sœur Catherine Aubin)


Signe-de-Croix Au Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


Antienne d'ouverture de la « Messe du 16ème Dimanche du Temps Ordinaire » 17 juillet 2022 (année « C ») :

« Voici que Dieu vient à mon aide, le Seigneur est le soutien de mon âme. De grand cœur, je T'offrirai le sacrifice, je confesserai ton Nom, car Il est Bon ! » (cf. Ps 53, 6.8)


Prière d'ouverture de la « Messe du 16ème Dimanche du Temps Ordinaire » 17 juillet 2022 (année « C ») :

« Sois favorable à Tes fidèles, Seigneur, et, dans Ta bonté, multiplie pour eux les dons de ta Grâce, afin que, brûlant de charité, de foi et d'espérance, ils soient toujours vigilants pour garder tes Commandements. Par Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur, qui vit et règne avec Toi dans l'unité du Saint-Esprit, Dieu, pour les siècles des siècles »


Lectures de la « Messe du 16ème Dimanche du Temps Ordinaire » 17 juillet 2022 (année « C ») :

Première Lecture du Livre de la Genèse (Gn 18, 1-10a) de la « Messe du 15ème Dimanche du Temps Ordinaire » 10 juillet 2022 (année « C ») :

« Mon seigneur, ne passe pas sans T’arrêter près de Ton serviteur »

« En ces jours-là, aux chênes de Mambré, le Seigneur apparut à Abraham, qui était assis à l’entrée de la tente. C’était l’heure la plus chaude du jour. Abraham leva les yeux, et il vit trois hommes qui se tenaient debout près de Lui. Dès qu’il les vit, il courut à leur rencontre depuis l’entrée de la tente et se prosterna jusqu’à terre. Il dit : « Mon Seigneur, si j’ai pu trouver Grâce à Tes yeux, ne passe pas sans T’arrêter près de Ton serviteur. Permettez que l’on Vous apporte un peu d’eau, Vous Vous laverez les pieds, et Vous Vous étendrez sous cet arbre. Je vais chercher de quoi manger, et Vous reprendrez des forces avant d’aller plus loin, puisque Vous êtes passés près de Votre serviteur ! » Ils répondirent : « Fais comme tu l’as dit. » Abraham se hâta d’aller trouver Sara dans sa tente, et il dit : « Prends vite trois grandes mesures de fleur de farine, pétris la pâte et fais des galettes. » Puis Abraham courut au troupeau, il prit un veau gras et tendre, et le donna à un serviteur, qui se hâta de le préparer. Il prit du fromage blanc, du lait, le veau que l’on avait apprêté, et les déposa devant eux ; il se tenait debout près d’eux, sous l’arbre, pendant qu’ils mangeaient. Ils lui demandèrent : « Où est Sara, ta femme ? » Il répondit : « Elle est à l’intérieur de la tente. » Le voyageur reprit : « Je reviendrai chez toi au temps fixé pour la naissance, et à ce moment-là, Sara, ta femme, aura un fils ».

Le sens de cette Première Lecture du Livre de la Genèse (Gn 18, 1-10a) : Pour la première fois de l'histoire de l'humanité, Dieu en Personne s'invite chez un homme et lui demande l'hospitalité ! Pour lui confirmer le Projet inespéré qu'Il a formé pour lui : l'an prochain, à pareille époque, Sara, la vieille Sara, aura un fils, et de ce fils naîtra un peuple qui sera l'instrument des Bienfaits de Dieu.


Psaume 14 (Ps 14 (15), 2-3a, 3bc-4ab, 4d-5) de la « Messe du 16ème Dimanche du Temps Ordinaire » 17 juillet 2022 (année « C ») :

R/ Seigneur, qui séjournera sous Ta tente ? (cf. 14, 1a)

Celui qui se conduit parfaitement,
Qui agit avec justice
Et dit la vérité selon son cœur.
Il met un frein à sa langue.

Il ne fait pas de tort à son frère
Et n’outrage pas son prochain.
À ses yeux, le réprouvé est méprisable
Mais il honore les fidèles du Seigneur.

Il ne reprend pas sa parole.
Il prête son argent sans intérêt,
N’accepte rien qui nuise à l’innocent.
Qui fait ainsi demeure inébranlable.


Deuxième Lecture de la Lettre de Saint Paul Apôtre aux Colossiens (Col 1, 24-28) de la « Messe du 16ème Dimanche du Temps Ordinaire » 17 juillet 2022 (année « C ») :

« Le Mystère qui était caché depuis toujours mais qui maintenant a été manifesté »

« Frères, maintenant je trouve la joie dans les souffrances que je supporte pour vous ; ce qui reste à souffrir des Épreuves du Christ dans ma propre chair, je l’accomplis pour son Corps qui est l’Église. De cette Église, je suis devenu Ministre, et la Mission que Dieu m’a confiée, c’est de mener à bien pour vous l’annonce de sa Parole, le Mystère qui était caché depuis toujours à toutes les générations, mais qui maintenant a été manifesté à ceux qu’Il a sanctifiés. Car Dieu a bien voulu leur faire connaître en quoi consiste la Gloire sans prix de ce Mystère parmi toutes les nations : le Christ est parmi vous, Lui, l’Espérance de la Gloire ! Ce Christ, nous L’annonçons : nous avertissons tout homme, nous instruisons chacun en toute sagesse, afin de l’amener à sa perfection dans le Christ ».

