« Messe du 4e Dimanche du Temps Ordinaire » du 30 janvier 2022 (année « C ») :


Parole de Dieu pour cette Messe du Quatrième Dimanche du Temps Ordinaire : Prophète méconnu « On connaît le proverbe : « Nul n'est prophète en son pays ». La Prédication de Jésus dans la synagogue de Nazareth suscite le scepticisme de ses compatriotes, qui ont du mal à prendre au sérieux « le Fils de Joseph ». On connaît bien Ses parents, on L'a vu jouer avec les gamins du village, puis travailler à l'atelier familial. Un prophète, Lui ? Allons donc ! Si au moins Il accomplissait quelque Miracle, comme à Capharnaüm. Mais Jésus ne recherche pas l'approbation des hommes. Il sait que la Parole de Dieu est exigeante, parfois rude, et qu'Elle assume le risque de rester en travers de la gorge des auditeurs. Cela ne s'oppose pas à l'Amour, car aimer ne signifie pas caresser dans le sens du poil. C'est en temps de crise que les prophètes sont nécessaires, pour dénoncer le péché, appeler à la conversion, ranimer la foi et l'espérance. Ils vivent à contre-courant, ce qui est inconfortable, voire dangereux, comme en témoigne Jérémie. Ayant été mis à part, ils sont en un sens des étrangers, et cependant solidaires de leur peuple. Certes, il n'est pas faux d'appeler Jésus « Fils de Joseph », à condition de ne pas Le réduire à cette identité d'état civil, alors qu'Il a reçu une Filiation plus haute et plus essentielle. La visite à Nazareth se termine sur un affrontement qui préfigure les vives résistances que Jésus suscitera tout au long de Sa vie publique, jusqu'à Le conduire à la Croix. Mais au Matin de Pâques, cette Parole sera manifestée : « Je suis avec toi pour te délivrer - Oracle du Seigneur » (Christelle Javary)



La Méditation pour la Messe du Quatrième Dimanche du Temps Ordinaire (année C) : Du bonheur pour qui ne l'espère plus ! Nous sommes aujourd'hui au fond d'un vallon, en plein pays d'Israël, enserrés par une foule impressionnante, et nous contemplons Jésus alors qu'Il descend la montagne et nous rejoint pour adresser la Parole à toute la terre ! C'est la joie qui domine en cet instant en nos cœurs et nous attendons maintenant avec impatience que la Voix du Verbe de Dieu se fasse entendre. Le silence s'établit ... Jésus fait signe de s'asseoir. Et Lui, debout, les yeux tournés vers le Père, Le voici qui s'apprête à délivrer la Sagesse la plus aboutie, la plus surprenante, la plus anachronique, allons-y, la plus illogique selon le monde, mais aussi la plus parfaite que l'on puisse entendre. Écoutez avec moi cette Voix qui maintenant retentit : « Heureux vous les pauvres, le Royaume de Dieu est à vous ! » Faut-il donc être pauvre pour entrer dans le Royaume ? Non ! Mais si on l'est, on sera alors comblé. Dès lors, si vous qui me lisez, vous ne possédez pas grand-chose, si ce n'est votre cœur rempli de bonté, sachez que vous êtes déjà riches de Dieu. « Heureux vous qui avez faim maintenant ! » Oh ! Que l'on se rassure, il ne s'agit pas d'avoir faim pour plaire à Dieu, mais si l'on a faim actuellement, nous serons rassasiés un jour à la Table de Dieu. « Heureux vous qui pleurez maintenant ! » S'agit-il de pleurer pour rire dans l'éternité ? Non ! Mais si vous pleurez, la joie sera au rendez-vous dans le Royaume du Père. Aussi, quand nous voyons des hommes souffrir ici-bas, pensons toujours que Dieu va se venger de leur peine en les réjouissant un jour dans la Vie éternelle. Toutes les souffrances seront un jour ensevelies sous un monceau de joie. Gardez cet espoir ! Mais, attendez, ce n'est pas fini ! « Heureux serez-vous, dit le Christ, si les hommes vous haïssent, vous insultent, vous rejettent ! » Si bien que ... si les êtres nous adulent, nous louent ou nous laissent tranquilles dans notre coin, c'est peut-être parce que nos actes et nos paroles n'ont pas grande valeur ou peut-être est-ce le signe que nous ne faisons pas grand-chose avec nos vies ou que nos actes n'ont rien de prophétique. L'Évangile du Christ, c'est de la dynamite, c'est du champagne et du meilleur, jamais éventé, ce n'est pas de la bibine pour enfant sage, de la bouillie pour bébé ! C'est une potion énergisante, un philtre d'amour de grand prix qui coûte cher à ceux qui s’en emparent ! Que de tourments quand on se met en route pour suivre le Christ ! Car il s'agit de Le suivre... jusqu'à la Croix ! Et c'est quand nous La rencontrons, à en croire le Christ, que nous devons sauter de joie ! Par pitié, nous voyons à quel point le monde occidental s'éloigne du Christ, soyons des prophètes ! Innovons ! Nous sommes des êtres créés et, à notre tour, nous devons créer ! Oui, innovons sur le plan apostolique, allons loin du côté de l'Amour, servons notre temps avec courage et audace, en ne tenant absolument pas compte de ce que les autres pensent de nous ! Tâchons de plaire à Dieu, là est l'essentiel. La vie est courte, souvent plus courte que nous ne le pensions. Chaque jour, chaque heure est précieuse et ce temps nous attend pour que nous mettions en œuvre ces fameuses Béatitudes qui, comme leur nom l'indique, sont des chemins qui conduisent au bonheur : à celui du Ciel, mais aussi à celui de la terre. Allez, accrochons-nous à la paroi glissante de cette Sagesse divine difficile à mettre en œuvre, j'en conviens, mais dont la Lumière éblouissante a reçu le pouvoir d'embellir de sa clarté notre chemin » (Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine)


Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


Antienne d'ouverture de la « Messe du Quatrième Dimanche du Temps Ordinaire » :

« Sauve-nous, Seigneur notre Dieu ; rassemble-nous du milieu des nations, que nous rendions grâce à ton saint Nom, fiers de chanter ta Louange ! » (cf. Ps 105, 47)


Prière d'ouverture de la « Messe du Quatrième Dimanche du Temps Ordinaire» :

« Accorde-nous, Seigneur notre Dieu, de pouvoir T'adorer de tout notre esprit, et d'avoir envers tous une vraie charité. Par Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur, qui vit et règne avec Toi dans l'unité du Saint-Esprit, Dieu, pour les siècles des siècles. »


Lectures de la « Messe du 4ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 30 janvier 2022 (année « C ») :


Première Lecture du Livre de Jérémie (Jr 1, 4-5.17-19) de la « Messe du 4ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 30 janvier 2022 (année « C ») :

« Je fais de toi un prophète pour les nations »

« Au temps de Josias, la Parole du Seigneur me fut adressée : « Avant même de te façonner dans le sein de ta mère, je te connaissais ; avant que tu viennes au jour, je t’ai consacré ; je fais de toi un prophète pour les nations. Toi, mets ta ceinture autour des reins et lève-toi, tu diras contre eux tout ce que je t’ordonnerai. Ne tremble pas devant eux, sinon c’est moi qui te ferai trembler devant eux. Moi, je fais de toi aujourd’hui une ville fortifiée, une colonne de fer, un rempart de bronze, pour faire face à tout le pays, aux rois de Juda et à ses princes, à ses prêtres et à tout le peuple du pays. Ils te combattront, mais ils ne pourront rien contre toi, car je suis avec toi pour te délivrer – Oracle du Seigneur »

Le sens de cette Première Lecture du Livre de Jérémie (Jr 1, 4-5.17-19) : Lorsque Dieu notifia à Jérémie sa vocation de prophète, Il ne lui cacha pas la difficulté de l'entreprise. Car il lui faudrait dire leurs quatre vérités à tous les responsables politiques et religieux en un moment de décadence morale et spirituelle. Comme on pouvait s'y attendre, donc, Jérémie rencontra beaucoup d'opposition dans l'accomplissement de son ministère. Mais, quoi qu'il lui en coûtât, rien ni personne ne put le détourner de sa mission : car Dieu était avec lui dans toutes ses épreuves.


Psaume 18 (Ps 70 (71), 1-2, 3, 5-6ab, 15ab.17) de la « Messe du 4ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 30 janvier 2022 (année « C ») :

R/ Sans fin, je proclamerai ta Justice et ton Salut (cf. Ps 70, 15)

En Toi, Seigneur, j’ai mon Refuge :
Garde-moi d’être humilié pour toujours.
Dans ta Justice, défends-moi, libère-moi,
Tends l’oreille vers moi, et sauve-moi.

