Misericordes-sicut-Pater.jpg

La Prière du T. R. P. Ambroise de Bergerac « Ô mon Dieu, j'ai placé toute ma confiance en Vous » :

« Vous soutiendrez, ô mon Dieu, l’œuvre de votre Miséricorde. Vous n'avez cessé de m'avertir par de pieuses inspirations, et, lorsque je Vous fuyais, Vous m'avez poursuivi avec une ineffable Bonté ; m'abandonneriez-Vous, Seigneur, lorsque je suis revenu à Vous ? Ma coupable persévérance dans le péché n'a pu suspendre le cours de vos Miséricordes, mon repentir et mes larmes m'en rendraient-elles indigne ? Vous ne m'avez pas rejeté, lorsque, prosterné aux pieds de Bélial, je ne voulais pas de Vous ; ne voudriez-vous plus de moi aujourd'hui où je veux être tout à Vous, en Vous choisissant pour mon unique partage ? Si je ne consultais que ma faiblesse et l'inconstance de mes résolutions, j'aurais sans doute tout à craindre de mon propre cœur ; mais qu'aurais-je donc à redouter en combattant avec Vous et sous Vos yeux ? Les passions ont longtemps exercé sur moi leur détestable empire, je sentirai encore s'éveiller en moi le germe fatal de la concupiscence, j'aurai à soutenir de rudes assauts ; mais, Seigneur, Vous connaissez mes besoins et toute l'étendue de ma misère, et si la voie nouvelle où Vous me faites entrer offre d'immenses difficultés à ma faiblesse, Vous me soulèverez sur les ailes de votre Amour ; comme le bon Pasteur, Vous me porterez sur Vos épaules et Vous ne vous éloignerez jamais de moi. J'ai placé toute ma confiance en Vous, ô mon Dieu, et elle ne sera pas déçue. L'esprit tentateur pourra bien attaquer ma foi ; mais avec le secours de Vos lumières, je ne m'en départirai jamais. Il cherchera à ébranler ma confiance, mais, soutenu par votre Grâce, je me serrerai plus près contre Vous ; et s'il voulait éteindre en moi le feu de la céleste charité, ah ! Seigneur Jésus, j'accourrais aussitôt la raviver au foyer divin de l'adorable Eucharistie. Vous confondrez mes ennemis, au jour de votre Miséricorde, et après m'avoir laissé dans le feu de la tentation, assez longtemps pour me convaincre de mon néant, Vous me ferez remporter sur eux une glorieuse et décisive victoire. Amen. »

R. P. Ambroise de Bergerac (1802-1871)