« Messe du 1er Dimanche du Carême » du 6 mars 2022 (année « C ») :


Parole de Dieu pour cette Messe du 1er Dimanche du Carême (année « C ») : Assumer « Le Premier Dimanche du Carême nous entraîne tous les ans au désert des tentations. Le Texte de Saint Luc nous y introduit par une phrase lourde de sens : Dans l'Esprit, Jésus fut conduit à travers le désert où, pendant quarante jours, Il fut tenté par le diable. Ici l'Esprit est moins celui qui Le pousse que celui qui Le guide. L’Esprit Saint est Celui que le Père a choisi pour nous conduire dans les épreuves, en assumant la condition fragile de notre humanité et en recevant la Force de Dieu. Car c'est bien de cela qu'il est ici question pour Jésus. Les trois tentations du diable visent à Le forcer à choisir entre Son humanité et Sa divinité. La première (changer les pierres en pains) et la troisième (sauter du haut du Temple) touchent à Sa divinité exclusive, car aucun homme ne peut faire ce que le diable demande. Le diviseur veut qu'Il renonce à Son humanité pour n'être que Dieu. La seconde (les royaumes de la terre) tente, à l'inverse, de Lui faire renoncer à Sa divinité pour n'être qu'un homme soumis au pouvoir des principautés et des puissances. Mais Jésus, sous la conduite de l'Esprit, assume pleinement qui Il est : le Fils de Dieu fait homme pour nous sauver. Dans nos vies ordinaires, il en va bien souvent ainsi. Les pièges les plus sournois du démon visent à nous faire renoncer à la vie à laquelle Dieu nous convoque, en nous faisant croire que nous, n’en sommes pas dignes. Puisse l'Esprit du Ressuscité nous conduire sur les chemins de l'Évangile en assumant l’Appel de Dieu à la Sainteté » (Père Sylvain Brison)



La Méditation pour la Messe du 1er Dimanche du Carême (année C) : De la Miséricorde Qui ne connaît par cœur cette Parabole de la Miséricorde qui commence ainsi : « Un père avait deux fils » ? Chacun de nous est tantôt le plus jeune, tantôt l'aîné : pécheur loin de la Face de Dieu, ou alors persuadé que, vivant en présence de Dieu, il a tous les droits, se prend pour un juste et méprise ceux que le Seigneur accueille dans la joie du Pardon. Dans les deux cas, les fils pensent qu'ils ont des droits : le plus jeune dit « Donne-moi la part de fortune qui me revient », c'est-à-dire : « Donne-moi la création, mais sans Toi, pour que je l'utilise, que j'en bénéficie par moi-même et pour moi-même, loin de Toi » (cf. « Dieu sans idée du mal » du Frère Jean-Miguel Garrigues). L'aîné dit de son côté : «Il y a tant d'années que je suis à ton service sans avoir transgressé tes ordres, et jamais tu ne m'as donné un chevreau pour festoyer avec mes amis ». C'est le même péché d'une certaine manière, l'oubli de ce que dit le Psaume : « Seigneur mon partage et ma coupe, de Toi dépend mon sort. La part qui me revient fait mes délices, j'ai même le plus bel héritage » (Ps 15, 5 et 6). Avec Dieu on possède tout et rien ne nous manque, selon un autre Psaume : « Le Seigneur est mon Berger, je ne manque de rien » (Ps 22, 1). Ou comme le résume Sainte Thérèse d'Avila : « Dieu Seul suffit ». Le plus jeune fils, après un temps d'égarement loin de son père, prend conscience que c'est dans la maison paternelle qu'il pourra être rassasié et vivre en paix, aussi il dit : « Je me lèverai et j'irai vers mon père ». Le Texte poursuit : « Comme il était encore loin, son père l'aperçut et fut saisi de compassion ; il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers ». Extraordinaire évocation de l'Amour infini de Dieu pour ceux qui se tournent vers Lui en reconnaissant leur faute, en demandant pardon ! Selon l'admirable commentaire de Saint Pierre Chrysologue : « Son père le voit et c'est pour cela qu'il est possible au fils de s'élancer vers son père. Le regard du père éclaire les yeux de son fils qui vient à lui, et dissipe l’obscurité qui l’enveloppait du fait de sa faute. Il le vit de loin et fut ému de compassions. La Miséricorde émeut celui qui est immuable. Il se penche pour relever son fils gisant à terre. Il se penche sur lui, enlevant par le poids de l'amour le poids du péché ». Et puis le fils prodigue reçoit trois présents qui le rétablissent dans sa dignité de fils du Père : la « Première robe », comme nous dit le grec c'est-à-dire robe de lumière dont l'homme était revêtu avant le péché ; ensuite l'anneau du pouvoir, il s'agit du sceau qui authentifie un acte royal - par exemple l'anneau de pharaon confié à Joseph : « Pharaon dit à Joseph : Vois je t'établis sur tout le pays d'Égypte. Il ôta son anneau et le passa au doigt de Joseph (Gn 41, 41) » -; et enfin les sandales pour marcher sans danger ni entrave et partir avec joie proclamer la Bonne Nouvelle : « les pieds chaussés de l'ardeur à annoncer l'Évangile de la paix » (Ep 6, 15). Ainsi équipé, le jeune fils peut participer au banquet de réconciliation et se régaler du veau gras, annonce du Festin que le Seigneur prépare pour tous les peuples à la Fin des Temps : « Le Seigneur de l'univers préparera pour tous les peuples sur sa Montagne, un festin de viandes grasses et de vins capiteux » (Is 25, 6). Le père sort à nouveau pour retrouver cette fois-ci son fils aîné, jaloux de l'accueil fait à son frère, et le supplier de se joindre à la fête, en lui rappelant : « Tout ce qui est à moi est à toi ». Le Seigneur nous a tout donné, y compris de participer à Sa divinité, que peut-on demander de plus ? Voici l'heureuse conclusion proposée par le chantre Saint Romanos le Mélode : « Ainsi donc mon fils, réjouis-toi avec tous les invités du banquet et mêle tes chants à ceux des anges, car ton frère était perdu et le voilà retrouvé, il était mort et, contre toute attente, il est ressuscité ». A ces mots, le fils aîné s'est laissé persuader et a chanté : « Criez tous de joie ! Heureux ceux à qui tout péché a été remis et dont les fautes sont effacées» (Ps 113, 1). Je Te loue, ô Ami des hommes, Toi qui as sauvé mon frère, Toi le Seigneur et Maître des siècles ! » (Sœur Claire Patier)


Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


Antienne d'ouverture de la « Messe du 1er Dimanche du Carême » :

« Quand mon serviteur m'appelle, dit le Seigneur, moi, je lui réponds. Je veux le libérer, le glorifier ;de longs jours, je veux le rassasier » (cf. Ps 90, 15-16)


Prière d'ouverture de la « Messe du Premier Dimanche du Carême » :

« Dieu Tout-Puissant, Toi qui nous invites chaque année à vivre le Carême en vérité, donne-nous de progresser dans l'intelligence du Mystère du Christ et d'en rechercher la réalisation par une vie qui Lui corresponde. Lui qui vit et règne. »


Lectures de la « Messe du 1er Dimanche du Carême » du 6 mars 2022 (année « C ») :


Première Lecture du Livre du Deutéronome (Dt 26, 4-10) de la « Messe du 1er Dimanche du Carême » du 6 mars 2022 (année « C ») :

« La profession de foi du Peuple élu »

« Moïse disait au Peuple : Lorsque tu présenteras les prémices de tes récoltes, le prêtre recevra de tes mains la corbeille et la déposera devant l’Autel du Seigneur ton Dieu. Tu prononceras ces paroles devant le Seigneur ton Dieu : « Mon père était un Araméen nomade, qui descendit en Égypte : il y vécut en immigré avec son petit clan. C’est là qu’il est devenu une grande nation, puissante et nombreuse. Les Égyptiens nous ont maltraités, et réduits à la pauvreté ; ils nous ont imposé un dur esclavage. Nous avons crié vers le Seigneur, le Dieu de nos pères. Il a entendu notre voix, Il a vu que nous étions dans la misère, la peine et l’oppression. Le Seigneur nous a fait sortir d’Égypte à main forte et à bras étendu, par des actions terrifiantes, des signes et des prodiges. Il nous a conduits dans ce lieu et nous a donné ce pays, un pays ruisselant de lait et de miel. Et maintenant voici que j’apporte les prémices des fruits du sol que Tu m’as donné, Seigneur. »

Le sens de cette Première Lecture du Livre du Deutéronome (Dt 26, 4-10) : Moïse n'a pas inventé les rites d’offrande ; ils existent dans toutes les religions. Mais, dans l'esprit de l'Alliance du Sinaï, il leur a donné un nouveau sens. Car contrairement aux apparences, le geste d'offrande n'est pas un acte de dépossession. Il ne s’agit pas de concéder à Dieu quelque chose qui nous appartiendrait, puisque tout nous vient de Lui. L’offrande des premières récoltes au Printemps (les « prémices ») en particulier, était l'occasion de se souvenir des Dons de Dieu. Le plus important étant la libération de son Peuple après la dure période d'esclavage en Egypte.