Sois le Rocher qui m’accueille,
Toujours accessible ;
Tu as résolu de me sauver :
Ma forteresse et Mon roc, c’est Toi !

Seigneur mon Dieu, Tu es mon Espérance,
Mon appui dès ma jeunesse.
Toi, mon soutien dès avant ma naissance,
Tu m’as choisi dès le ventre de ma mère.

Ma bouche annonce tout le jour
Tes Actes de Justice et de Salut.
Mon Dieu, Tu m’as instruit dès ma jeunesse,
jusqu’à présent, j’ai proclamé tes merveilles.


Deuxième Lecture de la Première Lettre de Saint Paul Apôtre aux Corinthiens (1 Co 12, 31 – 13, 13) de la « Messe du 4ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 30 janvier 2022 (année « C ») :

« Ce qui demeure aujourd’hui, c’est la foi, l’espérance et la charité ; mais La plus grande des trois, c’est la Charité »

« Frères, recherchez avec ardeur les Dons les plus grands. Et maintenant, je vais vous indiquer le chemin par excellence. J’aurais beau parler toutes les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas la charité, s’il me manque l’amour, je ne suis qu’un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante. J’aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, j’aurais beau avoir toute la foi jusqu’à transporter les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien. J’aurais beau distribuer toute ma fortune aux affamés, j’aurais beau me faire brûler vif, s’il me manque l’amour, cela ne me sert à rien. L’amour prend patience ; l’amour rend service ; l’amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ; il ne fait rien d’inconvenant ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s’emporte pas ; il n’entretient pas de rancune ; il ne se réjouit pas de ce qui est injuste, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ; il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout. L’amour ne passera jamais. Les prophéties seront dépassées, le don des langues cessera, la connaissance actuelle sera dépassée. En effet, notre connaissance est partielle, nos prophéties sont partielles. Quand viendra l’Achèvement, ce qui est partiel sera dépassé. Quand j’étais petit enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant. Maintenant que je suis un homme, j’ai dépassé ce qui était propre à l’enfant. Nous voyons actuellement de manière confuse, comme dans un miroir ; ce Jour-là, nous verrons face à Face. Actuellement, ma connaissance est partielle ; ce Jour-là, je connaîtrai parfaitement, comme j’ai été connu. Ce qui demeure aujourd’hui, c’est la foi, l’espérance et la charité ; mais La plus grande des trois, c’est la Charité ».

Le sens de cette Deuxième Lecture de la Première Lettre de Saint Paul Apôtre aux Corinthiens (1 Co 12, 31 – 13, 13) : Dans une société grecque éprise principalement des valeurs de l'esprit humain, Paul rappelle que rien ne vaut celles du cœur. Elles sont en nous la Trace et le Fruit de l'Esprit Saint.


Alléluia ! Alléluia !

« Le Seigneur m'a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs leur libération » (cf. Lc 4, 18cd)

Alléluia !


Saint Évangile de Notre Seigneur Jésus Christ selon Saint Luc (Lc 4, 21-30) de la « Messe du 4ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 30 janvier 2022 (année « C ») :


« Jésus, comme Élie et Élisée, n’est pas envoyé aux seuls Juifs »

« En ce temps-là, dans la synagogue de Nazareth, après la Lecture du Livre d’Isaïe, Jésus déclara : « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre ». Tous Lui rendaient témoignage et s’étonnaient des Paroles de Grâce qui sortaient de sa Bouche. Ils se disaient : « N’est-ce pas là le Fils de Joseph ? » Mais Il leur dit : « Sûrement vous allez me citer le dicton : « Médecin, guéris-toi toi-même », et me dire : « Nous avons appris tout ce qui s’est passé à Capharnaüm : fais donc de même ici dans Ton lieu d’origine ! » Puis Il ajouta : « Amen, je vous le dis : aucun prophète ne trouve un accueil favorable dans son pays. En vérité, je vous le dis : « Au temps du prophète Élie, lorsque pendant trois ans et demi le ciel retint la pluie, et qu’une grande famine se produisit sur toute la terre, il y avait beaucoup de veuves en Israël ; pourtant Élie ne fut envoyé vers aucune d’entre elles, mais bien dans la ville de Sarepta, au pays de Sidon, chez une veuve étrangère. Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; et aucun d’eux n’a été purifié, mais bien Naaman le Syrien ». À ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux. Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et Le menèrent jusqu’à un escarpement de la colline où leur ville est construite, pour Le précipiter en bas. Mais Lui, passant au milieu d’eux, allait son Chemin ».


