Le premier Répons « Sicut ovis » du premier Nocturne de l’Office des Ténèbres du Samedi Saint en latin :
« Sicut ovis ad occisionem ductus est, et dum male tractarétur, non apéruit os suum : trâditus est ad mortem, ut vivificâret populum suum. V/ Tràdidit in mortem ânimam suam, et inter sceleràtos reputàtus est. Ut vivificàret » (Is 53, 7-12)

Le premier Répons « Comme une brebis » du premier Nocturne de l’Office des Ténèbres du Samedi Saint en français :
« Comme une brebis, on L'a conduit à la mort, et tandis qu'on Le maltraitait, Il n'a pas ouvert la bouche. Il a été livré à la mort pour rendre la vie à Son peuple. V/ Il s'est livré à la mort et on L'a mis au rang des scélérat » (Is 53, 7-12)

Livre d'Isaïe : « Les Souffrances du Serviteur pour le salut de la multitude » (Is 53, 7-12)
« Maltraité, il s’humilie, il n’ouvre pas la bouche : comme un agneau conduit à l’abattoir, comme une brebis muette devant les tondeurs, il n’ouvre pas la bouche. Arrêté, puis jugé, il a été supprimé. Qui donc s’est inquiété de son sort ? Il a été retranché de la terre des vivants, frappé à mort pour les révoltes de son peuple. On a placé sa tombe avec les méchants, son tombeau avec les riches ; et pourtant il n’avait pas commis de violence, on ne trouvait pas de tromperie dans sa bouche. Broyé par la souffrance, il a plu au Seigneur. S’il remet sa vie en sacrifice de réparation, il verra une descendance, il prolongera ses jours : par lui, ce qui plaît au Seigneur réussira. Par suite de ses tourments, il verra la lumière, la connaissance le comblera. Le juste, mon serviteur, justifiera les multitudes, il se chargera de leurs fautes. C’est pourquoi, parmi les grands, je lui donnerai sa part, avec les puissants il partagera le butin, car il s’est dépouillé lui-même jusqu’à la mort, et il a été compté avec les pécheurs, alors qu’il portait le péché des multitudes et qu’il intercédait pour les pécheurs » (Is 53, 7-12).





Le deuxième Répons « Ierùsalem » du premier Nocturne de l’Office des Ténèbres du Samedi Saint en latin :
« Ierùsalem, surge et éxuete véstibus iucunditâatis : indùere cinere et cilicio, quia in te occisus est Salvàtor lsrael. V/ Deduc quasi torréntem làcrimas per diem et noctem, et non tàceat pupilla oculi tui. Quia » (Lam 2, 18)

Le deuxième Répons « Jérusalem » du premier Nocturne de l’Office des Ténèbres du Samedi Saint en français :
« Lève-toi, Jérusalem, dépouille tes vêtements de joie pour te couvrir de la cendre et du cilice. Car chez toi le Sauveur d'Israël a été mis à mort. V/ Laisse couler tes larmes en torrent, jour et nuit, et que tes yeux ne connaissent plus de repos » (Lam 2, 18)

Le dix-huitième verset de la deuxième lamentation du Livre des lamentations de Jérémie : « Gémis, fille de Sion » (Lam 2, 18)
« Le cœur du peuple crie vers le Seigneur. Laisse couler le torrent de tes larmes, de jour comme de nuit, muraille de la fille de Sion ; ne t’accorde aucun répit, que tes pleurs ne tarissent pas !  » (Lam 2, 18).





Le troisième Répons « Plange » du premier Nocturne de l’Office des Ténèbres du Samedi Saint en latin :
« Plange quasi virgo, plebs mea : ululàte, pastores, in cinere et cilicio : quia venit dies Domini magna, et amàra valde. V/ Accingite vos, sacerdotes, et plàngite, ministri altàris, aspérgite vos cinere. Quia » (Jl 1, 8-13 ; Jr 25, 34)

Le troisième Répons « Pleurez » du premier Nocturne de l’Office des Ténèbres du Samedi Saint en français :
« Pleure, ô mon peuple, comme une jeune fille. Gémissez, pasteurs, sous la cendre et le cilice. Car il est venu le jour du Seigneur, le jour terrible et plein d'amertume. V/ Levez-vous, prêtres, et pleurez ; couvrez-vous de cendre, ministres de l'autel » (Jl 1, 8-13 ; Jr 25, 34)

