« Messe du 2ème Dimanche du Carême » du 13 mars 2022 (année « C ») :


Parole de Dieu pour cette Messe du Deuxième Dimanche du Carême (année « C ») : Mystérieux Secret « II y a, dans ce récit de la Transfiguration du Seigneur, une forme de secret qui domine l'ensemble de la scène. La limitation de la Révélation à Pierre, Jacques et Jean accentue l'impression. Le mutisme des disciples, à la fin du récit, achève le tout. Nous pourrions être surpris de cette chape de silence qui entoure l'événement, le rendant bien mystérieux, au mauvais sens du terme. Ce secret doit cependant être lié au Mystère qui se révèle, à l'intimité dans laquelle pénètrent les disciples, à la pudeur nécessaire à la relecture de l'expérience mystique à laquelle ils sont conviés. Ce qui se passe à l'intérieur de la nuée donne sens, direction à la Vie de Jésus. Il est Celui qui est venu achever la Loi (écrite par Moïse) et les prophéties (dont Élie reste la grande figure). Il est celui qui est le Fils bien-aimé du Père, venu porter au monde la Parole divine. Il est Celui que nous devons écouter pour entrer dans la Vie. En fin de compte, le secret qui suinte de toute part dans ce récit n'est pas destiné à être tenu hors d'atteinte des hommes comme dans une loge maçonnique, mais il est un secret d'amour qui a besoin, pour être connu, d'être révélé comme Mystère dans l'intimité de la vie, par la pudeur de l'Évangile. Au cœur du Carême, la Transfiguration anticipe la Révélation du grand Secret de Dieu qui éclatera au Jour de Pâques : Dieu a tellement aimé le monde qu'Il a donné son Fils unique, non pas pour juger le monde, mais pour que, par Lui, le monde soit sauvé (Jn 3, 16.17). Puissions-nous pénétrer ce mystérieux Secret pour en devenir chaque jour les témoins authentiques » (Père Sylvain Brison)