Psaume 90 (Ps 90 (91), 1-2, 10-11, 12-13, 14-15ab) de la « Messe du 1er Dimanche du Carême » du 6 mars 2022 (année « C ») :

R/ Sois avec moi, Seigneur, dans mon épreuve (cf. Ps 90, 15)

Quand je me tiens sous l’abri du Très-Haut
Et repose à l’ombre du Puissant,
Je dis au Seigneur : « Mon refuge,
Mon rempart, mon Dieu, dont je suis sûr ! »

Le malheur ne pourra te toucher,
Ni le danger, approcher de ta demeure :
Il donne mission à Ses anges
De te garder sur tous tes chemins.

Ils te porteront sur leurs mains
Pour que ton pied ne heurte les pierres ;
Tu marcheras sur la vipère et le scorpion,
Tu écraseras le lion et le Dragon.

« Puisqu’il s’attache à moi, je le délivre ;
Je le défends, car il connaît mon Nom.
Il m’appelle, et moi, je lui réponds ;
Je suis avec lui dans son épreuve ».


Deuxième Lecture de la Lettre de Saint Paul Apôtre aux Romains (Rm 10, 8-13) de la « Messe du 1er Dimanche du Carême » du 6 mars 2022 (année « C ») :

« La Profession de Foi en Jésus Christ »

« Frères, que dit l’Écriture ? Tout près de toi est la Parole, Elle est dans ta bouche et dans ton cœur. Cette Parole, c’est le Message de la Foi que nous proclamons. En effet, si de ta bouche, tu affirmes que Jésus est Seigneur, si, dans ton cœur, tu crois que Dieu L’a ressuscité d’entre les morts, alors tu seras sauvé. Car c’est avec le cœur que l’on croit pour devenir juste, c’est avec la bouche que l’on affirme sa Foi pour parvenir au Salut. En effet, l’Écriture dit : Quiconque met en Lui sa foi ne connaîtra pas la honte. Ainsi, entre les Juifs et les païens, il n’y a pas de différence : tous ont le même Seigneur, généreux envers tous ceux qui L’invoquent. En effet, quiconque invoquera le Nom du Seigneur sera sauvé ».

Le sens de cette Deuxième Lecture de la Lettre de Saint Paul Apôtre aux Romains (Rm 10, 8-13) : Parmi les Chrétiens de Rome, certains étaient Juifs d’origine, d’autres païens. Et la cohabitation posait des problèmes tant leurs pratiques étaient différentes. Plus profondément, on se demandait même si le Baptême ne devrait pas être réservé aux juifs. En réponse Paul se souvient que Jésus Lui-même a dit : « Dieu a tant aimé le monde qu'Il a donné son Fils Unique, afin que quiconque croit en Lui ne se perde pas mais obtienne la Vie éternelle ». Jésus a bien dit « quiconque » (c'est-à-dire « tout homme »).


Ta Parole, Seigneur, est Vérité, et ta Loi, Délivrance.

« L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute Parole qui sort de la Bouche de Dieu » (cf. Mt 4, 4b)

Ta Parole, Seigneur, est Vérité, et ta Loi, Délivrance.

Jesus-Christ-tentations-Satan.jpg

Saint Évangile de Notre Seigneur Jésus Christ selon Saint Luc (Lc 4, 1-13) de la « Messe du 1er Dimanche du Carême » du 6 mars 2022 (année « C ») :


« Dans l’Esprit, il fut conduit à travers le désert où il fut tenté »

« En ce Temps-là, après son Baptême, Jésus, rempli d’Esprit Saint, quitta les bords du Jourdain ; dans l’Esprit, Il fut conduit à travers le désert où, pendant quarante jours, Il fut tenté par le diable. Il ne mangea rien durant ces jours-là, et, quand ce temps fut écoulé, Il eut faim. Le diable Lui dit alors : « Si Tu es Fils de Dieu, ordonne à cette pierre de devenir du pain ». Jésus répondit : « Il est écrit : L’homme ne vit pas seulement de pain ». Alors le diable L’emmena plus haut et Lui montra en un instant tous les royaumes de la terre. Il Lui dit : « Je Te donnerai tout ce pouvoir et la gloire de ces royaumes, car cela m’a été remis et je le donne à qui je veux. Toi donc, si Tu Te prosternes devant moi, Tu auras tout cela ». Jésus lui répondit : « Il est écrit : C’est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras, à Lui seul tu rendras un culte ». Puis le diable Le conduisit à Jérusalem, il Le plaça au sommet du Temple et Lui dit : « Si Tu es Fils de Dieu, d’ici jette-Toi en bas ; car il est écrit : Il donnera pour Toi, à Ses anges, l’ordre de Te garder ; et encore : Ils Te porteront sur leurs mains, de peur que Ton pied ne heurte une pierre ». Jésus lui fit cette Réponse : « Il est dit : Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu ». Ayant ainsi épuisé toutes les formes de tentations, le diable s’éloigna de Jésus jusqu’au moment fixé ».