Livre de Joël sur la liturgie de deuil et de supplication lors du fléau des sauterelles : « Complainte de désolation » (Jl 1, 8-13)
« Soupire, comme une vierge vêtue de toile à sac, pleurant l’époux de sa jeunesse. On a retiré offrandes et libations de la Maison du Seigneur. Ils sont en deuil, les prêtres au service du Seigneur. Les champs sont ravagés, la terre est en deuil. Le froment est ravagé, le vin nouveau fait défaut, l’huile fraîche est tarie. Soyez consternés, laboureurs, vignerons, lamentez-vous, à cause du blé et de l’orge, car la moisson des champs est perdue. La vigne a séché, le figuier est flétri ; le grenadier comme le dattier et le pommier, tous les arbres des champs ont séché. Et la joie a disparu de chez les hommes. Prêtres, mettez un vêtement de deuil, et pleurez ! Serviteurs de l’autel, faites entendre des lamentations ! Venez, serviteurs de mon Dieu, passez la nuit vêtus de toile à sac ! Car la maison de votre Dieu ne reçoit plus ni offrandes ni libations » (Jl 1, 8-13).

Le trente-quatrième verset du vingt-cinquième chapitre du Livre de Jérémie : « Introduction aux oracles contre les nations » (Jr 25, 34)
« Gémissez, pasteurs, et criez ! Roulez-vous par terre, maîtres du troupeau, car ils sont accomplis, vos jours, pour l’abattage ; vous serez dispersés et comme un vase précieux vous tomberez » (Jr 25, 34).





Le premier Répons « Recéssit Pastor noster » du deuxième Nocturne de l’Office des Ténèbres du Samedi Saint en latin :
« Recéssit Pastor noster, fons aquae vivae, ad cuius trânsitum sol obscuratus est : nam et ille captus est, qui captivum tenébat primum hominem : hodie portas mortis et seras pàriter Salvàtor noster disrùpit. V/ Destrùxit quidem claustra inférni, et subvertit poténtias diàboli. Nam et ille »

Le premier Répons « Notre Pasteur s'en est allé » du deuxième Nocturne de l’Office des Ténèbres du Samedi Saint en français :
« Notre Pasteur, source d'eau vive, s'en est allé. Et le soleil s'est obscurci au moment de son départ. Celui qui tenait captif le premier homme, devint lui-même captif. Aujourd'hui notre Sauveur a détruit le portes de la mort et brisé leurs charnières. V/ Il a détruit les prisons de l'enfer et renversé les puissances du démon »





Le deuxième Répons « O vos omnes » du deuxième Nocturne de l’Office des Ténèbres du Samedi Saint en latin :
« O vos omnes, qui transitis per viam, atténdite et vidéte si est dolor similis sicut dolor meus. V/ Atténdite, univérsi populi, et vidéte dolorem meum. Si est » (Lm 1, 12)

Le deuxième Répons « Ô vous tous » du deuxième Nocturne de l’Office des Ténèbres du Samedi Saint en français :
« Ô vous tous qui passez par le chemin, arrêtez-vous et voyez ! Est-il une douleur comparable à la mienne ? V/Peuples de l'univers, regardez avec attention, et voyez ma douleur » (Lm 1, 12)

Le douzième verset de la première lamentation du Livre des lamentations de Jérémie :
« Ô vous tous qui passez sur le chemin, regardez et voyez s’il est une douleur pareille à la douleur que j’endure, celle dont le Seigneur m’afflige, le jour de sa brûlante colère ! » (Lm 1, 12)





Le troisième Répons « Ecce quômodo moritur iustus » du deuxième Nocturne de l’Office des Ténèbres du Samedi Saint en latin :
« Ecce quômodo moritur iustus, et nemo pércipit corde : et viri iusti tollùntur, et nemo considerat : a fàcie iniquitâtis sublâtus est iustus : et erit in pace memoria eius. V/ Tamquam agnus coram tondénte se obmùtuit, et non apéruit os suum : de angùstia et de iudicio sublàtus est. Et erit » (ls 57, 1 ; 53, 7-8)

