La Prière de Paul Claudel « Ô Dieu caché dans la femme ! » :

« A la fin de ce troisième mois après l'Annonciation qui est juin, la femme à qui Dieu même est joint ressentit le premier coup de son enfant et le mouvement d'un coeur sous son coeur. Au sein de la Vierge sans péché commence une nouvelle ère. L'enfant qui est avant le temps prend le temps au coeur de sa mère, la respiration humaine pénètre le premier moteur. Marie lourde de son fardeau, ayant conçu de l'Esprit-Saint, s'est retirée loin de la vue des hommes au fond de l'oratoire souterrain, comme la colombe du Cantique qui se coule au trou de la muraille. Elle ne bouge pas, elle ne dit pas un mot, elle adore. Elle est intérieure au monde, Dieu pour elle n'est plus au dehors, Il est son œuvre et son fils et son petit et le fruit de ses entrailles ! Tout l'univers est en repos, César a fermé le temple de Janus. Le sceptre a été ôté de David et les prophètes se sont tus. Voici, plus nuit que la nuit, cette aurore qui n'est pas de Lucifer. Satan règne et le monde tout entier lui offre l'encens et l'or. Dieu pénètre comme un voleur dans ce paradis de la mort. C'est une femme qui a été trompée, c'est une femme qui fraude l'enfer. Ô Dieu caché dans la femme ! Ô cause liée de ce lien. Jérusalem est dans l'ignorance, Joseph lui-même ne sait rien. La mère est toute seule avec son enfant et reçoit son mouvement ineffable. Amen. »

Paul Claudel (1601-1680)

Paul-Claudel.jpg

Voir également de Paul Claudel :
La Prière de Paul Claudel « Mon Dieu, il est dur de garder tout son cœur »
La Prière de Paul Claudel « Seigneur, Vous nous êtes entièrement désirable »
La Prière de Paul Claudel « Seigneur, je Vous remercie de m'avoir ainsi attaché ! »
La Prière Mariale de Paul Claudel « Parce que Vous êtes Marie, Mère de Jésus-Christ, soyez remerciée ! »
La Prière de Paul Claudel sur la Nuit de Pâques « Entre le Samedi-Saint et Pâques, la nuit n’est pas faite pour dormir ! »
La Prière de Paul Claudel « Ô Dieu caché dans la femme ! »
La Prière de Paul Claudel « Joseph, obtenez-nous le silence ! »