aumone.jpg

La Prière de M. l'Abbé Guillois « Ô mon Dieu, je répandrai mes biens dans le sein des pauvres » :

« Le jour viendra, ô mon Dieu ! Et il n'est peut-être pas éloigné, où Vous me direz, comme l'homme riche de votre Evangile à son économe : « Rendez-moi compte de votre administration ». Que deviendrais-je, hélas ! Si, dans ce moment, Vous faisiez retentir à mes oreilles cette épouvantable parole ? J'ai dissipé Vos biens ; j'ai employé pour autre chose que pour Votre gloire les Dons spirituels et temporels que je tiens de Vous. Ah ! Je le reconnais ; je mérite d'être dépouillé de tout. Mais, Vos divines Écritures me l'apprennent, ô mon Dieu ! L’aumône rachète les péchés ; cette ressource qui me reste, et que Votre divine Miséricorde m'a ménagée, je la saisis avec empressement : oui, je répandrai mes biens dans le sein des pauvres, afin de m'en faire autant d'amis et d'intercesseurs auprès de Vous, autant de protecteurs qui me feront trouver Grâce devant Votre tribunal redoutable ».

Ainsi soit-il.


Ambroise Guillois (1796-1853) – « Les Saints Évangiles des Dimanches et des principales Fêtes de l'année », p. 394


Voir également de M. l'Abbé Ambroise Guillois :
La Prière de M. l'Abbé A. Guillois après une Confession « Ô mon Dieu, je Vous ai dévoilé les plaies de mon âme » en sortant du confessionnal
La Prière de M. l'Abbé Guillois sur l’aumône « Ô mon Dieu, je répandrai mes biens dans le sein des pauvres »