La Prière d’Édouard Courteville pour la France « Seigneur, prends en pitié notre désespérance » :

« Seigneur, prends en pitié notre désespérance :
Protège Tes enfants du haut de Ton grand ciel !
Donne-nous la valeur avec la confiance,
Et d'un calice amer épargne-nous le fiel !

Réchauffe dans nos coeurs l'indomptable courage
Qu'inspire la Patrie et qui fait le bras fort ;
Dieu, ne nous frappe pas avant que notre ouvrage
N'ait été terminé dans un suprême effort !

Ce qu'il nous faut à nous, ce n'est point de la gloire,
Mais notre sol natal que souille l'ennemi !
Ta seule Volonté peut donner la victoire,
Et Judith eut raison d'Holopherne endormi.

Bretagne où je suis né, tes enfants qu'on exile
Pourront te revenir, mutilés et sanglants
Oui ! mais l'Anglais, du moins, ne verra plus son île
Nos bras auront vengé ses défis insolents !

Tu m'as donné, Seigneur, la laideur et la force
Ce qui doit repousser, ce qui doit conquérir ;
Laisse debout encor l'arbre à la rude écorce
Qui doit mûrir ses fruits avant que de périr !

Seigneur, sur ma poitrine assure ma cuirasse ;
Donne à mon destrier le nerf et la vigueur;
Que mon heaume abaissé protège bien ma face,
Et que mon jaque aisé n'étreigne pas mon cœur !

Daigne tremper, ô Christ, le fer de mon épée
Dans Tes pleurs répandus pour la Rédemption ;
Sur le sable rougi j'écrirai l'épopée
Des succès assurés par Ta protection !

Instrument dans Ta main, je sauverai, j'espère,
Avec les opprimés, mon pays et mon Roi ;
En attendant, Seigneur, exauce ma prière
Et mesure Tes dons aux ardeurs de ma foi.

L'œuvre de délivrance une fois accomplie,
Mes reins ne ploieront pas sous ma part de butin :
Car j'espère avant tout l'éternelle Patrie
Parmi les chevaliers, auprès de saint Martin !

Là je veux chevaucher dans l'étendue immense
Le Scapulaire au poing, la Croix sur mon écu,
Et, champion du ciel, protéger l'innocence
Contre l'entraînement du Désir invaincu !

Ainsi soit-il. »

Edouard Courteville (1832-1887) – « Poésies posthumes par Jules Rohaut »


Voir également d’Edouard Courteville :
La Prière Maternelle d’Édouard Courteville « Pour épargner l'enfant, mon Dieu, prenez la mère ! »
La Prière d’Édouard Courteville pour la France « Seigneur, prends en pitié notre désespérance »
La Prière d’Édouard Courteville sur « Les Anges Gardiens »