Saint-Suaire-Turin.jpg

La Prière de Georges Hourdin « Seigneur, la mort est là, toute proche… » :

« Seigneur, la mort est là, toute proche… Je ne suis pas rassasié d’aimer la vie, mais c’est l’heure. A la pensée que je ne verrai plus l’aurore blanchir la fenêtre annonçant de nouveaux matins, je me révolte et je m’indigne. Pourquoi m’imposer longtemps la vie si je ne suis pas immortel ? Je vais découvrir qui je suis dans le miroir de la vérité que sont Tes yeux. Je tremble et j’ai peur. Ne T’approche pas de ma face, du passé vont surgir les traces des actes troubles que je veux oublier. Comment ? Que dis-Tu ? Est-ce vrai ? Ils sont effacés. Tu pardonnes. J’ai tant récité le Pater, salué l’esprit d’enfance, usé le temps avec les déracinés sans logis ou les handicapés sans mémoire, que nous avons échangé, Toi et moi, la miséricorde. Celle qui ouvre les portes du paradis retrouvé. Blotti dans Tes bras de Ressuscité, je regarde calme, le miroir de Tes yeux. Une joie étrange et simple pour toujours s’empare de mon être. Alléluia ! »

Georges Hourdin (1899-1999)