12.jpg

La Prière de l’Abbé Augustin Dévoille au pied de la Croix « Que la vie est accablante, Doux Jésus, loin de Toi » :

« Oh ! Que la vie est accablante !
Doux Jésus, loin de Toi !
Soutiens mon âme chancelante,
Mon Dieu, pitié pour moi !

Témoin du mal qui m'oppresse,
Entends mes humbles accents,
Ô Dieu ! Vers qui la tristesse,
Mieux que les hymnes d'ivresse
S'élève comme l'encens.
Jadis le mont solitaire
De ton Fils reçut les pleurs ;
Puis son Sang mouilla la terre,
Et la Croix, au doux Mystère,
Divinisa nos douleurs.

Seigneur, pour moi dans ce monde
Tout revêt aussi le deuil ;
L'orage a troublé mon onde,
Et partout la nuit profonde
Me couvre de son linceul.
Du vent j'écoute l’haleine
Sous les bruyères frémir ;
Et de mon âme trop pleine
Ma voix s'exhalant à peine
S’unit à lui pour gémir !

Mes jours se traînent comme l'ombre,
Et voient s'accroître mes malheurs !
Merci, Seigneur ! Souvent, durant une nuit sombre,
J'arrose mon lit de mes pleurs.
Eh ! Qu'ai-je fait, mon Bien suprême,
Pour mériter ainsi de partager ta Croix,
Pour que mon front soit ceint de Ton beau diadème,
Plus doux que les bandeaux des rois ?

Ô Croix ! Ma vie et mes délices,
Combien peu savent Te goûter !
Ils ignorent, hélas ! Que c'est par Tes supplices
Que le bonheur doit s'acheter :
Oh ! Garde Tes voluptés pures
Et les biens du Thabor aux cours pleins de vertus :
Mais à moi le Calvaire et ses rudes tortures,
A moi ta Croix, ô mon Jésus ! »

Ainsi soit-il.


Abbé Augustin Dévoille - « Recueil Général de Cantiques », Prière de Lamentation au pied de la Croix de Notre Seigneur Jésus-Christ, pages 277-279, chez Sagnier et Bray, 1848

Augustin-Devoille.jpg

Voir également de M. l’Abbé Augustin Dévoille :
- La Prière de M. l’Abbé A. Devoille « Mère d'amour, Vierge fidèle, Mère de Grâce, soutiens-moi ! »
- La Prière de l’Abbé Augustin Dévoille « J'aimerais cent fois mieux mourir ! »
- La Prière de l’Abbé Dévoille à Notre-Dame de la Consolation « Je pleure et je souffre, ô ma Mère ! »
- La Prière au pied de la Croix du Christ « Que la vie est accablante, Doux Jésus, loin de Toi » de l’Abbé Augustin Dévoille