La Méditation Dominicale pour la Messe du 2ème Dimanche du Carême (année C) : Celui en qui nous avons mis notre foi Aujourd'hui, par la Grâce de la Liturgie, qui nous rend présents à la Vie de Jésus au-delà de l'espace et du temps, nous assistons à sa Transfiguration, avec Pierre, Jacques et Jean, Ses premiers disciples. Si Jésus a enseigné que « les premiers seront les derniers », Il parlait de ceux qui se sont mis au-dessus des autres, pas de ceux qui L'ont suivi. En effet, Pierre, Jacques et Jean sont souvent les témoins privilégiés d'épisodes essentiels de la Révélation. Mais, à travers eux, c'est l'humanité tout entière qui est représentée. D'ailleurs, on leur ressemble souvent : on veut suivre le Christ, et on connaît des moments d'enthousiasme, comme eux quand ils ont tout quitté pour Le suivre ; des moments d'exaltation, comme Jacques et Jean qui veulent envoyer le feu du ciel sur un village, ou Pierre qui jure qu'il suivra Jésus jusqu'à la mort ; des moments de frayeur, dans la barque secouée par la tempête ; et des moments de fatigue, toujours quand il ne faut pas, quand les choses les plus essentielles se jouent. Aujourd'hui, les disciples sont « accablés de sommeil ». Mais ils restent éveillés. Sans doute que cette description est la seule qui puisse rendre compte de l'expérience mystique qu'ils vivent : voir Moïse et Élie discuter avec Jésus transfiguré, c'est tellement extraordinaire que ça se passe comme dans un rêve éveillé. On est là, on vit les choses, mais comme si on était en dehors de soi. Peut-être avez-vous déjà connu cette sensation lors d'une liturgie, ça peut arriver. Jésus, jusque-là, était au milieu de nous plus ou moins incognito. Bien sûr, Il a déjà fait des Miracles, mais ce n'est pas une exclusivité qui ne concernerait que Lui. Il « a les Paroles de la Vie éternelle », mais les disciples de Gamaliel ont dû penser la même chose de leur maître. Il prêche le Royaume des Cieux, mais les gens sont divisés sur qui Il est : un maître, un prophète, voire un prophète des temps anciens revenu parmi nous ? Rares sont ceux qui, inspirés par l'Esprit Saint, savent qu'Il est le Messie. Quant à comprendre qu'Il est le Fils de Dieu, Dieu Lui-même, venu parmi nous, on en est encore loin. Eh bien, aujourd'hui, Il déchire un peu le voile des apparences, et se révèle tel qu'Il est vraiment. C'est comme si, l'espace d'un instant suspendu, Il montrait à Ses disciples les choses qu'on ne peut pas voir, la réalité de la Vie éternelle avec Moïse et Élie, et Sa propre Gloire, habituellement dissimulée sous Ses traits humains. Selon une tradition juive, on savait que, pour annoncer le Messie, Moïse, Élie et Enoch devaient revenir. Moïse, parce qu'on ne sait pas où est son corps. Élie, parce qu'il a été emmené sur un char de feu. Enoch, parce qu'il est mort plus jeune que les patriarches dont il faisait partie. Bon, Enoch n'est pas là, je ne sais pas pourquoi, mais Moïse et Élie sont au rendez-vous. Jésus prévient souvent Ses disciples sur ce qui va se passer : le Rejet, la Crucifixion, la Mort et la Résurrection. Mais ils ne comprennent jamais rien. Et cette fois-ci ne fera pas exception. Saint Luc, en racontant les souvenirs de Pierre, peut-être même sous la dictée pour cet épisode, écrit : « il ne savait pas ce qu'il disait ». Puis vient la Voix du Ciel : « Celui-ci est mon Fils, Celui que j'ai choisi : écoutez-Le », mais sans doute qu'ils ne comprennent pas plus ce que ça peut bien signifier. D'autres s'y sont ensuite cassé les dents, tirant comme conclusion erronée de cet épisode que Jésus avait été adopté par Dieu. Il faudra quelques conciles, dont surtout celui de Nicée en 325, pour tirer tout ça au clair. La Transfiguration, c'est un coup d'œil privilégié sur les Réalités d'en Haut. C'est un encouragement sur la Voie qui mène à Pâques, où des choses à la fois effrayantes et extraordinaires vont se passer. Jésus nous permet aujourd'hui de voir au-delà des apparences. C'est comme s'Il nous disait : « N'ayez pas peur, je suis tellement plus que ce que vous pouvez imaginer ou même comprendre, ne vous inquiétez pas, vous verrez, ça va bien se passer ». Il nous dit ça non seulement pour Son propre cas, mais aussi pour le nôtre. Si on ne garde pas les yeux au Ciel, il est si facile d'être déçus, paralysés par la peur ou submergés par des émotions contradictoires au point de ne plus savoir d'où on vient, qui on est ni ce qui nous attend au-delà du voile des apparences de la vie ! Mais Jésus est le Fils de Dieu, pas juste un prophète ou un mystique. Toute chose est dans Sa main. Nous savons en qui nous avons mis notre foi. Gardons courage ! La route est parfois difficile, périlleuse et désespérante, mais nous savons de façon certaine, qu'elle mène à la Vie éternelle, dans le Royaume de Dieu » (Père Fabrice Chatelain)


Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


Antienne d'ouverture de la « Messe du Deuxième Dimanche du Carême » :

« En mon cœur je T'ai dit : je cherche ton Visage, c'est ta Face, Seigneur, que je cherche : ne me cache pas ta Face » (cf. Ps 26, 8-9)
Ou bien :
« Rappelle-Toi, Seigneur, ta Tendresse, ton Amour qui est de toujours. Ne laisse pas triompher nos ennemis. Libère-nous, Dieu d'Israël, de toutes nos angoisses » (cf. Ps 24, 6.2.22)


