La Prière d’Erasme de Rotterdam du soir « Seigneur Jésus, faites-moi la Grâce de passer heureusement cette nuit avec votre Secours » :

« Seigneur Jésus, à la Bonté infinie duquel nous sommes redevables de toutes choses, qui avez donné aux bons et aux méchants la brillante lumière du jour pour agir et pour travailler ; le silence favorable de la nuit pour rétablir par le repos les forces du corps, pour chasser les chagrins de l'esprit, et adoucir les soins et les inquiétudes de cette malheureuse vie, Vous qui accordez encore intérieurement et plus abondamment tous ces secours à ceux qui Vous aiment, et que Vous éclairez par la Grâce de la foi, d'une Lumière plus vive que celle dont le Soleil éclaire le monde et que vos Promesses soutiennent toujours dans le cours de cette vie, afin qu'ils puissent s'acquitter plus parfaitement de tous les devoirs de piété ; car nous éprouvons que la consolation que donne votre Esprit, à beaucoup plus de force pour dissiper toutes nos peines que l'assoupissement du corps, de sorte que l'homme ne trouve point de repos plus doux ni plus assuré que dans le Secours de votre Miséricorde infinie. Divin Rédempteur, je Vous supplie que si aujourd’hui j'ai commis par faiblesse humaine quelque faute qui ait pu Vous offenser, Vous vouliez bien me la pardonner avec votre Bonté ordinaire, et que Vous me fassiez la Grâce de passer heureusement cette nuit avec votre Secours ; faites qu'avec Votre assistance, elle soit exempte de toute tâche, et qu'avec Votre protection elle soit à l'abri de toutes les illusions des démons, afin que le sommeil que je m'en vais prendre, rende mon corps et mon esprit plus disposés à Vous servir le lendemain. Enfin comme il n'y a aucun moment d'assuré dans cette vie, je Vous supplie lorsque ma fin approchera, et que je serai pressé par ce sommeil du corps dont je ne me réveillerai qu'au son de la trompette de Votre ange, qui réveillera tous les morts ; je Vous supplie, dis-je, d'éclairer pour lors les yeux de mon âme, de peur que ma foi ne s'éteigne, et que je ne m'endorme d'une mort éternelle, mais que je puisse me reposer en Vous, en qui les morts mêmes sont vivants, Vous qui vivez et régnez avec Dieu le Père et le Saint-Esprit dans l’éternité ».

Ainsi soit-il.


Erasmus de Rotterdam (1469-1536) - « Recueil de Prières sur la manière de prier Dieu », édition de 1713 chez Jean de Nully, pp. 17-19.

Erasme-de-Rotterdam.jpg

Voir également d’Erasme :
La Prière d’Érasme « Réjouissez-Vous Marie d'avoir été virginalement la Mère de Celui qui est la Source de toutes les joies célestes »
La Prière d’Érasmus pour l'Église Catholique « Ô Seigneur Jésus, Prince de Paix, endureras-Tu que quelques mauvais esprits exercent leur tyrannie en Ton royaume ? »
La Prière de Desiderius Erasmus du Matin « Seigneur Jésus qui êtes le véritable Soleil du monde toujours naissant »
La Prière d’Erasme de Rotterdam du soir « Seigneur Jésus, faites-moi la Grâce de passer heureusement cette nuit avec votre Secours »