Vierge-de-tendresse.jpg

La Prière de l’abbé Augustin Dévoille à Notre-Dame de la Consolation « Je pleure et je souffre, ô ma Mère ! » :

« Je pleure et je souffre, ô ma Mère !
Sur moi daignez jeter les yeux ;
Car, avant d’être Reine des Cieux,
Vous avez partagé notre pain sur la terre.
Oh ! dans la Gloire oubliez-Vous
Tout ce que cet exil renferme de souffrance ?
Non, Vous avez souffert, voilà notre espérance :
Marie, ayez pitié de nous !

Parfois mes maux me découragent,
Je plie et tombe sous la Croix,
Et je n'ose élever ma voix
Jusqu'au Dieu Tout-Puissant que mes péchés outragent,
Où donc tourner mes yeux troublés ?
Vers Vous seule, vers Vous que ma misère touche :
Dès que Votre doux Nom s'échappe de ma bouche,
Tous mes malheurs sont consolés !

Salut donc, Étoile chérie,
Qui resplendissez sur nos mers !
Que nous peuvent les flots amers
Quand nous avons contre eux le Saint Nom de Marie ?
Plus doux que le vin et le miel,
Il coule comme un baume au sein de la souffrance :
Il veut dire courage, amour, paix, espérance ;
C'est Le plus beau des Noms du Ciel !

Écoutez ce concert immense,
Où s’entremêlent nos douleurs :
Astre béni, séchez nos pleurs ;
Fleuve du Ciel, sur nous versez votre Clémence !
Consoler est pour Vous si doux !
Mère des affligés, Dame consolatrice,
Ecartez de nos pas l'ombre et le précipice :
Marie, ayez pitié de nous ! »

Ainsi soit-il.


M. l’abbé Augustin Dévoille - « Recueil général de Cantiques », pages 594-595, chez Sagnier et Bray, 1848

Augustin-Devoille.jpg

Voir également de M. l’abbé Augustin Dévoille :
- La Prière de M. l’abbé A. Devoille « Mère d'amour, Vierge fidèle, Mère de Grâce, soutiens-moi ! »
- La Prière de l’abbé Augustin Dévoille « J'aimerais cent fois mieux mourir ! »
- La Prière de M. l’abbé Augustin Dévoille à Notre-Dame de la Consolation « Je pleure et je souffre, ô ma Mère ! »