Le sens de cette Deuxième Lecture de la Lettre de Saint Paul Apôtre aux Colossiens (Col 1, 24-28) : Tous les missionnaires le savent, l'œuvre d'évangélisation n'est pas sans risques. On s'expose à des difficultés, des oppositions, voire des persécutions. Tout cela, Saint Paul l'a vécu quotidiennement pendant de longues années. Mais, aussi terrible qu'elle soit, cette vocation fut la source de son bonheur le plus profond.


Alléluia ! Alléluia !

« Heureux ceux qui ont entendu la Parole dans un cœur bon et généreux, qui La retiennent et portent du fruit par leur persévérance » (cf. Lc 8, 15)

Alléluia !


Saint Évangile de Notre Seigneur Jésus Christ selon Saint Luc (Lc 10, 38-42) de la « Messe du 16ème Dimanche du Temps Ordinaire » 17 juillet 2022 (année « C ») :


« Marthe le reçut. Marie a choisi la meilleure part »

« En ce temps-là, Jésus entra dans un village. Une femme nommée Marthe Le reçut. Elle avait une sœur appelée Marie qui, s’étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa Parole. Quant à Marthe, elle était accaparée par les multiples occupations du service. Elle intervint et dit : « Seigneur, cela ne Te fait rien que ma sœur m’ait laissé faire seule le service ? Dis-lui donc de m’aider. » Le Seigneur lui répondit : « Marthe, Marthe, tu te donnes du souci et tu t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée ».


Credo


Prière Universelle de la « Messe du 16ème Dimanche du Temps Ordinaire » 17 juillet 2022 (année « C ») :

Avec la même sollicitude que Marthe et Abraham, nous nous tenons devant Toi, Seigneur, pour Te présenter nos humbles prières :

Pour l'Église, qu'Elle n'oublie jamais l'Exemple du Seigneur et se tienne au service de tout homme.

Pour ceux qui ont une mission d'accueil, surtout en ce temps de vacances, qu'ils se souviennent que c'est le Seigneur qui est accueilli dans l'étranger de passage.

Pour ceux qui goûtent le repos, qu'ils choisissent la meilleure part en se tenant auprès du Seigneur.

Pour ceux qui prennent la route sur les chemins de pèlerinage, qu'ils ouvrent leur cœur à l'accueil et au partage.

Pour notre communauté rassemblée, qu'elle ouvre son cœur aux hôtes de passage.

Seigneur, qui Te tiens au milieu de nous comme l'étranger à accueillir, reçois l'hommage de nos prières et donne-nous la joie d'être exaucés.


Prière sur les Offrandes de la « Messe du 16ème Dimanche du Temps Ordinaire » 17 juillet 2022 (année « C ») :
« Seigneur Dieu, dans le Sacrifice unique et parfait de ton Fils, Tu as porté à leur achèvement les multiples sacrifices de l'ancienne Loi ; reçois maintenant le sacrifice offert par Tes fidèles serviteurs et sanctifie-le comme Tu as béni les présents d'Abel : que les dons offerts par chacun pour honorer ta Gloire servent au Salut de tous. Par le Christ, notre Seigneur. »


Préface des Dimanches du Temps Ordinaire I (Le Mystère Pascal & le Peuple de Dieu) de la « Messe du 16ème Dimanche du Temps Ordinaire » 17 juillet 2022 (année « C ») :

Vraiment, il est juste et bon, pour ta Gloire et notre Salut, de T'offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu, Seigneur, Père très Saint, Dieu éternel et tout-puissant, par le Christ, notre Seigneur. Dans le Mystère de sa Pâque, Il a fait une Œuvre merveilleuse : car nous étions esclaves de la mort et du péché, et nous sommes appelés à partager sa Gloire ; nous portons désormais ces noms glorieux : descendance choisie, sacerdoce royal, nation sainte, peuple racheté ; nous pouvons annoncer au monde les Merveilles que Tu as accomplies, Toi qui nous appelles des ténèbres à Ton admirable Lumière. C'est pourquoi, avec les anges et les archanges, avec les Puissances d'en Haut et tous les Esprits Bienheureux nous chantons l'hymne de ta Gloire et sans fin nous proclamons : ...

« Sanctus, Sanctus, Sanctus Dominus Deus Sabaoth. Pleni sunt caeli et terra gloria tua. Hosanna, in excélsis. Benedictus qui venit in nomine Domini. Hosanna, in excélsis ! »

Communion-Salutaris-Hostia.jpg

Antienne de la Sainte Communion de la « Messe du 16ème Dimanche du Temps Ordinaire » 17 juillet 2022 (année « C ») :
« Voici que je me tiens à la porte, et je frappe, dit le Seigneur. Si quelqu'un entend ma Voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui ; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec Moi » (cf. Ap 3, 20)


Prière après la Sainte Communion de la « Messe du 16ème Dimanche du Temps Ordinaire » 17 juillet 2022 (année « C ») :

« Dans Ta bienveillance, reste auprès de ton Peuple, nous T'en prions, Seigneur ; puisque Tu l'as initié aux Sacrements du Ciel, fais-le passer de ce qui est ancien à la Vie nouvelle. Par le Christ, notre Seigneur. »


V/ Ite Missa est.
R/ Deo gratias.

V/ Allez, dans la Paix du Christ.
R/ Nous rendons grâce à Dieu.


Vidéo de la « Messe du 16ème Dimanche du Temps Ordinaire » 17 juillet 2022 (année « C ») célébrée et prêchée par Monsieur le Chapelain Marc-Olivier de Vaugiraud du Sanctuaire de Lourdes :