La Prière du Prince Hongrois A. de Hohenlohe sur la Charité « Ô divin Pasteur qui donna Sa vie pour Ses brebis » :

« Ô Pasteur de nos âmes, Vous seul êtes le bon Pasteur, parce que Vous êtes le Seul vrai Dieu. N'était-ce pas assez, pour nous prouver l'excès de votre Amour, de descendre une fois des Cieux pour chercher les brebis perdues et les ramener au bercail ? Faut-il que chaque jour Votre inépuisable Charité Vous amène au milieu de nous, sur l'autel du Sacrifice ? Faut-il que, pour remplir les devoirs du bon Pasteur dans toute leur étendue, Vous alliez jusqu'à nourrir de Votre corps et abreuver de Votre sang adorables ceux qui ont soif et faim de Vous ? Oh ! Que Votre charité infinie s'exalte elle-même ! Seule elle peut se louer dignement ; que Votre providence, toujours attentive à nos besoins, Vous rende les actions de Grâce qui Vous sont dues ! Oh ! S’il m'était donné de Vous rendre amour pour amour ! Quoique je sois la dernière de Vos créatures, je désire cependant brûler pour Vous d'un amour infini, afin de mériter d'être nourri dans les pâturages de la vie, que Votre chair sacrée nous offre sur nos autels. Si cette Grâce m'est refusée, du moins ne me laissez pas sans nourriture, et puisque je ne participe pas aux divins Mystères, que votre Grâce apaise la faim qui me consume. Vous êtes Seul, ô aimable, ô doux Jésus, la Source de tous les biens ; c'est Vous Seul que mon cœur désire, Vous Seul que mon cœur aime ! Ô divin Pasteur qui m'avez cherché avec tant de sollicitude et de travail lorsque je m'égarais loin de Vous, ne me repoussez pas maintenant que je Vous cherche et que je soupire après Vous ! Le bon Pasteur donne Sa vie pour Ses brebis : Vous l'avez fait sur la Croix, et l'univers en a été frappé d'étonnement. Faites donc enfin que je recueille les fruits de ce grand Sacrifice ; dirigez mes pas, de peur que je ne m'écarte de la bonne voie ; et, si j'ai le malheur de m'en éloigner, daignez m'y ramener. Donnez-moi votre Amour, et je suis assez riche ; tout ce que je Vous demande, c'est de Le conserver à jamais dans mon cœur ».

Ainsi soit-il.


Alexandre de Hohenlohe (1794-1849) - « Le Fidèle au pied de la Croix », méditations et prières, p. 7-9, Libraire Potet (1824)

Alexandre-de-Hohenlohe.jpg

Voir également du Prince Hongrois Alexandre de Hohenlohe :
La Prière du Prêtre Alexandre de Hohenlohe « Je ne suis pas digne que Vous, ô mon Dieu, daigniez habiter dans mon cœur »
La Prière d’Alexander de Hohenlohe « Mon Seigneur et mon Roi, aidez celui qui sans Vous est solitaire et n'a personne pour le secourir ! »
La Prière du Prince Alexandre de Hohenlohe « Je reviens à Vous, divin Époux de mon âme, baigné des larmes du repentir »
La Prière du Prince Hongrois A. de Hohenlohe sur la Charité « Ô divin Pasteur qui donna Sa vie pour Ses brebis »