Confession-Pardon.jpg

La Prière avant de se confesser de l’abbé Joseph Chevassu « Je ne regarderai que Vous, ô mon Dieu, dans la personne de votre Ministre » :

« Ange tutélaire, qui m'avez conduit aux pieds du confesseur ; et Vous, Seigneur, qui m'avez fait la Grâce de n'inviter à la pénitence, Vous en êtes témoins. Je l'ai dit : je ne manquerai plus de parole, je n'aurai plus pour mon salut ces froides velléités dont je me suis contenté jusqu'à présent ; je ne me cacherai plus, je ne m'épargnerai plus, mais je me confesserai comme il faut. Je ne rejetterai plus sur les autres mes iniquités personnelles, j'avouerai dans l'amertume de mon âme, que je suis le seul et le vrai coupable. Je ne m'arrêterai plus à la simple discussion de certains petits péchés, qui m'en faisaient oublier de plus considérables ; je dirai tout le mal que j'ai fait. Je parlerai des injustices que j'ai commises contre Dieu, des Grâces duquel j'ai abusé ; contre mon prochain, à qui j'ai fait tort et dont j'ai violé les droits ; contre moi-même, et les vrais intérêts de mon âme, que j'ai volontairement négligés. Oui, ce seront mes péchés que je confesserai, et non ceux de cette femme, de ces enfants, de ces domestiques, que j'accusais ci-devant pour m'excuser. Je ne parlerai plus que de moi, ou si je parle des autres, ce sera par rapport à moi, pour me faire connaître davantage à un confesseur, pour me donner plus de confusion et m'attirer de plus grands reproches. Je ne regarderai que Vous, ô mon Dieu, dans la personne de votre Ministre, sachant bien qu'il tient votre Place, que c'est de Votre part qu'il parle et qu'il m’absout. Je ne disputerai plus contre lui, mais je ferai une confession humble, entière et sincère. C'est là, Seigneur, la Grâce que je Vous demande par Jésus-Christ votre Fils, afin que je puisse Vous dire avec la même reconnaissance que le Roi-Prophète : j’ai pris soin de faire une bonne confession de mes iniquités ; je l'ai faite avec toute l'exactitude et la sincérité possible, et Vous m'avez remis l'impiété de mon crime ».

Ainsi soit-il.


Abbé Joseph Chevassu (1674-1752) – « Prône VIII sur la Confession » pour le Troisième Dimanche après l’Épiphanie dans la Collection intégrale et universelle des Orateurs sacrés de Jacques-Paul Migne, tomes 94 et 27, pages 73-74, à l’Imprimerie Catholique du petit-Montrouge, 1866