Croix-de-Los-Caidos.JPG

Le Poème d’Arnauld d'Andilly « Ô Croix, qui dans tes bras porte notre Espérance » :

« Celui qui donne aux champs tant de moissons dorées,
Qui fait naître les fruits sous des feuillages verts,
Qui pare les oiseaux de plumages divers,
Et couvre les poissons d'écailles azurées,
Ainsi qu'un vermisseau se voit sans vêtements,
D'un insolent mépris on comble ses tourments,
Par une cruauté qui toute autre surmonte ;
Mais, Barbares, en vain vous faites ces efforts,
Il ne peut être nu, puisque sa chaste honte
Comme un voile de pourpre enveloppe son corps.

Ô Croix, qui dans tes bras porte notre Espérance,
Toi de qui l'infamie étonnait les mortels,
Tu seras désormais l'honneur de nos autels,
Et de nos légions l'invincible défense ;
Croix, où le Dieu vivant se voit le Dieu mourant,
Les anges à l'envie viennent en T'adorant,
De Tes saintes grandeurs célébrer la mémoire ;
Croix, qui sert de lyce au combat glorieux
Où mon Roy sur l'Enfer emporte la victoire,
Tu n'es plus une Croix, mais l'Échelle des Cieux. »

Ainsi soit-il.


Robert Arnauld d'Andilly (1588-1674)

Robert-Arnauld-d-Andilly.jpg

Voir également de Robert Arnauld d'Andilly :
La « biographie » de Robert Arnauld d'Andilly
La Prière de Robert Arnauld d'Andilly « Seigneur, je veux finir ici ma course, pour voler dans le Ciel, Te voir, et T'adorer »
La Prière de Robert Arnauld d'Andilly « Seigneur, l'Eglise militante éprouve en ses périls Ton secours tout-Puissant »
Le Poème d’Arnauld d'Andilly « Ô Croix, qui dans tes bras porte notre Espérance »