La Prière du Vénérable Abbé Henry-Marie Boudon « Sainte Vierge, ce petit ouvrage vient se rendre à vos Pieds sacrés » :

« Sainte Vierge, ce petit ouvrage vient se rendre à vos Pieds sacrés aussi bien que tous les autres qui sont sortis de mes mains, comme chose qui Vous appartient par ma qualité d'esclave ; et parce que Vous êtes ma souveraine Maîtresse et auguste Reine, j'ose Vous le dédier, appuyé sur votre Douceur inconcevable, comme à la Dame de toute pitié, votre Douleur n'en ayant jamais eu de semblable parmi les pures créatures ; et de vrai, si la douleur a pour fondement l'amour, il faut bien dire que la Vôtre n'en a jamais eu d'égale, puisque votre Amour ne peut souffrir de comparaison. Aussi, êtes-Vous toujours incomparable en quelque manière que l'on Vous considère. Vos souffrances mériteraient que les créatures fondissent en larmes, et que tous les cœurs se fendissent de regret ; mais le mien particulièrement ne devrait plus vivre après la vue d'un tel spectacle et si digne de compassion. Je le confesse, ma divine Princesse, il y a longtemps que je devrais être mort de douleur par la considération de l'extrémité de vos Peines ; mais d’autre part, je reconnais que je suis entièrement indigne d'une si grande grâce. Au moins, ô très pieuse et très douce Dame, recevez avec votre bénignité ordinaire, ce petit ouvrage consacré à Dieu seul en votre honneur pour une marque des respects que je veux rendre à vos Douleurs, pour un témoignage, et de la grande compassion que j'en ai, et de l'amour que je leur désire porter le reste de ma vie. Ah ! je voudrais, de toute l'étendue de mon cœur, du plus intime de mon âme, que toutes les lignes et toutes les paroles qui le composent, fussent autant de voix qui Vous criassent de la terre au ciel que je veux prendre la part possible à toutes vos Douleurs, aussi bien qu'à toutes vos Joies, à tout ce qui Vous a affligée, aussi bien qu'à tout ce qui Vous a consolée. Je voudrais que ce fussent autant de langues qui bénissent et donnassent des louanges sans fin à la très sur-adorable Trinité, pour la fermeté inviolable et la constance invincible qu'elle Vous a données au milieu de tous les orages et de toutes les tempêtes dont votre Cœur a été environné sans être ébranlé. Souffrez, ma glorieuse Dame, ces élans d'amour à mon pauvre cœur en votre aimable Présence, et obtenez-moi quelque part, et à ceux qui liront cet ouvrage, à l'amour et à la fidélité que Vous avez eus pour les saintes voies de la Croix. Ainsi soit-il. »

Abbé Henry-Marie Boudon (1624-1702) - « Les saintes voies de la Croix »

Henry-Marie-Boudon.png

Voir également de l'Abbé Henry-Marie Boudon :
La Prière de l'Abbé Henry-Marie Boudon « Adorable Jésus, nous consacrons notre petite famille à votre Sainte Famille »
La Prière de l'Abbé Henry-Marie Boudon « Je me prosterne en votre sainte présence, ô grand saint Joseph ! »
La Prière du Vénérable Abbé Henry-Marie Boudon « Sainte Vierge, ce petit ouvrage vient se rendre à vos Pieds sacrés »
La Prière de l'Abbé Henry-Marie Boudon « Saints Anges de Dieu, venez au secours du peuple de Dieu »
La Prière de l'Abbé Henry-Marie Boudon « Ô Père éternel, Vous avez voulu que je Vous prie : c’est ce que je fais »