Prière d'ouverture de la « Messe du Deuxième Dimanche du Carême » :

« Seigneur Dieu, Tu nous as dit d'écouter ton Fils bien-aimé ; fais-nous trouver dans ta Parole la nourriture de notre vie spirituelle, afin que, d'un regard purifié, nous ayons la joie de contempler ta Gloire. Par Jésus Christ. »


Lectures de la « Messe du 2ème Dimanche du Carême » du 13 mars 2022 (année « C ») :


Première Lecture du Livre de la Genèse (Gn 15, 5-12.17-18) de la « Messe du 2ème Dimanche du Carême » du 13 mars 2022 (année « C ») :

« Le Seigneur conclut une alliance avec Abraham, le croyant »

« En ces jours-là, le Seigneur parlait à Abraham dans une vision. Il le fit sortir et lui dit : « Regarde le ciel, et compte les étoiles, si tu le peux... » Et Il déclara : « Telle sera ta descendance ! » Abram eut foi dans le Seigneur et le Seigneur estima qu’il était juste. Puis Il dit : « Je suis le Seigneur, qui t’ai fait sortir d’Our en Chaldée pour te donner ce pays en héritage. » Abram répondit : « Seigneur mon Dieu, comment vais-je savoir que je l’ai en héritage ? » Le Seigneur lui dit : « Prends-moi une génisse de trois ans, une chèvre de trois ans, un bélier de trois ans, une tourterelle et une jeune colombe. » Abram prit tous ces animaux, les partagea en deux, et plaça chaque moitié en face de l’autre ; mais il ne partagea pas les oiseaux. Comme les rapaces descendaient sur les cadavres, Abram les chassa. Au coucher du soleil, un sommeil mystérieux tomba sur Abram, une sombre et profonde frayeur tomba sur lui. Après le coucher du soleil, il y eut des ténèbres épaisses. Alors un brasier fumant et une torche enflammée passèrent entre les morceaux d’animaux. Ce jour-là, le Seigneur conclut une alliance avec Abram en ces termes : « À ta descendance je donne le pays que voici, depuis le Torrent d'Égypte jusqu'au Grand Fleuve, l'Euphrate »

Le sens de cette Première Lecture du Livre de la Genèse (Gn 15, 5-12.17-18) : Le Livre de la Genèse nous donne en exemple la foi d'Abraham. À vues humaines, il était tout à fait déraisonnable pour ce vieillard et sa femme d'espérer encore une descendance. Mais un vrai croyant sait dépasser les vues humaines et mettre résolument sa confiance en Dieu. Car la foi n'est pas d'abord un catalogue de vérités, elle est un engagement de tout l'être. Et cette confiance donnée lui vaut d'être considéré comme « juste », c'est-à-dire bien accordé à la Volonté et au Projet de Dieu, comme un instrument de musique sonne « juste ».


Psaume 26 (Ps 26 (27), 1, 7-8, 9abcd, 13-14) de la « Messe du 2ème Dimanche du Carême » du 13 mars 2022 (année « C ») :

R/ Le Seigneur est ma Lumière et mon Salut (cf. Ps 26, 1a)

Le Seigneur est ma Lumière et mon Salut ;
De qui aurais-je crainte ?
Le Seigneur est le Rempart de ma vie ;
Devant qui tremblerais-je ?

Écoute, Seigneur, je T’appelle !
Pitié ! Réponds-moi !
Mon cœur m’a redit ta Parole :
« Cherchez ma Face. »

C’est ta Face, Seigneur, que je cherche :
Ne me cache pas ta Face.
N’écarte pas Ton serviteur avec colère :
Tu restes mon Secours.

J’en suis sûr, je verrai les Bontés du Seigneur
Sur la terre des vivants.
« Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ;
Espère le Seigneur ».


