Confession-Penitence.jpg

La Prière d’Adèle de Batz de Trenquelléon « Que Dieu est Bon de nous pardonner toujours malgré nos continuelles offenses » :

« Que Dieu est Bon de nous pardonner toujours malgré nos continuelles offenses. Il a établi un Sacrement où chaque fois que nous Le recevons en bonnes dispositions Il nous pardonne et nous remet de nouveau dans l'innocence que nous avions perdue. Nous avions défiguré en nous l'Image du Créateur ; Il se plaît dans ce Sacrement de paix et de réconciliation de nous en retracer l'empreinte. Que nous serions donc coupables si nous négligions un si puissant remède à nos maux ! Les biens qu'Il nous procure, cette paix intérieure qu'Il nous rend, ne valent-ils pas bien la peine de supporter les désagréments et la honte qu'on ressent d'en user ? Regardons le Ministre dans le Sacré Tribunal comme tenant la place de Jésus-Christ. Pensons que c'est ce Dieu Bon et Miséricordieux et qui sait tout ce que nous faisons, que nous allons nous accuser. Ne regardons plus l'homme mais Celui dont il tient la place. Recevons avec respect et obéissance Ses ordres et Ses conseils : Dieu parle par Sa bouche. C'est par lui qu'Il nous fait connaître Ses volontés. Oh ! Comment voudrions-nous avoir fait notre dernière Confession ! Avec quelle contrition, avec quel ferme propos de plutôt mourir que d'offenser Dieu ; et étant bien résolues de quitter généreusement toutes les occasions qui nous y portent. Songeons, que la participation aux Sacrements est l'affaire la plus importante de notre vie. Préparons-nous y donc avec le plus grand soin. Evitons le péché ; tenons-nous dans une grande pureté de conscience ».

Ainsi soit-il.


Bienheureuse Adèle de Batz de Trenquelléon (1789-1828)

Adele-de-Batz-de-Trenquelleon.jpg

Voir également de la Bienheureuse Adèle de Batz de Trenquelléon :
La Prière d’Adèle de Batz de Trenquelléon sur la Confession « Que Dieu est Bon de nous pardonner toujours malgré nos continuelles offenses »
La Prière de Mère Marie de la Conception pour la Sainte Communion « Ô Seigneur qui Vous donnez tout à moi aujourd’hui »