La Prière du Bienheureux Guerric d'Igny « Sainte Mère de Dieu, notre demeure est en Toi » :

« Viens, ma choisie, et Je placerai en Toi mon trône ». Et certes, entre tous les bienheureux, Marie est très heureuse, elle qui, parmi le nombre de tous ceux qui ont été choisis, l’a été d’une façon unique, et choisie avant tous les autres. Car le Seigneur l’a choisie ; il l’a choisie pour établir en elle sa demeure, en disant : « Celle-ci est mon repos pour toujours. C’est ici que j’habiterai, car je l’ai choisie ». De fait, il a habité en elle pendant neuf mois, il a habité avec elle et sous son autorité pendant de nombreuses années. Lorsqu’il habitait en elle, il la remplissait d’une grâce unique de dons spirituels ; lorsqu’il habitait avec elle, il la nourrissait de la douceur incomparable de sa sainte conduite et de la désirable sagesse de ses divines paroles. Mais à présent, habitant en elle et avec elle pour une durée sans fin et selon un mode incompréhensible, il la rassasie de la gloire des visions qui font les bienheureux. Extérieurement, il lui montre l’aspect de sa chair glorifiée ; intérieurement, il imprime en elle l’empreinte du Verbe qui glorifie. Ô Marie, dit le Seigneur, « désormais tu ne seras plus appelée Délaissée et ta terre ne sera plus appelée Abandonnée » - comme si, vierge, tu n’étais pas féconde ! – « Mais on t’appellera ma Volonté, - c’est-à-dire mon Fils bien-aimé - en elle, car le Seigneur s’est complu en toi, et on habitera ta terre. Car le jeune homme habitera avec la Vierge », et ton Fils habitera en toi. Ou plutôt, si vous le préférez et pour ne pas nous écarter des paroles mêmes de l’Écriture : « Tes fils habiteront en Toi ». Vois si ses enfants, de leur côté, ne semblent pas reconnaître leur Mère : instruits comme par une sorte d’amour filial qui vient de la foi, en invoquant son nom, ils se réfugient vers elle, d’abord et tout de suite, dans tous leurs besoins et dans tous les dangers, comme de petits enfants qui se jettent dans le giron de leur mère. Aussi ne me semble-t-il pas déplacé d’appliquer à ces fils ce que le prophète lui a prédit : « Tes fils habiteront en Toi ». Maintenant, en effet, nous habitons à l’abri de la Mère du Très-Haut ; nous demeurons sous sa protection, comme sous l’ombre de ses ailes ; et plus tard, nous serons comme réchauffés dans son sein lorsque nous partagerons sa gloire. Alors pleins de joie et félicitant leur Mère, il n’y aura qu’une voix pour dire : « Nous tous qui nous réjouissons, notre demeure est en Toi, sainte Mère de Dieu ! ». Mais ne crois surtout pas qu’il y ait plus de bonheur et de gloire à demeurer dans le sein d’Abraham que dans le sein de Marie, alors que le Roi de gloire a placé en elle son trône. « Viens, dit-il, ma choisie, et je placerai en toi mon trône ». Il ne pouvait dépeindre avec plus d’exactitude et d’à-propos le privilège unique de sa gloire, qu’en l’appelant le trône du Dieu souverain. Car la divine majesté ne s’est livrée à aucune âme avec autant de plénitude et d’intimité qu’à celle en qui elle a choisi de résider d’une manière spéciale, de préférence à toutes les autres. « Viens, dit-il, ma choisie, et je placerai en toi mon trône ». Ce serait peu, dit-il, que tu sièges seulement avec le Juge ; tu seras toi-même mon trône ; ainsi tu contiendras en toi la majesté du Roi, avec d’autant plus de joie que ce sera de façon plus intime, et tu saisiras de manière unique entre toutes Celui qui ne peut être saisi. Tu l’as contenu, petit enfant, dans ton sein, tu le contiendras, Immense, dans ton âme. Tu as été l’hôtellerie du pèlerin, tu seras le palais du roi ; tu as été la tente de Celui qui venait combattre en ce monde, tu seras le siège de Celui qui triomphe dans le ciel ; tu as été la chambre nuptiale de l’Époux fait chair, tu seras le trône du Roi couronné. Ainsi soit-il. »

Bienheureux Guerric d'Igny (vers 1087-1157)

Guerric-d-Igny.jpg

Voir également du bienheureux Guerric d'Igny :
La Prière du bienheureux Abbé Guerric d'Igny « Cela me suffit, si Jésus est vivant ! »
La Prière du bienheureux Guerric d'Igny « Seigneur, enseigne-moi le chemin de tes volontés et je le chercherai toujours »
La Prière du bienheureux Guerric d'Igny « Seigneur, montre-nous Ta miséricorde »
La Prière du bienheureux Abbé Guerric d'Igny « Va de l'avant, Marie, va ! »
La Prière du Bienheureux Guerric d'Igny « La vraie Lumière, c'est de Te connaître »
La Prière du Bienheureux Abbé Guerric d'Igny « Sainte Mère de Dieu, notre demeure est en Toi »
La Prière du Bienheureux Guerric d'Igny « Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez »
La Prière du Bienheureux Abbé Guerric d'Igny « Ô Seigneur Jésus, véritable Jardinier, opérez en nous ce que Vous exigez de nous »