Deuxième Lecture de la Lettre de Saint Paul Apôtre aux Philippiens (Ph 3, 17 – 4, 1) de la « Messe du 2ème Dimanche du Carême » du 13 mars 2022 (année « C ») :

« Le Christ transformera nos pauvres corps à l’Image de son Corps Glorieux »

« Frères, ensemble imitez-moi, et regardez bien ceux qui se conduisent selon l’exemple que nous vous donnons. Car je vous l’ai souvent dit, et maintenant je le redis en pleurant : beaucoup de gens se conduisent en ennemis de la Croix du Christ. Ils vont à leur perte. Leur dieu, c’est leur ventre, et ils mettent leur gloire dans ce qui fait leur honte ; ils ne pensent qu’aux choses de la terre. Mais nous, nous avons notre citoyenneté dans les Cieux, d’où nous attendons comme Sauveur le Seigneur Jésus Christ, Lui qui transformera nos pauvres corps à l’Image de son Corps Glorieux, avec la Puissance active qui Le rend même capable de tout mettre sous son Pouvoir. Ainsi, mes frères bien-aimés pour qui j’ai tant d’affection, vous, ma joie et ma couronne, tenez bon dans le Seigneur, mes bien-aimés ».

Le sens de cette Deuxième Lecture de la Lettre de Saint Paul Apôtre aux Philippiens (Ph 3, 17 – 4, 1) : Alors que Paul était en prison, des prédicateurs ont profité de son absence pour s'introduire dans la communauté de Philippes. D'après eux, on devrait imposer la circoncision aux baptisés d'origine païenne. Aux yeux de Paul, cela reviendrait à nier le Salut apporté à toute l'humanité par le Christ. La question est tellement grave à ses yeux qu'il emploie des formules très fortes : ceux qui exigent la circoncision se comportent, dit-il, en « ennemis de la Croix », « leur Dieu c'est leur ventre », c'est-à-dire cette marque physique de la circoncision.


Gloire au Christ, Parole éternelle du Dieu vivant. Gloire à Toi, Seigneur.

« De la nuée lumineuse, la Voix du Père a retenti : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-Le ! » (cf. Mt 17, 5)

Gloire au Christ, Parole éternelle du Dieu vivant. Gloire à Toi, Seigneur.


Saint Évangile de Notre Seigneur Jésus Christ selon Saint Luc (Lc 9, 28b-36) de la « Messe du 2ème Dimanche du Carême » du 13 mars 2022 (année « C ») :


« Pendant qu’Il priait, l’aspect de son Visage devint autre »

« En ce temps-là, Jésus prit avec Lui Pierre, Jean et Jacques, et Il gravit la montagne pour prier. Pendant qu’Il priait, l’aspect de son Visage devint autre, et Son vêtement devint d’une blancheur éblouissante. Voici que deux hommes s’entretenaient avec Lui : c’étaient Moïse et Élie, apparus dans la Gloire. Ils parlaient de Son départ qui allait s’accomplir à Jérusalem. Pierre et ses compagnons étaient accablés de sommeil ; mais, restant éveillés, ils virent la Gloire de Jésus, et les deux hommes à Ses côtés. Ces derniers s’éloignaient de Lui, quand Pierre dit à Jésus : « Maître, il est bon que nous soyons ici ! Faisons trois tentes : une pour Toi, une pour Moïse, et une pour Élie. » Il ne savait pas ce qu’il disait. Pierre n’avait pas fini de parler, qu’une nuée survint et les couvrit de son ombre ; ils furent saisis de frayeur lorsqu’ils y pénétrèrent. Et, de la nuée, une Voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils, Celui que j’ai choisi : écoutez-Le ! » Et pendant que la Voix se faisait entendre, il n’y avait plus que Jésus, seul. Les disciples gardèrent le silence et, en ces jours-là, ils ne rapportèrent à personne rien de ce qu’ils avaient vu ».


