annonciation.jpg

La Prière de l’abbé Boudant « Dans sa cellule solitaire fermée aux regards indiscrets » :

« Dans sa cellule solitaire,
Fermée aux regards indiscrets,
A son Dieu du plus doux Mystère
Marie ouvrait tous les secrets.

Portés sur les ailes des anges
Ses soupirs et ses tendres vœux,
Comme un doux de concert de louanges,
Allaient charmer le Roi des Cieux.

« Oh ! prends pitié de nos misères,
Seigneur ; que nos malheurs sont grands !
Dieu d'Israël, Dieu de nos pères,
Oh ! prends pitié de Tes enfants !

Comme une épouse en son veuvage,
Mon âme sèche de langueur :
Cieux, ouvrez-vous ; heureux nuage
Laissez pleuvoir le Dieu-Sauveur ! »

Un ange au radieux visage,
Portant un lys pur en ses mains,
Vient annoncer qu'aux jours d'orage
Ont succédé des jours sereins.

« Salut, belle et tendre Marie,
Pleine de Grâce et de candeur ;
Salut ! l'Éternel T'a choisie
Pour enfanter le Dieu-Sauveur ».

Soudain aux voûtes éternelles
Ont éclaté d'heureux transports,
Et les phalanges immortelles
Entonnent les joyeux accords.

La harpe sous leurs doigts s'anime ;
J'entends leurs chants mélodieux;
J'entends ce cantique sublime :
« Paix à la terre et Gloire aux Cieux ! »

Ainsi soit-il.


Abbé Gilbert Boudant (1808-1867) - « Recueil de poésies lyriques chrétiennes », pages 5-6, chez Joseph Michel Hainglaise, 1854


Voir également de M. l’abbé Gilbert Boudant :
- La Prière de l’abbé Boudant pour la Fête de l’Annonciation « Dans sa cellule solitaire fermée aux regards indiscrets »
- La Prière pour l’Angélus de l’abbé Gilbert Boudant « A genoux, à genoux ! La cloche nous engage »