Déjà Mgr Cattenoz a pleuré en voyant conduire le corps de Simone Weil au Panthéon de la République Française :

« Je vous avoue que j'ai pleuré en voyant conduire au Panthéon de la République le corps de celle qui a permis la légalisation de l'avortement », a déclaré Mgr Jean-Pierre Cattenoz, Archevêque d'Avignon, dans l'homélie de la Messe du festival d'Avignon qu'il a célébrée le 15 juillet 2018, retransmise sur France Culture. « Au risque de choquer, je voudrais simplement rappeler les Paroles de Saint Jean-Paul Il : « L'avortement est le crime le plus abominable qui soit, car la victime n'a même pas la possibilité de crier sa souffrance » (EV 50). Se référant au prophète Amos, il a dénoncé « une société aux comportements incohérents » et une « anthropologie enfermée dans une impasse » , appelant à la « conversion et à la découverte du Message de l'Évangile ».

Mgr-Jean-Pierre-Cattenoz.jpg

Pour Simone Veil : l’avortement devait rester une « exception » !
L’ancienne Ministre de la Santé voyait avant tout la dépénalisation de l’IVG comme une réponse à une situation d’urgence sanitaire. « Je le dis avec toute ma conviction : l’avortement doit rester l’exception, l’ultime recours pour des situations sans issue ». C’est Simone Veil qui parle. En ce 26 novembre 1974, la Ministre de la Santé est à la tribune de l’Assemblée Nationale pour y défendre un projet de Loi portée par le gouvernement Chirac, qu’elle vient de rejoindre. Puis elle poursuit son discours : « Mais comment le tolérer sans qu’il perde ce caractère d’exception, sans que la société paraisse l’encourager ? »


On atteint là vraiment un sommet de cynisme !

Figurez-vous que maintenant des sénateurs communistes ont déposé un projet de loi visant à inscrire le « droit à l’avortement » dans la Constitution. Pour le moment, ce projet n’a pas abouti mais l’idée vient d’être reprise par le Haut conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes. Et là, c’est très grave car cette officine dispose d’un pouvoir d’influence considérable.
Réagissez car autrement en France tuer son bébé sera bientôt considéré comme un droit fondamental au même titre que la liberté d’expression !

Cliquez sur ce LIEN pour voir et signer la Pétition afin de dire « NON » au droit à l’avortement dans la Constitution Française !


Voici le Texte de la pétition pour dire « NON » au droit à l’avortement dans la Constitution Française » à Madame Danielle Bousquet, Présidente du Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes et à Madame Éliane Assassi, présidente du groupe communiste, républicain, citoyen et écologiste au Sénat :

Madame la Présidente, Madame la Sénatrice,
Le 2 avril 2018, le Sénat a examiné, à la demande d’élus communistes une proposition de loi visant à la reconnaissance de l’avortement comme « droit fondamentale de notre République ».
Dans un rapport rendu public le 18 avril 2018, le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes a, quant à lui, recommandé l’inscription d’un « droit » à l’avortement dans la Constitution.
Dans ce même rapport, le Haut conseil explique que ce pseudo-droit est « l’objet de rapports de forces, et qu’il peut connaître d’importants reculs ».
Le journal Libération note que d’après les initiateurs de la proposition de loi, l’accès légal à l’avortement a besoin d’être « consolidé », car ils redoutent sa « remise en cause, au centre des combats engagés par les forces réactionnaires à l’échelle européenne et en France ».
Votre projet est donc un aveu de faiblesse. Face au basculement de l’opinion en faveur de la vie, vous souhaitez rendre impossible toute remise en cause d’un « droit » qui est pourtant responsable de la suppression annuelle de plus de 210 000 petits français.
Madame la Présidente, Madame la Sénatrice, sachez je suis profondément scandalisé par votre projet. Non, tuer un bébé innocent, n’est pas et ne pourra jamais être un droit fondamental !
Je vous demande donc de renoncer immédiatement à cette revendication ignoble.

Cliquez sur ce LIEN pour voir et signer la Pétition afin de dire « NON » au droit à l’avortement dans la Constitution Française !


La France serait le premier pays au monde à inscrire un « droit » à l’avortement dans sa Constitution. Quelle honte pour notre pays !
Toute loi qui restreindrait, si peu que ce soit, l’avortement serait alors censurée par le Conseil constitutionnel et n’aurait donc aucune chance d’entrer en vigueur. Autrement dit, la France serait condamnée à l’avortement à perpétuité ! C’est très grave !
Déjà, Marlène Schiappa, la secrétaire d’État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, avait présenté à l’ONU, en mars dernier, l’avortement comme un droit fondamental tel que le droit de vote !
Vous et moi n’avons pas le droit de rester silencieux face à cette insupportable dérive et ce danger si terrible.
S’il vous plaît, réagissez en protestant auprès de la Présidente du Haut Conseil à l’Égalité et de la Présidente du groupe communiste au Sénat.

Cliquez sur ce LIEN pour voir et signer la Pétition afin de dire « NON » au droit à l’avortement dans la Constitution Française !


Je suis sûr que le Haut Conseil à l’Égalité n’est pas un inconnu pour vous. C’est en effet cette institution, créée par François Hollande, qui a suggéré de retirer la clause de conscience des médecins ! Vous voyez, il s’agit de véritables fanatiques de l’avortement. Mais le pire c’est que cette officine est très écoutée par ceux qui nous gouvernent. Sachez que sur 35 recommandations formulées depuis 2013 par le Haut Conseil, année de sa création, 26 ont été mises en œuvre. A présent, pour couronner son œuvre mortifère, le Haut Conseil à l’Égalité réclame l’inscription d’un droit à l’avortement dans le préambule de notre Constitution !

S’il vous plait, réagissez immédiatement !

Cliquez sur ce LIEN pour voir et signer la Pétition afin de dire « NON » au droit à l’avortement dans la Constitution Française !


La Constitution est le texte juridique le plus important d’un pays. Comment peut-on exiger que la possibilité de tuer un petit bébé innocent figure dans ce document ?
Imaginez : une loi responsable de la suppression de plus de 210 000 petits Français chaque année deviendrait une loi fondamentale ! C’est monstrueux !
Je compte vraiment sur votre réaction pour empêcher une telle dérive.

Cliquez sur ce LIEN pour voir et signer la Pétition afin de dire « NON » au droit à l’avortement dans la Constitution Française !


PS : C’est gravissime ! Les sénateurs communistes et le Haut conseil à l’Égalité s’activent pour inscrire un droit à l’avortement dans la Constitution. S’il vous plaît, opposez-vous dès aujourd’hui à cette manœuvre en protestant auprès des responsables ! Invitez vos relations à signer aussi la pétition. Merci pour votre effort !

1 438 personnes ont déjà signé cette Pétition le lundi 30 juillet 2018