« Messe du 5e Dimanche du Temps Ordinaire » du 6 février 2022 (année « C ») :


Parole de Dieu pour cette Messe du Cinquième Dimanche du Temps Ordinaire : Éloignement et proximité « Devant une telle pêche, Pierre ne peut pas encore percevoir l’Appel qui va le bouleverser à jamais. S’éloigner de Dieu, voire Le repousser par humilité est un réflexe immédiat devant l'inconnu de sa Présence. Nombre de nos contemporains se tiennent à distance, craignant peut-être de ne pas être dignes de Lui. Si la réaction de Pierre demeure bien compréhensible, le Seigneur va le conduire au-delà de ses préjugés. « Désormais, ce sont des hommes que tu prendras ». Jésus va entrainer Pierre de l'éloignement à la proximité. Car, tous nos éloignements ont été assumés par le Christ ! Par son Incarnation, Il franchit définitivement la distance entre Dieu et les hommes. Il ne la fait pas disparaître, mais la transforme en une proximité nouvelle. L'éloignement n'est plus à comprendre comme une fausse humilité ou à rechercher comme une protection face à un Dieu juge et vengeur. La distance trace un itinéraire à parcourir pour rejoindre nos contemporains. En reconnaissant que nos indignités sont aussi les leurs, une proximité évangélique se fait jour. Devant le Seigneur, ce qui est écueil, peur ou échec devient le lieu où peuvent se manifester sa Miséricorde et sa Communion avec tous les hommes. Comme pour Isaïe, Il approche de nos lèvres et de nos cœurs le charbon incandescent de sa Grâce, qui brûle nos épreuves intérieures. Elles deviennent ainsi lumineuses, traversées par la Clarté pascale. Dès lors, nous entrons dans la filiation apostolique telle que Paul la décrit : « Il est même apparu à l'avorton que je suis ! » (Père Olivier Praud)



La Méditation pour la Messe du Cinquième Dimanche du Temps Ordinaire (année C) : Avance au large et en profondeur Avance au large ... Alors que Pierre écoute Jésus, celui-ci s'adresse à lui et lui donne un ordre : avance au large, quitte le rivage de ta tranquillité et entre dans la profondeur du quotidien. Pierre, pragmatique, sait que le labeur de la nuit précédente fut sans résultat, mais puisque c'est Jésus qui le demande, il y va. Sur ta Parole ... dit-il, il prend le large, jette les amarres et les filets. Et cette prise de position de Pierre, qui se met en route, alors que la réalité lui dit le contraire, va transformer et changer la perspective. Stupeur, effroi et crainte l'envahissent ; il se retrouve débordé par ce qu'il n’attendait pas, tout comme ses filets craquent, sa vision se transforme devant la surabondance. Cette profusion et cette démesure lui font connaître et reconnaître le Christ dans sa Parole. Il accepte enfin de ne plus contrôler, et de passer les amarres à Jésus pour un changement de perspective et de mission. Avance au large ... Comment le faire quand on est malade, pauvre, et dans la rue ? Darwin est ce garçon pauvre, vivant dans les déchets, atteint de myopathie et qui est recueilli par des éducateurs de rue. Né en 1994 dans le sud de Manille, il passe les premières années de sa vie avec sa famille dans un bidonville et récupère des bouts de plastique afin de les revendre. A 6 ans, les premiers symptômes de la myopathie apparaissent : il ne peut plus se tenir debout. A 12 ans, une équipe d'éducateurs de rue le rencontre et l'emmène dans leur fondation. Il y découvre la Foi Catholique. Malgré ses crises fréquentes d'asphyxie, le personnel et les autres enfants sont stupéfaits par la façon dont Darwin vit sa maladie : il répète « Merci » et « Je t'aime », il ne se plaint pas et sourit en permanence. Sa maladie, il en a fait sa mission : « il ne parlait pas de sa maladie mais de la Mission que le Christ lui avait donnée », raconte un témoin. A 16 ans, avant de mourir, il écrit ses deux dernières phrases sur un cahier : « Un immense merci » et « Je suis très heureux ». Avance au large ... et en profondeur. Darwin montre une simplicité dans une profondeur insondable. Son attitude d'accueil face à la souffrance, au dénuement et à sa propre maladie enseigne la profondeur à laquelle, tous, nous sommes invités. Darwin est entré en lui-même, dans sa propre profondeur et il a trouvé non pas des centaines de poissons, mais la Force et la Lumière de l'Esprit Saint. Il a quitté les amarres des raisonnements et accepté d'embarquer dans une autre dimension, pour y trouver la Présence et la Vie du Christ en lui, au plus profond de lui. « Des profondeurs je crie vers Toi » (Ps 129, 1) ; laissons le Christ crier en nous, vers nous, entendons Le nous dire : « De mes profondeurs, je crie vers toi, avance au large », car c'est Lui qui nous cherche pour nous emmener dans Sa dimension. L'apôtre Paul écrit ceci : « Que le Christ habite en vos cœurs par la foi ; restez enracinés dans l'Amour. Vous serez capables de comprendre quelle est la largeur, la longueur, la hauteur, la profondeur... vous serez comblés jusqu'à entrer dans toute la plénitude de Dieu » (Ep 3, 17-18). L'apôtre Pierre et le jeune Darwin ont accepté d'être dégagés et mis au large, ils ont ainsi été libérés pour accueillir cette surabondance, cette profusion et cette plénitude inattendue et inexplicable, car « Lui peut réaliser, par la Puissance qu'Il met à l'œuvre en nous, infiniment plus que nous ne pouvons demander ou même concevoir » (Sœur Catherine Aubin)


Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


Antienne d'ouverture de la « Messe du Cinquième Dimanche du Temps Ordinaire » :

« Venez, adorons Dieu, prosternons-nous devant le Seigneur qui nous a faits, car Il est notre Dieu » (cf. Ps 94, 6-7)


Prière d'ouverture de la « Messe du Cinquième Dimanche du Temps Ordinaire» :

« Dans Ton inlassable Tendresse, nous T'en prions, Seigneur, veille sur ta Famille : Elle s'appuie sur la Grâce du Ciel, son unique espérance ; qu'Elle soit toujours assurée de ta Protection. Par Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur, qui vit et règne avec Toi dans l'unité du Saint-Esprit, Dieu, pour les siècles des siècles. »


Lectures de la « Messe du 5ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 6 février 2022 (année « C ») :


Première Lecture du Livre du Prophète Isaïe (Is 6, 1-2a.3-8) de la « Messe du 5ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 6 février 2022 (année « C ») :

« Me voici : envoie-moi ! »

« L’année de la mort du roi Ozias, je vis le Seigneur qui siégeait sur un trône très élevé ; les pans de son manteau remplissaient le Temple. Des séraphins se tenaient au-dessus de Lui. Ils se criaient l’un à l’autre : « Saint ! Saint ! Saint, le Seigneur de l’univers ! Toute la terre est remplie de sa Gloire ». Les pivots des portes se mirent à trembler à la voix de celui qui criait, et le Temple se remplissait de fumée. Je dis alors : « Malheur à moi ! Je suis perdu, car je suis un homme aux lèvres impures, j’habite au milieu d’un peuple aux lèvres impures : et mes yeux ont vu le Roi, le Seigneur de l’univers ! » L’un des séraphins vola vers moi, tenant un charbon brûlant qu’il avait pris avec des pinces sur l’autel. Il l’approcha de ma bouche et dit : « Ceci a touché tes lèvres, et maintenant ta faute est enlevée, ton péché est pardonné. » J’entendis alors la Voix du Seigneur qui disait : « Qui enverrai-je ? Qui sera notre messager ? » Et j’ai répondu : « Me voici : envoie-moi ! »

Le sens de cette Première Lecture du Livre du Prophète Isaïe (Is 6, 1-2a.3-8) : Le Prophète Isaïe a reçu sa vocation dans le Temple de Jérusalem. Et la vision dont il fut gratifié était tellement impressionnante qu'il fut marqué pour toujours par la conscience de la Grandeur de Dieu et de la petitesse de l'homme. Un fossé infranchissable nous sépare du Dieu trois fois Saint : mais Dieu lui-même le comble (c'est le sens du geste du Séraphin). Le Dieu Tout-Autre se fait le Tout-Proche de L'homme.


Psaume 137 (Ps 137 (138), 1-2a, 2bc-3, 4-5, 7c-8) de la « Messe du 5ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 6 février 2022 (année « C ») :

R/ Je Te chante, Seigneur, en présence des anges (cf. Ps 137, 1c)

De tout mon cœur, Seigneur, je Te rends grâce :
Tu as entendu les paroles de ma bouche.
Je Te chante en présence des anges,
Vers ton Temple sacré, je me prosterne.

