La Prière de Saint Germain de Constantinople « Ô Marie, Mère de Dieu, accordez votre Secours et votre Protection à ceux qui célèbrent vos Solennités » :

« Ô Marie, Mère de Dieu, accordez votre Secours et votre Protection à ceux qui célèbrent vos Solennités ; délivrez-nous par vos puissantes Prières de toute nécessité et de tout péril ; éloignez de nous non-seulement le poison funeste de la maladie, et les calamités de tout genre, mais encore la juste colère de votre Fils et ses terribles menaces pour l'avenir ; placez-moi, en vertu de votre titre de Mère du Seigneur, dans ce lieu de délices, où brille la lumière, où règne la paix, où se distribuent avec abondance tous les biens capables de combler les désirs de l'homme. Qu'elles soient réduites au silence les lèvres artificieuses dont l'orgueilleuse malice et les fiers dédains osent insulter votre Innocence ; que leur image soit réduite au néant dans votre Cité ; que vos ennemis soient confondus, qu'ils tombent en défaillance, qu'ils périssent, et qu'ils sachent que Vous vous appelez Notre Dame. Seule Vous êtes la Mère de Dieu, la plus sublime de toutes les créatures terrestres, la divine Epouse que nous bénissons dans la foi, que nous honorons par le désir, que nous révérons avec crainte, que nous ne cessons d'exalter, et que, dans notre vénération, nous proclamons Bienheureuse. Oui, bienheureux parmi les hommes est votre père, bienheureuse votre mère parmi les femmes ; bienheureuse votre maison, bienheureux ceux qui Vous ont connue, bienheureux ceux qui Vous ont vue ; bienheureux ceux qui ont eu de douces relations avec Vous ; bienheureux ceux qui Vous ont servie, bienheureux les lieux que vos Pieds ont foulés ; bienheureux le temple où Vous avez été offerte ; bienheureux Zacharie qui Vous a reçue dans ses bras ; bienheureux Joseph, qui Vous a prise pour son épouse ; bienheureuse votre couche, bienheureux votre tombeau, car vous êtes le souverain honneur, la récompense souveraine, la souveraine grandeur. Mais, ô ma Reine, ô seule Consolation que Dieu m'a donnée, Rosée céleste qui apaisez mes brûlantes ardeurs, Pluie bienfaisante qui descendez d'en haut pour humecter mon cœur desséché, Lampe brillante qui dissipez les ténèbres de mon âme, Guide fidèle de mes pas, Soutien de ma faiblesse, Vêtement de ma nudité, Richesse de mon indigence, Remède de mes inguérissables blessures, ô Vous qui éteignez mes larmes, qui faites cesser mes gémissements, qui dissipez mes calamités, qui allégez mes douleurs, qui brisez mes chaînes, ô Espérance de mon salut, exaucez mes prières, soyez touchée de mes soupirs, accueillez mes lamentations, et prenez pitié de mes misères ; que les entrailles de votre Miséricorde se laissent attendrir et fléchir par mes pleurs ; car Vous êtes la Mère du Dieu de bonté et de clémence. Regardez-moi et recevez favorablement mes supplications, comblez le désir de mon âme altérée, introduisez-moi dans la terre promise à la douceur, dans les tabernacles des justes, dans la région des saints. Daignez, ô Vous qui êtes la protectrice, la joie, l'allégresse, les délices de tous, daignez, je Vous en conjure, m'inonder de consolations dans la félicité vraiment ineffable du divin Roi qui est né de Vous, dans son incorruptible Sanctuaire, dans ses Douceurs perpétuelles, dans ses Satisfactions exemptes de tout dégoût, dans son Royaume interminable et sans fin. Oui, Vous êtes ma Reine, Vous êtes mon refuge, ma vie et mon secours, mon armure et ma gloire, mon espérance et ma force, accordez-moi la grâce de jouir dans ce céleste séjour des dons inénarrables et incompréhensibles de votre Fils. Car Vous avez, je le sais, en votre qualité de Mère du Très Haut, autant de pouvoir que de tendresse ; c'est cette pensée qui m'inspire la confiance, et m'anime d'une sainte audace. Ne permettez pas, ô Reine de pureté, que je sois frustré dans mon attente, mais faites plutôt que j'en obtienne l'accomplissement, ô Epouse de Dieu même, qui par un ineffable prodige avez enfanté l'attente de l'univers notre divin Maître Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai Seigneur, à qui convient toute gloire, tout honneur et toute adoration avec le Père éternel et l'Esprit vivifiant, maintenant et toujours, et dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il. »

Saint Germain de Constantinople (635-733)

Germain-de-Constantinople.jpg

Voir également de Saint Germain de Constantinople :
La « Catéchèse de Benoît XVI sur Saint Germain de Constantinople »
La Prière de Saint Germain de Constantinople « Ne nous laissez pas comme des orphelins privés de votre secours » à la Très Sainte Vierge Marie
La Prière Mariale « Pour nous mener au salut » de Saint Germain de Constantinople
La Prière de Saint Germain de Constantinople « Je Vous salue, Marie, pleine de grâce, plus Sainte que les saints »
La Prière de Saint Germain de Constantinople « Ô Marie, Mère de Dieu, accordez votre Secours et votre Protection à ceux qui célèbrent vos Solennités »
La Prière de St Germain « Ô divine Marie, ma véritable consolation en ce monde »