La Prière à Sainte Hélène « Sainte Hélène, donnez-nous simplicité, courage et discernement pour dire l’Amour de Dieu à ceux qui nous sont proches » :

Helene.jpg

« Sainte Hélène, Vous qui avez su transmettre à votre fils Constantin la foi chrétienne, donnez-nous simplicité, courage et discernement pour dire l’Amour de Dieu à ceux qui nous sont proches. Quand votre fils Constantin a été à la tête de l’empire Vous avez voulu, par amour de Jésus retrouver le lieu de sa Crucifixion et le Bois de la Croix. Donnez-nous de comprendre que, si nous le voulons, rien ne peut nous séparer de l’amour que Dieu nous a témoigné en nous donnant Jésus. Montrez-nous la Croix comme un rappel de cet Amour. Donnez-nous d’être de vrais disciples de Jésus. Et si la vie nous met sur des chemins d’épreuve, que nous sachions comme Il nous l’a demandé prendre notre croix chaque jour et le suivre avec amour. Ainsi soit-il. »



Quelques mots sur la Vie de Sainte Hélène :

A Paris, la crypte de la paroisse catholique de Saint-Leu reçoit la visite de nombreux pèlerins orthodoxes. Ils trouvent là une châsse contenant une partie des reliques de Sainte Flavia Julia Helena (Sainte Hélène), jeune servante d'auberge dont s’éprit un tribun romain. Elle sera la mère de l’empereur Constantin le Grand. Celui-là même qui, devenu maître de l’empire d’occident, décrètera un édit de tolérance (l’édit de Milan) rendant le christianisme légal en 313. C’est à Sainte Hélène que l’on doit la découverte de la Croix du Christ à Jérusalem où, à partir de l’âge de 65 ans, elle passa des années à rechercher les lieux de la Nativité, de la Passion et de la Résurrection du Christ. Selon Saint Ambroise : « Sainte Hélène commença par visiter les Lieux saints ; l’Esprit lui souffla de chercher le bois de la croix. Elle s’approcha du Golgotha et dit : « Voici le lieu du combat; où est la victoire ? Je cherche l’étendard du salut et ne le vois pas. » Elle creuse donc le sol, en rejette au loin les décombres. Voici qu’elle trouve pêle-mêle trois gibets sur lesquels la ruine s’était abattue et que l’ennemi avait cachés. Mais le triomphe du Christ peut-il rester dans l’oubli ? Troublée, Hélène hésite, elle hésite comme une femme. Mue par l’Esprit-Saint, elle se rappelle alors que deux larrons furent crucifiés avec le Seigneur. Elle cherche donc la Croix du milieu. Mais, peut-être, dans la chute, ont-elles été confondues et interverties. Elle revient à la lecture de l’Evangile et voit que la croix du milieu portait l’inscription : « Jésus de Nazareth, Roi des Juifs ». Par-là fut terminée la démonstration de la vérité et, grâce au titre, fut reconnue la Croix du Salut ». C’est aussi à Sainte Hélène Impératrice que l’on doit la construction des Basiliques qui honorent les lieux où se seraient trouvées la Crèche et la Croix de notre Seigneur Jésus-Christ. Rentrée à Constantinople, Sainte Hélène meurt septuagénaire après avoir dépensé de grandes sommes pour soulager les pauvres. Son corps a été ramené à Rome.