Je rends grâce à ton Nom pour ton Amour et ta Vérité,
Car Tu élèves, au-dessus de tout, ton Nom et ta Parole.
Le jour où Tu répondis à mon appel,
Tu fis grandir en mon âme la force.

Tous les rois de la terre Te rendent grâce
Quand ils entendent les Paroles de ta Bouche.
Ils chantent les chemins du Seigneur :
« Qu’Elle est Grande, la Gloire du Seigneur ! »

Ta droite me rend vainqueur.
Le Seigneur fait tout pour moi !
Seigneur, éternel est ton Amour :
N’arrête pas l’Œuvre de Tes mains.


Deuxième Lecture de la Première Lettre de Saint Paul Apôtre aux Corinthiens (1 Co 15, 1-11) de la « Messe du 5ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 6 février 2022 (année « C ») :

« Voilà ce que nous proclamons, voilà ce que vous croyez »

« Frères, je vous rappelle la Bonne Nouvelle que je vous ai annoncée ; cet Évangile, vous L’avez reçu ; c’est en Lui que vous tenez bon, c’est par Lui que vous serez sauvés si vous le gardez tel que je vous L’ai annoncé ; autrement, c’est pour rien que vous êtes devenus croyants. Avant tout, je vous ai transmis ceci, que j’ai moi-même reçu : le Christ est mort pour nos péchés conformément aux Écritures, et Il fut mis au tombeau ; Il est ressuscité le Troisième Jour conformément aux Écritures, Il est apparu à Pierre, puis aux Douze ; ensuite Il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois – la plupart sont encore vivants, et quelques-uns sont endormis dans la mort –, ensuite Il est apparu à Jacques, puis à tous les Apôtres. Et en tout dernier lieu, Il est même apparu à l’avorton que je suis. Car moi, je suis le plus petit des Apôtres, je ne suis pas digne d’être appelé Apôtre, puisque j’ai persécuté l’Église de Dieu. Mais ce que je suis, je le suis par la Grâce de Dieu, et sa Grâce, venant en moi, n’a pas été stérile. Je me suis donné de la peine plus que tous les autres ; à vrai dire, ce n’est pas moi, c’est la Grâce de Dieu avec moi. Bref, qu’il s’agisse de moi ou des autres, voilà ce que nous proclamons, voilà ce que vous croyez ».

Le sens de cette Deuxième Lecture de la Première Lettre de Saint Paul Apôtre aux Corinthiens (1 Co 15, 1-11) : Saint Paul livre ici le cœur du Message Chrétien : il se résume en deux phrases : « Le Christ est mort. Le Christ est ressuscité. » C'est ainsi que s'est réalisée la Promesse de Dieu annoncée par les Écritures. Unis au Christ par le Baptême et remplis de son Esprit, nous ne sommes plus esclaves du péché, nous sommes rendus capables de vivre comme Lui en hommes libres. Lui-même, Paul, en a été le bénéficiaire et désormais le témoin : et grâce à lui, les Corinthiens et nous-mêmes avons reçu le Message.


Alléluia ! Alléluia !

« Venez à ma suite, dit le Seigneur, et je vous ferai pêcheurs d'hommes » (cf. Mt 4, 19)

Alléluia !


Saint Évangile de Notre Seigneur Jésus Christ selon Saint Luc (Lc 5, 1-11) de la « Messe du 5ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 6 février 2022 (année « C ») :


« Laissant tout, ils Le suivirent »

« En ce temps-là, la foule se pressait autour de Jésus pour écouter la Parole de Dieu, tandis qu’Il se tenait au bord du lac de Génésareth. Il vit deux barques qui se trouvaient au bord du lac ; les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets. Jésus monta dans une des barques qui appartenait à Simon, et lui demanda de s’écarter un peu du rivage. Puis Il s’assit et, de la barque, Il enseignait les foules. Quand Il eut fini de parler, Il dit à Simon : « Avance au large, et jetez vos filets pour la pêche. » Simon Lui répondit : « Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur ta Parole, je vais jeter les filets. » Et l’ayant fait, ils capturèrent une telle quantité de poissons que leurs filets allaient se déchirer. Ils firent signe à leurs compagnons de l’autre barque de venir les aider. Ceux-ci vinrent, et ils remplirent les deux barques, à tel point qu’elles enfonçaient. À cette vue, Simon-Pierre tomba aux genoux de Jésus, en disant : « Éloigne-Toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur. » En effet, un grand effroi l’avait saisi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, devant la quantité de poissons qu’ils avaient pêchés ; et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, les associés de Simon. Jésus dit à Simon : « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras. » Alors ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils Le suivirent ».


