La Prière du Révérend Père Auguste Valensin « Père, je me réfugie près de Vous, car j'ai besoin de Vous aimer sans rien dire » :

« Père, je me réfugie près de Vous, dans le creux de votre Tendresse. J'ai besoin de Vous aimer sans rien dire. Et d'abord de « réaliser » que Vous m'aimez, malgré ce que je suis. Ce qui m'aide à comprendre que Vous ayez pour moi, tel que je suis, un Amour merveilleusement Paternel, c'est de penser que tous les obstacles qui peuvent, de mon fait, arrêter votre Amour ne sont rien en comparaison des obstacles créés par ma nature d'homme... Si Vous avez traversé l'infini pour venir à moi, vous traverserez bien la laideur dont je me suis entouré comme d'un fossé plein d'eau. Au fond, dans certain non sum dignus, entre un extraordinaire orgueil. Comme si mon indignité me venait surtout de mes péchés !... Je cherche une comparaison. Peut-être celle-ci : le paysan invité par le roi et qui est confondu par la bonté du roi, laquelle il fait consister en ceci : que le roi l'invite, lui, bien qu'il soit plus pauvre que tel de ses cousins... Quelle méconnaissance ! C'est imaginer que le roi l'invite pour son mérite. Et il ne l'invite que parce qu'il est paysan. L'Amour qu'a pour moi mon Père est cet Amour qui s'adresse à moi parce que je suis homme, ou plutôt en tant que je suis homme ; seulement, en même temps, et parce qu'Il est Divin, Il m'enveloppe en tant que je suis moi. Tout le reste, mes fautes et mes mérites, c'est une peine ou une joie donnée à son Amour et qui en nuance le caractère. Donc, une chose certaine, et que je dois me répéter : je suis aimé, moi, moi-même, et couvé par une Tendresse cachée, mais vigilante. Si j'étais en état de péché, je n'aurais qu'à dire : « Pardon », pour réveiller sur le Visage du Père le Sourire prêt à parler. Si je suis seulement tiède, et sans vraie beauté, avec la poussière des péchés véniels collée à ma peau, alors encore il me faut croire que l'Amour me regarde, comme une maman son enfant espiègle qui vient encore de se barbouiller le visage avec la confiture qu'il a volée. Mon Dieu, mon Dieu, gardez-moi cette assurance que j'ai (par l'effet d'une grâce) de votre Amour ! Que je ne cesse pas de Vous voir comme je Vous vois ! Petite opinion de moi, mais immense opinion de Vous. S'il fallait que je fusse digne de votre Amour pour oser L'accepter, Vous ne seriez plus Vous, Vous ne seriez plus l'Amour. Je fais un acte de foi éperdu, mais qui ne me coûte pas, dans votre Indulgence sans limite. Vous m'aimez, Vous m'aimez : faites que je Vous aime. Ainsi soit-il. »

R. P. Auguste Valensin (1879-1953)

Auguste-Valensin.jpg

Voir également du R. P. Auguste Valensin :
La Prière du Révérend Père Auguste Valensin « Père, je me réfugie près de Vous, car j'ai besoin de Vous aimer sans rien dire »
La Prière du Père Valensin pour les Malades « Ô Jésus-Christ, quand vers Toi mon âme en déroute vainement pousserait son cri »
Quelques « Citations » du Révérend Père Auguste Valensin
La Prière d’Auguste Valensin « Ô mon Père, merci de m'aimer ! »