Pentecote-vitrail.jpg

La Prière de la Bienheureuse Adèle de Batz pour la Pentecôte « L'avons-nous reçu cet Esprit de flamme et d'amour ? » :

« Le Saint Esprit que nous avons dû recevoir dans la grande solennité que nous venons de célébrer - du moins si nous y avons apporté des cœurs purs et préparés - devrait nous avoir embrasées d'amour pour Dieu, et, par conséquent, nous avoir dégoûtées des créatures, car le cœur ne peut pas être partout : s'il est à Dieu, il ne peut s'attacher d'un amour désordonné à la créature. L'avons-nous reçu cet Esprit de flamme et d'amour ? Ce sont nos œuvres qui doivent nous le prouver. Car, vous savez que les Apôtres au sortir du Cénacle furent des hommes tout changés : de lâches, de timides qu'ils étaient auparavant, ils devinrent tout ardents et prêts à soutenir la foi de Jésus-Christ au péril même de leur vie. Sommes-nous aussi changées ? Notre tiédeur est-elle changée en ardeur ? Oh ! L’heureux engagement que nous avons pris dans notre Baptême. Renouvelons-le de tout notre cœur ; engageons-nous tout de nouveau dans l'amour et le service du bon Dieu ; marchons sous l'étendard de la Croix. Oh ! Qu’il fait bon d’aimer et servir un Maître si libéral. Que Lui rendrons-nous pour le bienfait inestimable de nous avoir appelées à Son service ? Donnons-nous à Lui sans réserve ; ne nous épargnons point quand il s'agit de Le servir. Soyons siennes éternellement. Nous ne faisons qu'une famille. Ne formons qu'un cœur et qu'une âme qui soit à Dieu seul, occupé sans cesse à L'aimer et à Le faire aimer. Ô mon Dieu, mon cœur est trop petit pour Vous aimer, mais il Vous fera aimer de tant de cœurs que l’amour de tous ces cœurs suppléera à la faiblesse du mien ! Marie est notre Mère, c’est en son Secours que nous espérons. Nous sommes à Elle. Il faut donc avoir pour Elle un cœur d’enfant, recourir souvent à Elle avec la confiance qu’inspire la plus tendre des Mères. Qu'un grand nombre de jeunes personnes viennent se ranger sous ses Bannières sacrées et renouvellent, par leur ferveur, les beaux jours de l'Eglise naissante ; que la modestie règne dans toute leur personne et l'union la plus intime entre elles toutes. Nous ne faisons qu'une famille. Ne formons qu'un cœur et qu'une âme qui soit à Dieu seul, occupé sans cesse à L'aimer et à Le faire aimer ».

Ainsi soit-il.


Bienheureuse Adèle de Batz de Trenquelléon (1789-1828)

Adele-de-Batz-de-Trenquelleon.jpg

Voir également de la Bienheureuse Adèle de Batz de Trenquelléon :
La Prière d’Adèle de Batz de Trenquelléon sur la Confession « Que Dieu est Bon de nous pardonner toujours malgré nos continuelles offenses »
La Prière de Mère Marie de la Conception pour la Sainte Communion « Ô Seigneur qui Vous donnez tout à moi aujourd’hui »
La Prière de la Bienheureuse Adèle de Batz pour la Pentecôte « L'avons-nous reçu cet Esprit de flamme et d'amour ? »