Christ-3.jpg

La Prière de M. l'abbé Pierre Genet Tavernier « Ô mon tendre Père, je Vous vois outragé par Vos propres enfants » :

« Je Vous vois, ô Père infiniment aimable, je Vous vois infiniment et à chaque instant outragé par Vos propres enfants, objets de votre Amour généreux. Tous les siècles qui se sont écoulés depuis l'origine du monde, et tous ceux qui s'écouleront encore jusqu’à sa destruction, ne présentent qu'ingratitude et révolte contre Vous sur cette terre de crimes. Les hommes Vous ont offert des sacrifices, ils ont chargé Vos autels de leurs oblations ; mais quelque parfaites que fussent dans Votre culte les dispositions de leurs cœurs, Vous ne voyiez entre leurs mains que des victimes et des offrandes impuissantes. Vous m'avez formé un corps propre à Vous être immolé ; je le soumets absolument à tous les coups de votre Justice ; que les fouets le déchirent, que les clous le percent, qu'il n'y reste plus une seule goutte de sang ; que ce sang soit tout entier répandu en réparation des outrages faits à votre Gloire. Mais que serait à Vos yeux cette immolation, si elle n'était animée du sacrifice de ma volonté ! Tout est dans la volonté, et les holocaustes même, entièrement consumés par le feu à la Gloire de votre Nom, ne Vous plaisent point, si la volonté n'est en même temps immolée par le feu de votre Amour. Si je veux donc Vous offrir un holocauste, qui remplace enfin les holocaustes, que les hommes Vous ont offert jusqu’à ce jour, et qui, ainsi que tous leurs autres sacrifices, étaient impuissants, par leur disproportion à votre Grandeur, à Vous rendre une Gloire digne de Vous, je dois ne point disposer de ma volonté, mais Vous la remettre et Vous la sacrifier absolument, pour n'avoir jamais d'autre volonté que la Vôtre. Je Vous la remets et je Vous la sacrifie ainsi, ô mon Père, ô mon tendre Père. Me voici, ô mon Père, ô mon tendre Père, je viens et je me sacrifie tout à Vous et pour toujours. Vous le désirez ainsi, et mes désirs pourraient-ils n'être pas conformes à Vos désirs ? Au commencement du livre, comme l'abrégé de tous mes devoirs envers Vous, il est écrit de moi, sans aucune restriction, que je ferai votre Volonté ; que votre Volonté sera constamment la règle et le mobile de toutes mes pensées et de tous mes sentiments ; afin que, comme Vous êtes tout entier dans votre Volonté toute Sainte, et que je suis tout entier dans ma volonté, je n'ai plus d'autre vie que la Vôtre, et que Vous viviez seul en moi. Qu'il en soit ainsi, ô mon Père, ô mon tendre Père ! Qu’il en soit ainsi ! Tout mon cœur le désire et ne cessera de le désirer. »

Ainsi soit-il.


Abbé Pierre Genet Tavernier (1749-1817) - « L'intérieur de Jésus-Christ ou le plus parfait modèle de la vie de Dieu seul », pages 92-94, chez François Foppens libraire, 1788


Voir également de l’Abbé Pierre Genet Tavernier :
- La Prière de M. l'abbé Tavernier « Ô mon tendre Père, Vous méritez une Gloire infinie »
- La Prière de M. l'abbé Pierre Genet Tavernier « Ô mon tendre Père, je Vous vois outragé par Vos propres enfants »