Credo


Prière Universelle de la « Messe du 5ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 6 février 2022 (année « C ») :

R/ Seigneur, écoute la prière de ton Peuple.

Pour l'Église Immaculée qui témoigne de la pleine richesse de l'Amour de Dieu dans le monde entier, prions le Seigneur. R/

Pour ceux qui gouvernent les peuples et tiennent entre leurs mains le destin de l'humanité, prions le Seigneur. R/

Pour les faibles qui sont opprimés et pour les justes qui souffrent de persécution, prions le Seigneur R/

Pour nous-mêmes, afin que Dieu nous donne un amour fervent, une vie heureuse et une mort sainte, prions le Seigneur. R/


Prière sur les Offrandes de la « Messe du 5ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 6 février 2022 (année « C ») :

« Seigneur notre Dieu, Tu as choisi dans Ta création ces aliments qui soutiennent notre fragilité ; nous T'en prions : fais qu'ils deviennent aussi pour nous le Sacrement de la Vie éternelle. Par le Christ, notre Seigneur… »


Préface de la « Messe du 5ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 6 février 2022 (année « C ») :
Vraiment, il est juste et bon de Te rendre gloire, de T'offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu, à Toi, Père très Saint, Dieu Éternel et Tout-Puissant, par le Christ, notre Seigneur. Dans le Mystère de sa Pâque, Il a fait une Œuvre merveilleuse, car nous étions esclaves de la mort et du péché, et nous sommes appelés à partager sa Gloire ; nous portons désormais ces noms glorieux : Nation Sainte, Peuple racheté, Race choisie, Sacerdoce Royal ; nous pouvons annoncer au monde les merveilles que Tu as accomplies, Toi qui nous fais passer des ténèbres à Ton admirable Lumière. C'est pourquoi, avec les anges et tous les Saints, nous proclamons ta Gloire, en chantant (disant) d'une seule voix : …

« Sanctus, Sanctus, Sanctus Dominus Deus Sabaoth. Pleni sunt caeli et terra gloria tua. Hosanna, in excélsis. Benedictus qui venit in nomine Domini. Hosanna, in excélsis ! »

Communion-Salutaris-Hostia.jpg

Antienne de la Sainte Communion de la « Messe du 5ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 6 février 2022 (année « C ») :

« Qu'ils rendent grâce au Seigneur pour sa Miséricorde, pour ses Merveilles envers les hommes : car Il rassasie l'âme épuisée, Il comble de biens celle qui a faim ! » (cf. Ps 106, 8-9)


Voir l’Acte de Communion Spirituelle afin de permettre aux Fidèles Catholiques de Communier spirituellement face au Coronavirus dans un Jeûne Eucharistique en ce Temps de dictature vaccinale « Seigneur Jésus, puisque je suis empêché de Te recevoir sacramentellement » composé par Monseigneur Raymond Centène. Voir également la Prière du Cardinal Rafael Merry del Val pour une Communion Spirituelle « Ô mon Jésus, dans l’attente du bonheur de la Communion sacramentelle, je veux Te posséder en esprit » prononcée par le Pape François lors de sa Messe matinale à Sainte-Marthe le lundi 23 mars 2020.


Prière après la Sainte Communion de la « Messe du 5ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 6 février 2022 (année « C ») :

« Tu as voulu, Seigneur Dieu, que nous ayons part au même pain et à la même coupe ; nous T'en prions : puisque nous sommes devenus un dans le Christ, que notre manière de vivre nous donne la joie de porter du fruit pour le Salut du monde. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur »


Et que Dieu Tout-Puissant, vous bénisse...
Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


V/ Ite Missa est.
R/ Deo gratias.

V/ Allez, dans la Paix du Christ.
R/ Nous rendons Grâce à Dieu.



Vidéo de la « Messe du 5ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 6 février 2022 (année « C ») célébrée et prêchée au Sanctuaire de Lourdes par Monsieur le Chapelain Horacio Brito :