Alix-Le-Clerc-1.jpg

Alix Le Clerc, issue de la bourgeoisie de Remiremont, dans une Lorraine qui n'est pas encore rattachée à la France, passe sa jeunesse dans l'insouciance et les mondanités, sans en être satisfaite. Travaillée par la grâce, à la suite d'une maladie, elle se confie au nouveau curé de Mattaincourt, Pierre Fourier, jeune chanoine régulier de Saint-Augustin, qui se donne entièrement au renouveau de l'Église, selon les directives du concile de Trente. Alix désirant « faire une nouvelle maison de filles, pour y pratiquer tout le bien que l'on pourrait », il oriente son apostolat vers l'éducation. À Noël 1597, avec quatre amies, elle s'engage à mener une vie de générosité. La congrégation Notre-Dame, chanoinesses de Saint-Augustin, est née. Durant vingt-cinq ans, en accord pastoral avec le père Fourier, Alix vit une intense expérience spirituelle et connaît toutes les difficultés des premières fondations : Poussay, première école gratuite pour filles en Lorraine, Saint-Mihiel, Nancy, Pont-à-Mousson, Verdun, Saint-Nicolas-de-Port... Elle meurt le 9 janvier 1622.

Voir aussi la « Prière Mariale de la Bienheureuse Alix Le Clerc »