Credo


Prière Universelle de la « Messe du 4ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 30 janvier 2022 (année « C ») :

R/ Seigneur, écoute la prière de ton Peuple.

Pour la Sainte Église de Dieu, réunie ici au Nom du Seigneur et répandue dans le monde entier, prions le Seigneur. R/

Pour notre commune de N., et pour tous ceux qui l'habitent, prions le Seigneur. R/

Pour ceux qui sont en voyage, pour les malades et les prisonniers, pour les pauvres et tous ceux qui souffrent, prions le Seigneur. R/

Pour nos frères et sœurs défunts, afin que Dieu les accueille dans son Royaume de Lumière et de Gloire, prions le Seigneur. R/


Prière sur les Offrandes de la « Messe du 4ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 30 janvier 2022 (année « C ») :

« Pour Te servir, Seigneur, nous déposons nos présents sur ton Autel : accueille-les favorablement, pour qu'ils deviennent le Sacrement de notre Rédemption. Par le Christ, notre Seigneur »


Préface de la « Messe du 4ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 30 janvier 2022 (année « C ») :
Vraiment, il est juste et bon de Te rendre gloire, de T'offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu, à Toi, Père très Saint, Dieu Éternel et Tout-Puissant, par le Christ, notre Seigneur. Dans le Mystère de sa Pâque, Il a fait une Œuvre merveilleuse, car nous étions esclaves de la mort et du péché, et nous sommes appelés à partager sa Gloire ; nous portons désormais ces noms glorieux : Nation Sainte, Peuple racheté, Race choisie, Sacerdoce Royal ; nous pouvons annoncer au monde les merveilles que Tu as accomplies, Toi qui nous fais passer des ténèbres à Ton admirable Lumière. C'est pourquoi, avec les anges et tous les Saints, nous proclamons ta Gloire, en chantant (disant) d'une seule voix : …

« Sanctus, Sanctus, Sanctus Dominus Deus Sabaoth. Pleni sunt caeli et terra gloria tua. Hosanna, in excélsis. Benedictus qui venit in nomine Domini. Hosanna, in excélsis ! »

Communion-Salutaris-Hostia.jpg

Antienne de la Sainte Communion de la « Messe du 4ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 30 janvier 2022 (année « C ») :

« Sur Ton serviteur, que s'illumine ta Face ; sauve-moi dans ta Miséricorde. Seigneur, garde-moi d'être humilié, car je T'ai invoqué » (cf. Ps 30, 17-18)


Voir l’Acte de Communion Spirituelle afin de permettre aux Fidèles Catholiques de Communier spirituellement face au Coronavirus dans un Jeûne Eucharistique en ce Temps de dictature vaccinale « Seigneur Jésus, puisque je suis empêché de Te recevoir sacramentellement » composé par Monseigneur Raymond Centène. Voir également la Prière du Cardinal Rafael Merry del Val pour une Communion Spirituelle « Ô mon Jésus, dans l’attente du bonheur de la Communion sacramentelle, je veux Te posséder en esprit » prononcée par le Pape François lors de sa Messe matinale à Sainte-Marthe le lundi 23 mars 2020.


Prière après la Sainte Communion de la « Messe du 4ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 30 janvier 2022 (année « C ») :

« Nous avons été fortifiés par le Sacrement de notre Rédemption, et nous T'en prions, Seigneur : que cette Nourriture pour le Salut éternel nous fasse progresser dans la foi véritable. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur »


Et que Dieu Tout-Puissant, vous bénisse...
Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


V/ Ite Missa est.
R/ Deo gratias.

V/ Allez, dans la Paix du Christ.
R/ Nous rendons Grâce à Dieu.



Vidéo de la « Messe du 4ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 30 janvier 2022 (année « C ») célébrée et prêchée au Sanctuaire de Lourdes par Monsieur le Chapelain Don Julien Fafart (CSM) :