Credo


Prière Universelle de la « Messe du 2ème Dimanche du Carême » du 13 mars 2022 (année « C ») :

R/ Seigneur, écoute la prière de ton Peuple.

Pour que Dieu accorde à Ses fidèles de vivre ces Jours de Carême dans un véritable esprit de pénitence et nous prépare ainsi à célébrer le Sacrement du pardon, prions le Seigneur. R/

Pour ceux qui se sont détournés de Dieu à cause du péché, afin qu'ils entendent la Voix du Fils de Dieu et vivent pleinement la vie de la Grâce, prions le Seigneur. R/

Pour que Dieu inspire des actes de charité à ceux qui ont des richesses et multiplie les biens de la terre pour le bien de tous, prions le Seigneur. R/

Pour que la pénitence du Carême chasse de nous l'amour démesuré des biens matériels et des honneurs, guérisse notre sécheresse spirituelle et nous fortifie, prions le Seigneur. R/


Prière sur les Offrandes de la « Messe du 2ème Dimanche du Carême » du 13 mars 2022 (année « C ») :

« Que cette offrande, nous T'en prions, Seigneur, nous purifie de nos péchés : qu'elle sanctifie le corps et l'esprit de Tes fidèles, pour les préparer à célébrer les Fêtes Pascales. Par le Christ, notre Seigneur… »


Préface du Carême II de la « Messe du 2ème Dimanche du Carême » du 13 mars 2022 (année « C ») :
Vraiment, il est Juste et Bon, pour ta Gloire et notre Salut, de T'offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu, Seigneur, Père Très Saint, Dieu Eternel et Tout-Puissant. Tu as voulu que nous Te rendions grâce par nos privations : elles rabaissent notre orgueil de pécheurs et nous invitent à suivre l'exemple de ta Bonté en nous faisant partager avec ceux qui ont faim. C'est pourquoi, avec les anges innombrables, d'une seule voix nous célébrons ta Louange en proclamant : …

« Sanctus, Sanctus, Sanctus Dominus Deus Sabaoth. Pleni sunt caeli et terra gloria tua. Hosanna, in excélsis. Benedictus qui venit in nomine Domini. Hosanna, in excélsis ! »

Communion-Salutaris-Hostia.jpg

Antienne de la Sainte Communion de la « Messe du 2ème Dimanche du Carême » du 13 mars 2022 (année « C ») :

« Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma Joie : écoutez-Le ! » (cf. Mt 17, 5)


Voir l’Acte de Communion Spirituelle afin de permettre aux Fidèles Catholiques de Communier spirituellement face au Coronavirus dans un Jeûne Eucharistique en ce Temps de dictature vaccinale « Seigneur Jésus, puisque je suis empêché de Te recevoir sacramentellement » composé par Monseigneur Raymond Centène. Voir également la Prière du Cardinal Rafael Merry del Val pour une Communion Spirituelle « Ô mon Jésus, dans l’attente du bonheur de la Communion sacramentelle, je veux Te posséder en esprit » prononcée par le Pape François lors de sa Messe matinale à Sainte-Marthe le lundi 23 mars 2020.


Prière après la Sainte Communion de la « Messe du 2ème Dimanche du Carême » du 13 mars 2022 (année « C ») :

« Après avoir communié, Seigneur, aux Mystères de ta Gloire, nous tenons à Te rendre grâce, car Tu nous donnes déjà sur cette terre d'avoir part aux Biens du Ciel. Par le Christ, notre Seigneur. »


Et que Dieu Tout-Puissant, vous bénisse...
Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


V/ Ite Missa est.
R/ Deo gratias.

V/ Allez, dans la Paix du Christ.
R/ Nous rendons Grâce à Dieu.



Vidéo de la « Messe du 2ème Dimanche du Carême » du 13 mars 2022 (année « C ») célébrée et prêchée par Monsieur le Chapelain Don Jean-Xavier Salefran (csm), Vice-recteur du Sanctuaire de Lourdes :