La Prière de Gabriel de la Concepción Valdés « Ô mon Dieu que Ta volonté soit faite » :

« Être immense en bonté, Dieu tout-puissant, je viens à Vous dans ma douleur pressante. Étendez Votre bras et déchirez l’odieux voile de la calomnie, arrachez la marque d’ignominie par quoi le monde veut souiller mon front. Vous, Roi des rois, Vous, Dieu de mes ancêtres, Vous seul, Seigneur, êtes mon défenseur qui a donné ses flots à l’océan et ses poissons, et leur lumière aux cieux, et son feu au soleil, à l’air son mouvement, leur vie aux plantes, leur cours aux rivières, qui peut Tout. À votre Voix sacrée, tout meurt ou tout renaît et tout n’est, hors de Vous, que néant qui s’abîme en l’insondable Éternité ; mais ce néant lui-même Vous obéit, Vous en avez tiré l’être et l’humanité, Vos créatures. Je ne peux Vous mentir, Dieu de clémence. Comme au travers d’un cristal transparent, Votre éternelle Sagesse découvre au travers de mon corps, mon âme même. Faites alors que de mon innocence ne puisse triompher la calomnie. S’il plaît pourtant à Votre toute-puissance que je périsse tel un pervers impie, que les hommes outragent ma dépouille se complaisant à leur malignité, fais-en retentir l’arrêt par ta Voix : que Ta volonté soit faite, ô mon Dieu. Amen. »

Gabriel de la Concepción Valdés (1809-1844)

Gabriel-de-la-Concepcion-Valdes.png