Le troisième Répons « Voici comment meurt le Juste » du deuxième Nocturne de l’Office des Ténèbres du Samedi Saint en français :
« Voici comment meurt le Juste, sans que personne ne s’émeuve. Les hommes justes sont enlevés et nul n'y prend garde. Le Juste est enlevé du monde pécheur. Mais son souvenir est gardé dans la paix. V/ Comme un agneau devant celui qui le tond, il a gardé le silence et n'a pas ouvert la bouche. Il a été enlevé au milieu des tourments et de l’injustice » (ls 57, 1 ; 53, 7-8)

Livre d'Isaïe (ls 57, 1 ; 53, 7-8) :
« Le juste périt, et nul n’y prête attention ; les hommes fidèles sont enlevés, et personne n’y prend garde. En fait, c’est pour être soustrait au mal que le juste est enlevé » (ls 57, 1).
« Maltraité, il s’humilie, il n’ouvre pas la bouche : comme un agneau conduit à l’abattoir, comme une brebis muette devant les tondeurs, il n’ouvre pas la bouche. Arrêté, puis jugé, il a été supprimé. Qui donc s’est inquiété de son sort ? Il a été retranché de la terre des vivants, frappé à mort pour les révoltes de son peuple » (ls 53, 7-8)





Le premier Répons « Astiterunt reges terre » du troisième Nocturne de l’Office des Ténèbres du Samedi Saint en latin :
« Astiterunt reges terre, et principes convenerunt in unum, adversus Dominum et adversus Christum eius. V/ Quare fremuerunt gentes, et populi meditati sunt inania ? Adversus » (Ps 2, 2-1)

Le premier Répons « Les rois de la terre se sont dressés » du troisième Nocturne de l’Office des Ténèbres du Samedi Saint en français :
« Les rois de la terre se sont dressés et les chefs ont comploté contre le Seigneur et contre son Christ. V/ Pourquoi les nations ont-elles frémi ? Pourquoi les peuples ont-ils tramé de vains complots ? » (Ps 2, 2-1)





Le deuxième Répons « Aestimatus sum » du troisième Nocturne de l’Office des Ténèbres du Samedi Saint en latin :
« Aestimatus sum cum descendéntibus in lacum : factus sum sicut homo sine adiutorio, inter mortuos liber. V/ Posuérunt me in lacu inferiori, in tenebrosis et in umbra mortis. Factus » (Ps 87, 5-7)

Le deuxième Répons « Déjà compté comme » du troisième Nocturne de l’Office des Ténèbres du Samedi Saint en français :
« Déjà l'on me met au rang de ceux qui descendent dans la fosse. Je suis devenu un homme abandonné, sans secours au milieu des morts. V/ Ils m'ont précipité au fond de la fosse, dans les ténèbres et les ombres de la mort » (Ps 87, 5-7)





Le troisième Répons « Sepùlto Domino » du troisième Nocturne de l’Office des Ténèbres du Samedi Saint en latin :
« Sepùlto Domino, signâtum est monuméntum, volvéntes lâpidem ad ostium monuménti : ponéntes milites, qui custodirent illum. V/ Accedéntes principes sacerdotum ad Pilâtum petiérunt illum. Ponéntes » (Mt 27, 62-66)

Le troisième Répons « Après qu'on eut enseveli le Seigneur » du troisième Nocturne de l’Office des Ténèbres du Samedi Saint en français :
« Après qu'on eut enseveli le Seigneur, le tombeau fut scellé, et l'on roula une pierre pour fermer l'entrée du sépulcre. On y plaça des soldats pour le garder. V/ Les chefs des prêtres allèrent trouver Pilate et leur demandèrent de placer des soldats pour garder le tombeau » (Mt 27, 62-66)

Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu : « La garde du Tombeau du Christ » (Mt 27, 62-66)
« Le lendemain, après le jour de la Préparation, les grands prêtres et les pharisiens s’assemblèrent chez Pilate, en disant : « Seigneur, nous nous sommes rappelé que cet imposteur a dit, de son vivant : « Trois jours après, je ressusciterai ». Alors, donne l’ordre que le sépulcre soit surveillé jusqu’au troisième jour, de peur que ses disciples ne viennent voler le corps et ne disent au peuple : « Il est ressuscité d’entre les morts ». Cette dernière imposture serait pire que la première ».Pilate leur déclara : « Vous avez une garde. Allez, organisez la surveillance comme vous l’entendez ! » Ils partirent donc et assurèrent la surveillance du sépulcre en mettant les scellés sur la pierre et en y plaçant la garde » (Mt 27, 62-66).