Pour les Catholiques que nous sommes, la « Prière de Jésus » est d’abord « La Prière » que le Christ nous a enseigné : le « Notre Père » selon Saint Luc et Saint Mathieu.

Luc 11, 1-4 : « Et il advint, comme il était quelque part à prier, quand il eut cessé, qu'un de ses disciples lui dit : « Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean l'a appris à ses disciples ». Il leur dit : « Lorsque vous priez, dites : Père, que ton Nom soit sanctifié ; que ton règne vienne ; donne-nous chaque jour notre pain quotidien ; et remets-nous nos péchés, car nous-mêmes remettons à quiconque nous doit ; et ne nous soumets pas à la tentation »

Matthieu 6, 9-13 : « Vous donc, priez ainsi : Notre Père qui es dans les cieux, que ton Nom soit sanctifié, que ton Règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien. Remets-nous nos dettes comme nous-mêmes avons remis à nos débiteurs. Et ne nous soumets pas à la tentation ; mais délivre-nous du Mauvais » .


Maintenant, cette « Prière du Cœur » récitée par les Moines Coptes : « Jésus, Fils du Dieu vivant, prends pitié de moi pécheur » qui consiste à la répéter très régulièrement dans la journée, de manière spontanée, ou formelle (à heure fixe ou durant un temps déterminé) n’est pas incompatible au « Notre Père ». Cette « Prière à Jésus » est complémentaire !

La « Prière du Cœur » est Trinitaire : Jésus y est dit Fils de Dieu et comme étant le Christ, c'est-à-dire oint de l'Esprit Saint.

La « Prière du Cœur » permet de concentrer son esprit sur le Nom de Jésus selon l’Apôtre Saint Paul : « Au nom de Jésus, tout genou fléchit au ciel, sur la terre et dans les Enfers » (Ph 2, 10).

La « Prière du Cœur » est la prière du Publicain, donnée en exemple par Jésus-Christ dans la parabole du Pharisien et du Publicain : « Deux hommes montèrent au Temple pour prier ; l'un était Pharisien et l'autre publicain. Le Pharisien, debout, priait ainsi en lui-même : « Mon Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont rapaces, injustes, adultères, ou bien encore comme ce publicain ; je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tout ce que j'acquiers ». Le publicain, se tenant à distance, n'osait même pas lever les yeux au ciel, mais il se frappait la poitrine, en disant : « Mon Dieu, aie pitié du pécheur que je suis ! ». Je vous le dis : ce dernier descendit chez lui justifié, l'autre non. Car tout homme qui s'élève sera abaissé, mais celui qui s'abaisse sera élevé ». (Luc 18, 10-14).

La « Prière du Cœur » ne court aucun risque d'être une répétition vaine. Elle est la constatation indéfiniment renouvelée qu'une rencontre nouvelle va avoir lieu entre le Cœur purifiant de Jésus et mon cœur souillé.

La « Prière du Cœur » n'est pas un but à atteindre. Elle est une manière d'être, une manière de se mettre à l'écoute et d'avancer. C’est avoir la certitude que nous sommes aimés. C'est parce que Jésus m'aime que je puis m'adresser à Lui en toute sécurité et confiance. Cette Prière à Jésus, « Jésus, Fils du Dieu vivant, prends pitié de moi pécheur » , met l'esprit, le cœur et le corps en communion avec Dieu.

Théophane le Reclus (1815-1894), Évêque russe et Saint de l'Église orthodoxe du XIXe siècle a dit : « La prière de Jésus n’est pas un talisman. Son pouvoir provient de notre foi en Jésus, et d’une union profonde de notre esprit et de notre cœur avec lui. Si nous sommes dans ces dispositions, l’invocation du nom de Jésus sera efficace ; mais la simple répétition des mots ne signifie rien. ».

La Prière de Jésus, « Jésus, Fils du Dieu vivant, prends pitié de moi pécheur » , de par sa simplicité, peut être pratiquée partout, et à tout moment dans toutes les activités de la journée : l'épluchage des légumes, la vaisselle, les travaux d'entretien, …, et aussi en s'endormant le soir ou durant nos éventuels réveils nocturnes... La visée est qu'elle devienne perpétuelle. En le pratiquant, nous nous mettons en présence de Jésus, et nous lui permettons d’agir en nous. Avec son aide, nous pouvons alors grandir humainement et spirituellement. La « Prière du Cœur » nous permet de vaincre nos peurs, et de trouver la paix intérieure. Alors, n’hésitons pas, Catholiques, à la pratiquer…

« Jésus, Fils du Dieu vivant, prends pitié de moi pécheur »
« Jésus, Fils du Dieu vivant, prends pitié de moi pécheur »
« Jésus, Fils du Dieu vivant, prends pitié de moi pécheur »