Credo


Prière Universelle de la « Messe du 1er Dimanche du Carême » du 6 mars 2022 (année « C ») :

R/ Seigneur, écoute la prière de ton Peuple.

Pour que, durant ce Temps de Carême, Dieu donne à tous les fidèles la force de lutter contre le mal, de se détourner de leurs fautes habituelles et de revenir sur le chemin du bien, prions le Seigneur. R/

Afin que ceux qui possèdent d'abondants biens matériels puissent partager avec les nécessiteux ce qu'ils ont reçu comme Don de Dieu, prions le Seigneur. R/

Pour ceux qui se sont éloignés de 1'Église à cause du scandale et de la tiédeur, afin qu’ils rejoignent la Famille des enfants de Dieu et que le Pardon de nos péchés nous soit accordé, prions le Seigneur. R/

Pour nous tous qui débutons ce Temps du Carême, afin qu'Il soit propice et nous aide à porter des fruits de sainteté et d'amour pour les autres, prions le Seigneur. R/


Prière sur les Offrandes de la « Messe du 1er Dimanche du Carême » du 6 mars 2022 (année « C ») :

« Alors que nous célébrons les débuts de ce Temps Très Saint, nous Te prions, Seigneur : fais que nos cœurs correspondent vraiment aux offrandes que nous allons présenter. Par le Christ, notre Seigneur… »


Préface du Carême I de la « Messe du 1er Dimanche du Carême » du 6 mars 2022 (année « C ») :
Vraiment, il est Juste et Bon, pour ta Gloire et notre Salut, de T'offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu, Seigneur, Père Très Saint, Dieu Eternel et Tout-Puissant, par le Christ, notre Seigneur. Car chaque année, Tu accordes à Tes fidèles de se préparer aux Fêtes Pascales dans la joie d'un cœur purifié ; de sorte qu'en s'adonnant à une prière plus fervente et à une charité plus active, fidèles aux Sacrements qui les ont fait renaître, ils soient comblés de la Grâce que Tu réserves à Tes enfants. C'est pourquoi, avec les anges et les archanges, avec les Puissances d'en haut et tous les esprits Bienheureux, nous chantons l'hymne de ta Gloire et sans fin nous proclamons : …

« Sanctus, Sanctus, Sanctus Dominus Deus Sabaoth. Pleni sunt caeli et terra gloria tua. Hosanna, in excélsis. Benedictus qui venit in nomine Domini. Hosanna, in excélsis ! »

Communion-Salutaris-Hostia.jpg

Antienne de la Sainte Communion de la « Messe du 1er Dimanche du Carême » du 6 mars 2022 (année « C ») :

« Le Seigneur te couvre et te protège, tu trouves sous Son aile un refuge » (cf. Ps 90, 4)


Voir l’Acte de Communion Spirituelle afin de permettre aux Fidèles Catholiques de Communier spirituellement face au Coronavirus dans un Jeûne Eucharistique en ce Temps de dictature vaccinale « Seigneur Jésus, puisque je suis empêché de Te recevoir sacramentellement » composé par Monseigneur Raymond Centène. Voir également la Prière du Cardinal Rafael Merry del Val pour une Communion Spirituelle « Ô mon Jésus, dans l’attente du bonheur de la Communion sacramentelle, je veux Te posséder en esprit » prononcée par le Pape François lors de sa Messe matinale à Sainte-Marthe le lundi 23 mars 2020.


Prière après la Sainte Communion de la « Messe du 1er Dimanche du Carême » du 6 mars 2022 (année « C ») :

« Restaurés par le Pain du Ciel, qui nourrit la foi, stimule l'espérance et fortifie la charité, nous T'en prions, Seigneur : apprends-nous à toujours avoir faim de Celui qui est le Pain Vivant et Vrai, et à vivre de toute Parole qui sort de ta Bouche. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur »


Et que Dieu Tout-Puissant, vous bénisse...
Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


V/ Ite Missa est.
R/ Deo gratias.

V/ Allez, dans la Paix du Christ.
R/ Nous rendons Grâce à Dieu.



Vidéo de la « Messe du 1er Dimanche du Carême » du 6 mars 2022 (année « C ») célébrée et prêchée par Monsieur le Chapelain Denis Tosser à la Grotte du Sanctuaire de Lourdes :