La Prière du Prêtre Alexandre de Hohenlohe « Je ne suis pas digne que Vous, ô mon Dieu, daigniez habiter dans mon cœur » :

« Ô mon Jésus, Agneau de Dieu, Jésus, ayez pitié de moi, si grand pécheur ! Mon cœur est brisé de douleur d'avoir offensé un Dieu si Bon ; je ne veux plus pécher ; mais je veux, ô mon Jésus, Vous aimer de toutes mes forces. Je ne suis pas digne, non, je ne suis pas digne que Vous, ô mon Dieu, daigniez habiter dans mon cœur ; non, je ne mérite pas cette Faveur ; mais je ne me lasse pas de Vous désirer ardemment, ô mon Jésus, unique Consolation de mon cœur. Je crois en Vous, ô mon Dieu, j'espère en Vous, je Vous aime de tout mon cœur, parce que Vous êtes un Dieu Bon. Ô Dieu d'une Sainteté infinie, qui avez bien voulu Vous proposer autrefois pour Modèle à Vos misérables créatures, afin de leur communiquer Votre sainteté infinie, Vous faites plus encore en Vous donnant à nous pour être notre nourriture. Comment oserai-je, chargé de tant d'iniquités, lever les yeux vers Vous ? Je mériterais, je l'avoue, de voir s'élever contre moi toutes Vos perfections, que la licence de ma vie a si souvent offensées. Mais il Vous sera facile, à Vous qui êtes la Bonté même, de forcer ma malice jusque dans ses derniers retranchements, et de faire qu'à l'avenir je sois aussi près de Vous que je m'en suis éloigné jusqu'ici. Pour opérer ce changement, je n'ai besoin, ô doux Jésus, que d'un Seul de Vos regards ; me refuserez-Vous une Grâce qui Vous coûte si peu, lorsque Vous daignez sur l'autel du sacrifice offrir pour un ingrat jusqu'à la dernière goutte de votre Sang ? Ah ! Venez, Bien-Aimé de mon âme, venez, visitez ce pauvre cœur, sinon par votre Présence sensible, au moins par la Vertu de votre Grâce Toute-Puissante ! Rassasiez Vous-même les désirs que Vous m'inspirez ; que ce soit Vous qui m'exauciez : rappelez-Vous, Seigneur, qu'en Vous offrant pour nous en Sacrifice Votre unique Dessein était de nous laisser Votre sainteté pour héritage : purifiez donc mon âme de plus en plus, afin que je mérite de Vous voir dans le Ciel, comme Vous l'avez promis aux cœurs purs ».

Ainsi soit-il.


Alexandre de Hohenlohe (1794-1849) - « Le Fidèle au pied de la Croix », méditations et prières, p. 2-3, Libraire Potet (1824)

Alexandre-de-Hohenlohe.jpg

Voir également du Prince Hongrois Alexandre de Hohenlohe :
La Prière du Prêtre Alexandre de Hohenlohe « Je ne suis pas digne que Vous, ô mon Dieu, daigniez habiter dans mon cœur »
La Prière d’Alexander de Hohenlohe « Mon Seigneur et mon Roi, aidez celui qui sans Vous est solitaire et n'a personne pour le secourir ! »