La Prière du centurion d’Ernest Psichari « Ô Dieu, ayez pitié de ce cœur encore fragile ! » :

« Ô Dieu, ayez pitié de ce cœur encore fragile ! Seigneur, ayez miséricorde de ce pauvre ! Et certes, ce n'est pas Vous qui le détournerez de la lumière. Non ! Ce n'est pas Jésus qui détourne de Jésus, mais c'est le mal, mais c'est la chair, mais c'est la misérable attache avec le monde, mais c'est tout ce qui n'est pas Jésus. C'est tout ce qui n'est pas Vous, ô mon Dieu, qui pourra le détourner. Voyez ! Nous avons peur, parce que l'esprit est faible, parce que Vous êtes difficile, parce que les yeux mortels ont peine à soutenir Votre lumière. Mais c'est Vous qui aurez pitié de cet errant, et c'est Vous qui le conduirez dans le sein bienheureux de l'éternelle béatitude ! Amen. »

Ernest Psichari (1883-1914)

Ernest-Psichari.jpg